Etudes & formations

Un BTS option ESS pour élargir ses horizons

Publié le 11 décembre 2017

Le lycée professionnel parisien René Cassin s'est illustré en lançant un BTS Compta-gestion option ESS en 2017. S'il existait déjà des masters tournés vers l'Économie sociale et solidaire en France, cette formation de niveau Bac +2 est une première. Reportage.

BTS éco-gestion ESS - Lycée René Cassin

« Travailler dans une coopérative, cela peut être le moyen pour les salariés d’avoir moins de pression, car ils sont associés à la vie de l’entreprise et davantage maîtres de leur destin ». Rayan, 21 ans, est l’un des 13 jeunes pionniers à avoir intégré à la rentrée un cursus pas comme les autres. Conçue comme un BTS Compta-gestion classique en alternance, sa formation intègre une dimension inédite : à partir du début de l’année 2018, comme ses camarades, il démarrera un parcours de 20 heures visant à le sensibiliser à l’entrepreneuriat social et à l’Économie sociale et solidaire (ESS). Dénommé « Hack’tiv », celui-ci est mis en place par le Réseau des entrepreneurs citoyens (REC).

Cours d'initiation à l'ESS dans le cadre du programme "Mon projet ESS" pour les élèves de seconde au lycée René Cassin.
Cours d’initiation à l’ESS dans le cadre du programme « Mon projet ESS » pour les élèves de seconde au lycée René Cassin.

« Une autre vision des rapports sociaux au travail »

Si le module n’a pas encore démarré, l’économie sociale et solidaire suscite l’intérêt. Ainsi, quand nous rencontrons les jeunes, une discussion se met en place autour de la notion de coopérative, l’une des formes que peuvent prendre les structures de l’ESS. Le fonctionnement démocratique séduit : pour Tarik, un tel environnement de travail peut être « source de motivation ». Pour Océane, cela peut « favoriser une bonne ambiance de travail ».  Pour autant, ils ne sont pas sans se poser des questions concrètes sur le fonctionnement, le mode de prise de décision ou sur le financement des projets dans ce type de structure… « Dans une coopérative, les moyens sont mis en commun au service de l’activité de l’entreprise. Ils ne servent pas seulement à rémunérer les actionnaires », leur explique le proviseur, Georges Benguigui, apportant quelques éléments de réponse au fil de l’échange.

M. Benguigui, proviseur du lycée René Cassin
M. Benguigui, proviseur du lycée René Cassin

Ce dernier est à l’initiative du projet. Soutenu par la Cress (Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire) Île-de-France, il propose l’ouverture de cette formation auprès de la région Île-de-France. Il met en avant sa vision pragmatique : « l’Économie sociale et solidaire est un secteur porteur, et un gisement d’emploi dans la région », dit-il. Ce pan de l’économie, qu’il juge ouvert à la diversité et aux parcours parfois atypiques, est susceptible selon lui, d’offrir de belles opportunités aux élèves de son lycée.

« Il s’agit aussi leur donner une vision différente des rapports sociaux au travail : il existe une voie qui laisse davantage de place à la solidarité, à la responsabilité sociale et sociétale et à la redistribution. Nous voulons leur expliquer, par exemple, que dans une Scop, les salariés se réapproprient les moyens de production ou que les sociétaires d’une mutuelle sont associés aux décisions. Il est pertinent d’aborder ces questions dès le lycée, et pas seulement à l’université. »

This is box title
Mais au fait, c’est quoi une coopérative ? Découvrez ses spécificités en lisant notre article.

 

Pour une mobilisation de l’ESS en faveur de l’alternance

L’enjeu pour l’année prochaine ? Mobiliser les structures de l’ESS, moins habituées que d’autres à faire appel à des alternants, pour qu’elles recrutent les jeunes. Pour l’heure, les contrats décrochés se situent dans des entreprises classiques ou dans des structures publiques. Rayan, par exemple, effectue son apprentissage dans un lycée. « J’ai parfois senti une volonté des dirigeants de l’ESS de nous recruter, mais il semble que l’information n’a pas toujours été communiquée aux équipes de terrain », dit-il.
« Du point de vue des tâches à effectuer, il y a peu de différences entre les attentes d’une structure de l’ESS et celles d’une autre entreprise, explique Georges Benguigui. Cependant, il serait pertinent au vu de l’option que nous proposons, que davantage de nos jeunes soient en prise directe avec le fonctionnement de l’économie sociale et solidaire ».

BTS éco-gestion ESS

En tout cas, une chose est sûre : le nouveau BTS mis en place par le lycée René Cassin fait bouger les lignes. Il constitue un nouveau pas vers l’inscription de l’Economie sociale et solidaire comme discipline d’études à part entière, et devrait à terme inspirer les structures, les établissements scolaires, et susciter de plus en plus de vocations chez les jeunes !

This is box title
S’initier à l’ESS dès la seconde
Au lycée Renée Cassin, le nouveau BTS n’est pas la seule formation à permettre aux élèves de mieux connaître l’ESS. Par exemple, deux classes de 2nde travaillent deux heures par semaine sur un programme « Mon projet ESS » mis en place par l’association Enactus. Dans ce cadre, les élèves élaborent en groupe des projets citoyens autour de thèmes de société. « Nous voulons créer un groupe de parole anonyme pour les filles victimes de violence », explique ainsi Laetitia. Le groupe d’Ursula, quant à lui souhaite « écrire un article sur le site du lycée pour parler du décrochage scolaire ». Celui de Cheikh se concentre sur l’aide aux devoirs tandis que le groupe d’Aya veut « apporter un soutien aux victimes de harcèlement scolaire ». « Ces thèmes résonnent auprès des lycéens car ils y sont confrontés dans leur vie quotidienne », nous explique leur professeure, Nabila Aït-Moussa. À ce jour, le Lycée René Cassin est le seul de l’académie de Paris à être entré dans ce programme. 
Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

jpblons

Publié le 11 décembre 2017

Une sortie pédagogique de une semaine en 2018 est aussi prévue sur l'île de Batz autour de l'économie sociale et solidaire locale : La coopérative Savéol, élue entreprise écocitoyenne, Algoplus, conserverie marine artisanale La fondation Edouard leclerc, Rêves de mer, entreprise sociale et solidaire d'hébergement sont des lieux où les élèves découvriront comment sont développés les thèmes de l'ESS. 35 élèves de première "accueil" et "commerce" seront du voyage.. Bon Vent..

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Pose ton sac à La Bagagerie

    La bagagerie à Marseille - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La carte des festivals green et solidaires 2018

Il est temps de penser à votre été ! Comme chaque année, Say Yess vous propose la carte des festivals engagés. A vos agendas !

Rédigé par Oriane Raffin
le 18 avril 2018 En savoir plus

Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Rédigé par Oriane Raffin
le 16 avril 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

Rédigé par Jérémy Pain
le 11 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.