Culture

Billets suspendus, accompagnement : des spectacles pour tous

Publié le 28 décembre 2017

"C’est trop cher". "Je n’y connais rien, je ne saurais pas quoi aller voir". Autant d’arguments que l’on entend dans la bouche de celles et ceux qui ne poussent jamais la porte des théâtres. À Toulouse, des asso veulent permettre l’accès à la culture à tous. Découverte de deux d’entre eux.

La plupart des lieux de spectacles mettent en place des tarifs préférentiels, voire ultra-préférentiels, pour les personnes à faible revenus. Au théâtre du Grand-Rond, on fait mieux : des billets gratuits. Oui, entièrement gratuits, et sans aucune condition pour en bénéficier. Le principe s’inspire de celui des cafés suspendus : pour un café acheté, j’en paie un second pour une personne qui n’a pas les moyens de s’en offrir un. Rue des Potiers, les spectateurs ont à disposition une tirelire pour donner quelques pièces qui seront converties, une fois la somme atteinte, en « billets suspendus ».

350 billets suspendus

L’initiative a été lancée en septembre 2015. « Depuis, on a comptabilisé 350 billets suspendus », détaille Sophie, qui fait partie de l’équipe du Grand-Rond. Un véritable succès, donc. « Aujourd’hui, 90 sont en attente d’être décrochés ». Pour en profiter, rien de plus facile. Les tickets sont suspendus, au sens propre du terme … dans les toilettes du théâtre. Ce qui garantit l’anonymat la plus totale des bénéficiaires. « On les dispose chaque soir avant le spectacle, en fonction du remplissage de la salle. Mais ces places sont aussi valables pour les autres représentations, il est donc aussi possible de les emporter et de revenir un autre soir. »

De son côté, l’association Sorties à domicile a été pensée pour permettre aux personnes isolées de se rendre à des événements, en allant les chercher chez elles. Caroline, sa fondatrice, ancienne aidante familiale, met tout en œuvre pour garantir des sorties « tout compris » aux participants. Et l’apéritif d’avant spectacle, moment de convivialité privilégié, compte tout autant que le concert ou la pièce de théâtre. « Nous avons une majorité de personnes âgées, qui ne conduisent plus. Mais certaines sont tout à fait autonomes et n’osent juste pas sortir seules ». C’est aussi une manière d’ouvrir à différentes formes artistiques, puisque les spectacles proposés vont de la musique classique à la danse contemporaine en passant par le théâtre de boulevard.

Des rencontres enrichissantes

Bonus : une rencontre intergénérationnelle avec la participation de deux étudiantes aux sorties. Tiphanie, 21 ans, a intégré l’école de commerce de Toulouse en septembre et comptait bien mettre son temps libre à profit. Elle a accompagné un groupe en visite à la Cité de l’espace : « On a pu échanger nos visions des choses : moi, les premiers pas sur la Lune, je l’ai appris à l’école, eux les ont vécus ! »

C'est la zone de titre
Autre idée pour toucher un plus grand nombre : les concerts à domicile. Nous avions testé ici ou encore ici, pour le théâtre.

La jeune femme renouvèlera l’expérience très bientôt. « Malgré les 60 ans d’écart entre nous, il y a eu un vrai dialogue. Et de mon côté, cela me permet de me sentir utile. » Une expérience 100% positive pour Tiphanie. « Je viens d’un milieu où la culture n’était pas très présente : c’est aussi pour cette raison que cela m’est important de pouvoir offrir cela à mon tour. » Autant de bonnes idées à piquer sans tarder aux Toulousains.

Image writer

Rédigé par

Claire Villard

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Le métier d’agent-e animalier

    Le métier d'agent animalier - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e de médiation

    Métier d'agent/e de médiation 
 - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Stéphane, au service des défis environnementaux

    Stéphane, co-directeur d'un Centre permanent d’initiatives pour l’environnement - UNCPIE
    icone-youtube-play

    Par: UNCPIE

Nos derniers articles

Etudes & formations

Les Maisons familiales rurales forment « des citoyens complets »

Modèle d'éducation associatif unique, le mouvement des MFR réunit parents, professionnels et acteurs locaux pour proposer des formations sur des territoires majoritairement agricoles. Rendez-vous en Normandie, dans l'un de ces établissements.

Rédigé par Julien Palomo
le 19 janvier 2018 En savoir plus

© Savoie lactée
Planète

Quand les agriculteurs reprennent en main leur filière

Face à des problèmes comme la pénurie, la concurrence ou des tarifs tirés vers le bas, des producteurs s’organisent pour assurer leur avenir.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 17 janvier 2018 En savoir plus

Solidarités

Les Youtubeurs au service des ONG

On les attend plus sur les anecdotes du quotidien, l’humour ou les tutos beauté, dans des vidéos suivies par des milliers de (jeunes) fans. Pourtant certains de ces influenceurs s’aventurent sur d’autres terrains et mettent leur notoriété au service de causes engagées.

Rédigé par Jérémy Pain
le 12 janvier 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.