Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Publié le 11 avril 2018

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

En 2017, selon Financement Participatif France, 336 millions d’euros ont été collectés sur les différentes plateformes, soit 44% de plus qu’en 2016. Le nombre de financeurs de projets continue également sa progression : ils sont désormais 3,9 millions de financeurs (contre 2,6 millions à fin 2016). Alors comment cibler le bon site pour lancer sa campagne ?

Les plateformes de crowdfunding les plus connues, Ulule et Kiss Kiss Bank Bank, ont été lancées respectivement en 2010 et 2009. À côté de ces généralistes ont émergé des dizaines d’autres sites. “Les outils sont très variés et s’adressent à tout type de projet, à différents stades de développement. C’est un aussi un outil complémentaire ou alternatif au financement des entreprises” déclare Florence de Maupeou, coordinatrice générale de Financement participatif France, association professionnelle qui regroupe 70 plateformes de financement participatif et 90% de l’activité en France.

Différentes formes de financements

Il faut d’abord différencier les plateformes selon leur mode de financement. Le “crowdfunding” ne revêt pas simplement la forme de don avec ou sans contrepartie. En 2017, le prêt rémunéré ou solidaire a doublé par rapport à 2016. Les financeurs prêtent une somme qui devra leur être remboursée, avec ou sans intérêt. Sur ce créneau, on peut citer les sites Babyloan, un des pionniers dans le micro-crédit et Spear qui vise le financement de projets à impact social. Permis seulement depuis 2014, le prêt de particulier aux entreprises booste le secteur économique. “Il représente 261 des 336 millions d’euros collectés en 2017” précise Florence de Maupeou.

Plus loin dans la démarche, le financeur peut également faire le choix d’investir au capital d’une entreprise. C’est l’”equity crowdfunding”. Via une prise de participation en actions, il devient alors actionnaire et peut éventuellement recevoir des dividendes et réaliser une plus-value. Lita.co est une de ces plateformes dans le secteur de l’entreprenariat social à côté de We Do Good.

Plateformes thématiques

D’autres plateformes ont décidé de se différencier en fonction des thématiques. Les plateformes Blue Bees et Miimosa permettent par exemple de financer des projets d’agriculture et d’alimentation durable. Humaid recense les projets focalisés sur le handicap quand Hello Asso collecte de l’argent, sans commission, au profit des associations françaises. Zeste, plateforme administrée par la Nef, pionnier de la finance éthique en France, accompagne les campagnes de dons auprès des initiatives citoyennes de transformation sociale. Enfin le mouvement des Scop propose quant à lui, de ne soutenir que des projets coopératifs.

Le critère géographique permet enfin de différencier les plateformes entre elles. En France, le site “J’adopte un projet” permet de ne soutenir que les projets développés en Nouvelle Aquitaine quand la plateforme “Graines d’actions” ne recense que des projets bourguignons et francs-comtois.  Et puisque les projets ne se limitent pas à l’Hexagone, le site Cofundy propose de financer les projets centrés sur le continent africain.

Fini donc le financement unique des secteurs artistiques ou culturels, il y en a désormais pour tous les goûts.

This is box title
Découvrir d’autres plateformes encore ici ou .
Image writer

Rédigé par

Jérémy Pain

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Pose ton sac à La Bagagerie

    La bagagerie à Marseille - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La carte des festivals green et solidaires 2018

Il est temps de penser à votre été ! Comme chaque année, Say Yess vous propose la carte des festivals engagés. A vos agendas !

Rédigé par Oriane Raffin
le 18 avril 2018 En savoir plus

Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Rédigé par Oriane Raffin
le 16 avril 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

Rédigé par Jérémy Pain
le 11 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.