Solidarités

Ces associations qui prennent soin des personnes précaires

Publié le 10 janvier 2018

En Ille-et-Vilaine, Bulles Solidaires collecte et distribue des produits d’hygiène et de beauté aux SDF et personnes en grandes difficultés. D’autres initiatives existent ailleurs en France.

Collecte dans un supermarché - Crédit DR

Laure-Anna Galeandro-Diamant de l’association Bulles solidaires 

Des associations qui distribuent de la nourriture et/ou des repas aux personnes sans domicile fixe, il y en a plusieurs. « Mais je me suis rendu compte en discutant avec des SDF qu’ils et elles manquaient cruellement de produits d’hygiène et de soin », explique Laure-Anna Galeandro-Diamant. Après avoir pris contact avec de grosses associations nationales qui lui ont confirmé cette information, la jeune femme de 23 ans, qui prépare actuellement les concours pour devenir éducatrice spécialisée, décide de créer une structure dédiée.

L’association Bulles solidaires  voit le jour en Ille-et-Vilaine (à Rennes et Vitré) en septembre 2017. L’idée ? Récolter des produits d’hygiène et de beauté pour les redistribuer aux personnes sans domicile et/ou en grande précarité. Gels douche, shampoings, serviettes hygiéniques, dentifrices, brosses à dents, maquillage…

Crédit Claire Baudiffier
Laure-Anna Galeandro-Diamant créatrice de l’association Bulles Solidaires – Crédit Claire Baudiffier

L’association collecte des échantillons et des produits classiques (ni salis ni entamés). Le succès est immédiat et très vite, notamment via les réseaux sociaux, de nombreux internautes se proposent pour collecter. « Aujourd’hui, nous sommes une dizaine de bénévoles actifs, en plus des personnes qui ont collecté et nous ont fait parvenir des colis de produits. On ne s’attendait pas à ce que cela démarre aussi vite et on a reçu tellement de produits qu’on n’a même pas pu les comptabiliser », précise la jeune femme, insistant sur le fait qu’elle n’est pas seule dans l’aventure.

Nouer des partenariats pour une distribution facile

La redistribution se fait sous plusieurs formes. Lors de maraudes avec d’autres associations ou bien encore pendant des événements comme le Salon de coiffure solidaire et éphémère de Rennes, qui a eu lieu début décembre. « Nous demandions aux gens ce dont ils avaient besoin et beaucoup souhaitaient de la crème hydratante, du gel douche et du dentifrice. J’ai en tête notamment une dame, pas à la rue mais en grande précarité, à qui l’on a donné plusieurs échantillons et qui nous a remerciés 25 fois et nous a dit, lorsque nous l’avons recroisée, qu’elle utilisait ses produits avec parcimonie en pensant à l’association à chaque fois », sourit-elle, émue.

Salon de coiffure éphémère _ Crédits Guillaume Corbes
Salon de coiffure éphémère – Crédits Guillaume Corbes

Les bénévoles ont commencé à démarcher les hôtels, salons de coiffure et instituts de beauté et l’ambition est, d’ici quelque temps, de nouer des partenariats avec des lieux d’accueil de jour et des centres d’hébergement de femmes, pour distribuer facilement les produits. « Le but est ensuite aussi que des ambassadeurs qui ne résident pas près de Rennes puissent collecter, trouver des bénévoles, s’organiser de leur côté et redistribuer, car ce serait illogique de récupérer des produits venant de l’autre bout de la France pour les donner ici. »

Des initiatives qui existent dans toute la France

Quelques autres initiatives dans ce sens existent ailleurs. Ainsi, Règles élémentaires collecte – via des campagnes ou des boîtes à dons dans des lieux publics – et redistribue un peu partout en France des protections intimes (serviettes, tampons…) pour les femmes sans-abri et mal-logées. Depuis deux ans, plus de 100 000 tampons et serviettes ont été redistribués à environ 100 000 femmes. A Nantes, l’association Les Essenti’Elles confectionne et distribue de kits de dignité pour les femmes SDF. A Paris et dans quelques autres villes en France, notamment en Gironde, Féminité sans-abri fournit aussi des produits d’hygiène aux femmes sans domicile ou en grande précarité. Toutes ces associations œuvrent pour « rendre leur dignité » aux plus démunis.

Don reçu via Facebook - Crédit DR
Don reçu via Facebook – Crédit DR
Image writer

Rédigé par

Claire Baudiffier

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Glenn

Publié le 11 janvier 2018

On a aussi les Glaneurs à Rennes ! ^^ https://fabriquecitoyenne.rennes.fr/projects/budget-participatif-2/collect/depot-des-projets-1/proposals/les-glaneurs-rennais-tente-de-glanage-sur-les-marches-rennais

image commentary

Laure-Anna

Publié le 11 janvier 2018

Merci pour cet article Claire!

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Pose ton sac à La Bagagerie

    La bagagerie à Marseille - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La carte des festivals green et solidaires 2018

Il est temps de penser à votre été ! Comme chaque année, Say Yess vous propose la carte des festivals engagés. A vos agendas !

Rédigé par Oriane Raffin
le 18 avril 2018 En savoir plus

Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Rédigé par Oriane Raffin
le 16 avril 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

Rédigé par Jérémy Pain
le 11 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.