Citoyenneté

Le Château de Nanterre, un laboratoire unique de transition alimentaire et d’innovation sociale

Publié le 28 mars 2018

Dans un ancien bâtiment industriel, au sein d’un parc arboré de 5000 m2, fleurissent des projets verts, gourmands et solidaires.

Ce monument historique écrit une nouvelle page de son histoire, reconverti en tiers-lieu d’expérimentation innovant. Tour à tour fabrique de produits à base de menthe et de parfums, siège d’une grande marque de puériculture, il fut un temps en sommeil puis résidence d’artistes, jusqu’à une vaste réhabilitation en chantier d’insertion. Il était une fois une utopie réaliste où se côtoient désormais des associations et acteurs de l’ESS, des startups culinaires et des citoyens de tous horizons…

« Des valeurs communes et la cuisine comme lien social »

Derrière ce projet hors du commun, Étic Foncièrement Responsable, une entreprise engagée qui crée, finance et gère des bureaux et commerces à haute qualité sociale et environnementale. « C’est un patrimoine à partager, du bâti mais aussi des valeurs communes et la cuisine comme lien social », s’enthousiasme Margaux Mantel, chargée de projet au Château. Dans les espaces de coworking ou bureaux privatifs travaillent aussi des indépendants, des travailleurs détachés ou des structures plus classiques qui s’inspirent de ce bouillon créatif.

Les locataires bénéficient de loyers modérés, de baux flexibles, d’une mutualisation de services et équipements qui favorisent les rencontres et la coopération. « Pour les Petits Frères des pauvres ou le Réseau des Accorderies de France par exemple, il était important d’être cohérents dans le choix de leurs locaux et de leur bailleur », poursuit Margaux.

« Nous sommes des citoyens y compris quand on travaille ! »

A l’étage, l’association Les Impliqués rend accessible l’accompagnement en orientation professionnelle pour des jeunes, des personnes et des organisations de l’ESS en situation de transition, réorientation ou réinvention. « La mixité sociale est un principe fondamental, revendique Alexandrine Mounier, la cofondatrice. Nos tarifs s’adaptent aux ressources. La liberté de faire de vrais choix professionnels est profondément démocratique. Nous sommes des citoyens y compris quand on travaille ! ». Et nombreux sont les résidents du Château qui s’épanouissent dans une reconversion.

Au rez-de-chaussée, l’espace événementiel et le restaurant. Foodentropie peut se targuer d’avoir recruté une jeune chef de 34 ans, ancienne artiste plasticienne et photographe passionnée par le végétal. « Le potager a toujours été une source d’inspiration », se souvient Amélie Rosselot. Ici, les légumes ont une place de choix. « Nous privilégions les petits producteurs et les circuits courts. Nous mettons à l’honneur les semences anciennes et paysannes ». Car l’alimentation responsable est reine au Château.

Le plus grand incubateur culinaire de France

Au sous-sol, UNITED KITCHENS met à disposition 500 m2 de cuisines et espaces partagés pour les traiteurs, artisans, food-trucks ou chefs à domicile qui développent une activité éco-responsable. « Il y a principalement des jeunes pousses qui ont une offre artisanale de qualité, décrit Astrie Delplace, la Food Lab Manager. Le but est de les accompagner jusqu’à ce qu’elles volent ensuite de leurs propres ailes. Plus étonnant, il est arrivé que de grandes marques vendues en supermarché viennent faire de la R & D pour développer des produits plus écologiques, plus sains ».

Au détour des cuisines, on croise la pétillante Alix. Cette trentenaire a tourné le dos à une carrière dans l’événementiel et la finance pour cofonder LeFrenchBiscuit, des petits beurres personnalisables pour les entreprises, épiceries fines ou particuliers. Les beurres sont AOP et la farine provient d’un moulin familial à Versailles, une traçabilité des produits à l’image des bonnes pratiques des incubés. Catherine, ancienne responsable merchandising dans le textile, a créé Rosemont : une offre de pâtisserie gourmande et saine. Elle teste en ce moment un fondant au chocolat sans gluten et un cake vegan aux laits végétaux…

Lier permaculture et troubles du comportement alimentaire

Côté parc, le potager en permaculture est géré par l’association ENDAT qui accompagne des personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire, d’obésité ou de diabète. Pauline Rousseau a monté un projet d’éducation thérapeutique au jardin : Les Madeleines Enracinées. « Le fait d’être acteur au potager place le patient dans une démarche de co-construction : tu vas de la graine à la récolte, jusqu’à la cuisine, nous explique-t-elle. Toi qui es soigné, tu deviens soignant ».

Fourmillant d’idées, Pauline et son équipe organisent des visites pédagogiques avec les scolaires, des formations pour les professionnels et des ateliers grand public Do It Yourself (DIY). Aujourd’hui, c’est « boîtes à champignons » et « récup’ & semis ». Elle espère aussi tisser du lien social avec les habitants du quartier et faire de la prévention.

This is box title
Avis aux bénévoles, aux gourmands, aux porteurs de projets culinaires et aux coworkers, le Château vous ouvre ses portes !

75 allée des Parfumeurs / 18 avenue du Général Gallieni, 92000 Nanterre – La liste des structures résidentes est ici.

Image writer

Rédigé par

Marie Vabre

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

sdn

Publié le 05 avril 2018

Très belles initiatives, évidemment . Il faudrait être fou pour critiquer. Je suis un peu folle alors: pourquoi se croit-on obligé à chaque fois d' utiliser des termes anglo-saxons? Ne nous étonnons pas d' être bouffés par l' anglais et que notre langue perde de son influence Il serait pourtant simple d' utiliser des termes français et de les traduire, par exemple pour nos amis non francophones en visite réelle ou virtuelle

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La Bénévolante : l’insertion socio-professionnelle version festive

A Toulouse, une association propose à des jeunes en difficulté sociale ou scolaire un grand bain de culture. Bénévoles sur des festivals, c'est aussi une manière de faire naître des vocations lors de ces joyeux chantiers.

Rédigé par Claire Villard
le 14 juin 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Jeunes à la Croix-Rouge : « Arrêter mon engagement, ce n’est pas possible ! »

Bénévoles ou volontaires, 13 000 jeunes s’impliquent dans les missions de l’association française. Témoignages de deux d’entre eux.

Rédigé par Say Yess
le 12 juin 2018 En savoir plus

Solidarités

Retrouver du lien grâce à la cuisine

Visant à rompre l’isolement des habitants d’un quartier, les Petites Cantines proposent des moments de cuisine participative pour retrouver du lien. Les établissements se multiplient à Lyon. Et prochainement dans d’autres villes.

Rédigé par Jérémy Pain
le 7 juin 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.