Agir au quotidien

Passez au zéro déchet à la ressourcerie !

Publié le 21 mai 2018

Notre journaliste a décidé de participer à l’atelier zéro déchet de la ressourcerie, à côté de chez elle. « Treuzkemm, la ressource-qui-rit », porte bien son nom ! Tutos et reportage.

A « Treuzkemm, la ressource-qui-rit », bénévoles et salariés vous accueillent toujours les bras ouverts. « Aujourd’hui, on fait tout à 70 % ! m’annonce une bénévole à l’accueil. On fait de la place avant de réaménager l’espace ». Elle me conduit ensuite à l’étage de la ressourcerie de Quimper, où une dizaine de femmes, tous âges confondus, et deux enfants, attendent avec impatience que l’atelier zéro déchet commence.

Lucie, tout sourire, est prête. Elle est animatrice et valoriste à la ressourcerie. L’atelier commence par une petite bibliographie non exhaustive, avec « la bible » : Zéro déchet de Béa Johnson, Moins gaspiller, c’est pas sorcier, de Stéphanie Araud-Laporte et Les Zenfants zéro déchet, de Jérémie Pichon, que Lucie a déjà rencontré lors d’une dédicace.

En quelques mots, elle nous présente la structure : « Notre travail, c’est de récupérer en déchèterie des objets que l’on va réparer, détourner. Comme dit l’adage, avec nous, rien ne se perd tout se transforme ! ».

Lucie est l’une des cinq salariés de l’association, après avoir œuvré deux ans comme bénévole. « Ici, chacun vient pour une raison différente : certains sont dans une démarche zéro déchets, d’autres veulent faire des économies, d’autres encore cherchent à se rendre utiles », explique-t-elle. L’atelier commence avec les lingettes multi-usages…

Lingettes

« Moi j’en ai une pour le vernis, une pour mon bébé… » témoigne l’une des participantes et adhérentes de la ressourcerie qui sort de sa poche quelques exemples de ses créations. « Je n’utilise plus du tout de coton. Et pour chaque anniversaire et pour Noël, j’en confectionne pour mes copines ! ».

– du tissu éponge, en coton ou fibre de bambou épais (issu d’une serviette usagée mais encore douce, qui traine dans un placard, achetée en ressourcerie ou dans un magasin de chutes de tissu)
– un joli tissu par trop fin, si l’on souhaite une lingette décorée (mais dans ce cas, on ne pourra utiliser qu’une face de la lingette)
–  du carton épais ou une lingette que l’on souhaite reproduire
– un crayon ou un feutre, des ciseaux qui coupent bien (à cranter, par exemple, utilisés en couture), une machine à coudre.

1) Faire un gabarit avec du carton ou une lingette, carré de préférence, ce sera plus facile pour les coutures.

2) Utiliser ce gabarit pour faire une ou deux épaisseurs d’éponge selon le moelleux désiré, et découper le tissu qui servira de déco. On peut aussi faire la lingette seulement en éponge, pour pouvoir s’en servir des deux faces et la retourner.

3) Coudre les deux (ou trois) faces ensemble, en laissant une ouverture de 4 centimètres environ, sur un des côtés, comme un gant.

4) Retourner la lingette, en laissant d’un coté les couches d’éponge et de l’autre le tissu. Bien insister sur les coins.

5) Recoudre à nouveau un petit bord d’un centimètre environ.

La pierre d’argile

« La pierre d’argile, on s’en sert pour nettoyer la robinetterie, l’inox, les lavabos, la douches, les plastiques, le four… » détaille Lucie. « Mais aussi les baskets blanches ! » ajoute l’une des participantes. « En gros, on s’en sert à la place du CIF » résume une troisième.

– un petit pot en verre avec un couvercle pour le conserver (plutôt large et bas, ce sera plus pratique pour s’en servir)
– 200 gr d’argile blanche. Il y a une variante avec 2/3 d’argile blanche et 1/3 de blanc de Meudon. Le blanc de Meudon, à base de craie, nettoie mieux.
– 100 gr de savon liquide (ou de paillettes de savon de Marseille auxquelles on ajoute un peu d’eau chaude)
– une cuillère à soupe de glycérine. « Comme ça coûte assez cher et que c’est souvent vendu en grande quantité, mon astuce, précise Lucie, c’est d’en acheter en pharmacie en venant avec votre contenant ! Comme ça vous demandez la quantité que vous souhaitez ».
– 10 gouttes d’huile essentielle de citron zeste par exemple ou de tea tree
– un grand pot en verre et une cuillère pour le mélange, un verre mesureur ou un pot en verre, une balance alimentaire.

1) Verser l’argile blanche dans votre grand pot.

2) Préparer le savon liquide. Mélanger les paillettes de savon de Marseille, avec de l’eau chaude pour en faire une version liquide dans votre verre doseur.

3) Ajouter la glycérine et mélanger à nouveau.

4) Verser le mélange dans le pot contenant l’agile blanche et mélanger.

5) Verser à la fin les gouttes d’huile essentielle.

6) Transvaser dans le petit pot en verre et le fermer.

« Moi, je découpe un petit rond dans une éponge, qui a le diamètre de mon pot, et je la mets dessus. Comme ça je ne la perd pas » conclut Lucie. « On utilise ensuite la pierre d’argile telle qu’elle, avec une éponge humide. Mais il ne faut pas la diluer. L’intérêt est que ce soit un peu abrasif pour nettoyer ».

 

Le produit multi-usages

Il sert à nettoyer les baignoires et les douches, la salle de bains, les éviers et dégraisse bien. « Moi j’y ajoute des écorces de citron, que l’on peut aussi mettre dans les toilettes. Ce produit ne nécessite pas de rinçage, il n’est pas toxique », précise Lucie.

– 50 cl d’eau
– 5 cuillères à soupe de vinaigre blanc
– 5 cuillères à soupe de bicarbonate de soude
– 8 gouttes d’huile essentielle (tea tree)
– une bouteille en verre avec un couvercle (avec un goulot large, ce sera plus simple pour les mélanges), un entonnoir, un verre mesureur.

1) Verser le bicarbonate dans la bouteille en verre.

2) Ajouter le vinaigre blanc (attention ça crée une réaction mousseuse !).

3) Doser l’eau et ajouter la doucement au mélange.

4) Verser à la fin les gouttes d’huile essentielle.

5) Remuer délicatement le mélange pour qu’il soit bien homogène.

L’atelier s’est poursuivit toute l’après-midi dans une ambiance chaleureuse. Nous avons même eu le droit à un thé ou un café, accompagné d’un excellent gâteau zéro gaspi préparé par l’une des participantes : un pain perdu ! Je suis repartie avec ma lingette, ma pierre d’argile avec une étiquette au lait (comme substitut à la colle alimentaire), et je sais maintenant comment réaliser un furoshiki (emballage cadeau en tissu). Un bon moyen d’apprendre à réaliser soi-même, plutôt que d’acheter des produits chimiques ou polluants ! Alors le zéro déchet, on s’y met quand ?

Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

hirondelle

Publié le 25 mai 2018

Coucou, Pour info, je précise que le mélange bicarbonate+vinaigre est neutre. Donc il est inutile de mettre de la bicarbonate. Vinaigre +Huile essentielle = mélanger pour une bonne dilution des huiles le vinaigre à un pouvoir dispersant puis ajouter l'eau et ça suffit! Avec une lingette microfibre c'est génial... C'est super toutes ces astuces à partager, la pierre d'argile fonctionne très bien.

image commentary

Elliot

Publié le 24 mai 2018

Super ! Merci pour les recettes. J'ai au moins tous les ingrédients pour le produit multi usages, je m'y mets :)

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« On est tous motivés par les mêmes choses ! »

Ce week-end, à la Courneuve, les jeunes engagés à la Croix-Rouge se sont réunis à l’occasion des 3ème Assises de la jeunesse.

Rédigé par Say Yess
le 25 juin 2018 En savoir plus

Culture

La Bénévolante : l’insertion socio-professionnelle version festive

A Toulouse, une association propose à des jeunes en difficulté sociale ou scolaire un grand bain de culture. Bénévoles sur des festivals, c'est aussi une manière de faire naître des vocations lors de ces joyeux chantiers.

Rédigé par Claire Villard
le 14 juin 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Jeunes à la Croix-Rouge : « Arrêter mon engagement, ce n’est pas possible ! »

Bénévoles ou volontaires, 13 000 jeunes s’impliquent dans les missions de l’association française. Témoignages de deux d’entre eux.

Rédigé par Say Yess
le 12 juin 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.