Citoyenneté

Je boycotte donc je suis

Publié le 23 avril 2018

Sur la plateforme i-boycott.org, plus de 90 000 boycotteurs sont réunis pour exprimer leur mécontentement face aux pratiques de certaines entreprises. Une façon, aussi, de s’informer sur les alternatives.

« Je ne vais plus chez Starbucks, même si j’aime leurs produits. » Léa, 25 ans, a fait son choix. L’entreprise est en effet visée par une campagne de boycott pour pratiquer l’optimisation fiscale, détaillée sur la jeune plateforme associative i-boycott.org, lancée en 2016.

Avec le boycott, « c’est la somme des actions individuelles qui matérialise l’action collective », expliquent Patricia Vendramin et Ingrid Nyströme dans leur ouvrage Le boycott (Contester, 2015). « Il trouve sa place dans une société individualisée, qui met l’accent sur la responsabilité individuelle. »  « J’avais déjà boycotté des produits, mais ça prend du sens quand on est plusieurs », explique Anne, 37 ans, présidente de la branche nantaise d’i-boycott, qui a tout juste un an. Elle fait partie du noyau dur de six bénévoles qui mènent les actions de l’association à Nantes.

Un contre-pouvoir

Régulièrement, la plateforme lance de nouvelles campagnes, au préalable validées par la communauté du site qui regroupe plus de 90 000 personnes. Une fois la campagne mise en ligne, il faut fédérer les boycottants autour de la cause, notamment grâce aux réseaux sociaux.

En parallèle, des actions – toujours non-violentes – sont menées par les bénévoles dans toute la France : il s’agit d’aller à la rencontre des consommateurs pour les informer, sans incriminer leur mode de consommation.

À partir d’un certain seuil de boycottants déterminé au lancement de la campagne, les entreprises sont informées et ont un droit de réponse en fonction duquel la campagne peut être levée, ou non. Actuellement, 25 campagnes réunissant jusqu’à 28 000 participants, sont en cours. À ce jour, quatre ont été levées après des actions concrètes des entreprises.

Dans une société où la consommation est reine, le contre-pouvoir semble se loger dans l’absence d’achat. « Il ne correspond pas aux formes d’adhésion traditionnelles, note Patricia Vendramin, mais il témoigne d’une fibre citoyenne et s’inscrit dans un processus de politisation. »

Faire bouger les choses

En boycottant, Léa se sent plus en phase avec elle-même : « Les pratiques de cette entreprise ne correspondent pas à mes valeurs. Et ne plus leur donner mon argent est le seul moyen que j’ai trouvé pour exprimer mon mécontentement ! »

De fait, pour Anne, Thomas et Mélina à Nantes, comme pour Léa à Lille, le boycott relève d’une vraie envie de faire bouger les lignes, de s’inscrire dans un mouvement collectif et de rendre le monde plus juste.  « Nous ne sommes pas là pour faire du tort aux entreprises ou aux emplois, explique Anne, nous sommes dans le dialogue pour faire évoluer les consciences et les pratiques. »

Acheter, c’est voter

Car il existe un autre volet au boycott, peut-être plus simple à mettre en œuvre : le buycott, ou le fait de privilégier un produit plutôt qu’un autre pour soutenir les entreprises aux pratiques responsables. Porter les alternatives à la connaissance des gens fait aussi partie de la mission d’i-boycott : plutôt que des cirques avec animaux sauvages, l’association va mettre en avant des alternatives comme le Cirque Plume.

Evidemment, des questions se posent aux boycottants. Très attachés à la protection des données personnelles, l’association fédère beaucoup via Facebook, un acteur incontournable sur Internet qui n’est pas irréprochable dans ce domaine. Mais ils avancent petit à petit. Mélina en plaisante : « Même si on ne change pas le monde, au moins on aura essayé. Mais on ne va pas se mentir, ça reste l’objectif ! »

Image writer

Rédigé par

Marie Le Douaran

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Agir au quotidien

Le numérique au service de l’accessibilité

Déplacements, loisirs ou encore communication avec les autres peuvent rapidement se transformer en parcours du combattant pour les personnes en situation de handicap. Des start-ups et associations ont lancé des applis pour faciliter leur quotidien et changer la perception du handicap. Zoom sur trois d’entre elles.

Rédigé par Béatrice Catanese
le 4 mai 2018 En savoir plus

Sports & loisirs

A Toulouse, le rugby encourage le respect et la solidarité

L’asso Terres en Mêlées fait du rugby un outil de lien social. Objectif : transmettre des valeurs essentielles aux jeunes de quartiers difficiles, valeurs que l’on retrouve dans ce sport.

Rédigé par Claire Villard
le 30 avril 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Je boycotte donc je suis

Sur la plateforme i-boycott.org, plus de 90 000 boycotteurs sont réunis pour exprimer leur mécontentement face aux pratiques de certaines entreprises. Une façon, aussi, de s’informer sur les alternatives.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 23 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.