Des idées pour s'engager

Et si vous donniez… vos cheveux ?

Publié le 7 février 2018

L’association Solidhair les récupère pour les revendre à des perruquiers. L’argent obtenu lui permet ensuite d’aider des malades du cancer en difficulté financière à financer leurs perruques.

Photo by Alex Suprun on Unsplash

Tous les jours, la boîte aux lettres de Sophie Bouxirot déborde… de cheveux ! La fondatrice de Solidhair collecte en effet les mèches coupées par des coiffeurs ou des particuliers. Avant de les revendre à des perruquiers.

La structure est née en 2015. « Après sa grossesse, Sophie s’est coupé les cheveux. Elle trouvait dommage de les jeter, se disant qu’ils pourraient peut-être servir à quelqu’un. Après des recherches, elle s’est rendu compte que ça n’existait pas en France, et a décidé de se lancer », explique Carla Morri, coiffeuse et marraine de l’association.

165 bénéficiaires

L’argent récupéré grâce aux ventes de cheveux via les perruquiers sert à offrir des subventions à des personnes atteintes par un cancer, en traitement de chimiothérapie. « Nous comptons déjà 165 bénéficiaires », se félicite Carla Morri. Chacune – choisie sur critère social – a obtenu jusqu’à 300 euros d’aides, qui s’ajoutent aux 125 euros de la sécurité sociale. Sachant qu’une perruque de qualité coûte plusieurs centaines d’euros.

Un réseau de 1 000 coiffeurs sur tout le territoire s’est associé à l’opération. Avec pour tous, la volonté d’aider. « Ça fait du bien de faire du bien aux autres », résume Carla Morri. Et ce n’est pas forcément très compliqué de faire un geste. La preuve.

C'est la zone de titre
Les conditions

Il faut donner au moins 25 cm de cheveux, en bon état et surtout NATURELS. C’est-à-dire jamais colorés (même au henné).

Et pour ceux qui n’ont pas les cheveux assez longs, l’association accepte aussi les dons financiers, qu’elle redistribue ensuite sous forme de subventions.

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e valoriste

    Métier de valoriste -
 Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Fiona, scout chez EEDF : « Lorsque l’on s’engage, on s’engage aussi auprès des autres »

A 30 ans, Fiona est professeur d’italien et professeur de français langues étrangères. Elle est engagée depuis son adolescence chez les Éclaireuses et Éclaireurs de France, une association de scoutisme laïque inscrit dans l’éducation populaire.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 9 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.