Dis-moi pourquoi tu bosses

Johnny, prof pour « donner sa chance au plus grand nombre »

Publié le 24 novembre 2017

A 30 ans, Johnny Poulain a trouvé sa voie : il enseigne l’histoire et les lettres dans le lycée professionnel Cognacq-Jay à Argenteuil, un établissement atypique car il est privé mais laïque et gratuit.

Johnny Poulain

Au lycée Cognacq-Jay, les 50 professeurs ne possèdent pas tous leur CAPLP*. Ils viennent de milieux différents : éducation nationale, petites et grosses entreprises, associations… C’est le cas de Johnny qui souhaitait expérimenter plusieurs choses avant de se tourner vers l’enseignement. « J’ai commencé à étudier l’histoire pour devenir prof mais je me suis rendu compte que j’avais envie de passer par d’autres choses avant d’enseigner. »

Changeant d’orientation, Johnny s’est dirigé vers l’urbanisme mais n’a pas trouvé de travail dans ce domaine. « De toute façon, je ne me voyais pas rester assis devant un ordinateur toute la journée » ajoute-t-il. Il se tourne alors vers le social en devenant éducateur spécialisé dans une Maison d’enfants à caractère social où il apprécie le contact avec les jeunes.

Quelques années plus tard, il postule un peu par hasard au lycée Cognacq-Jay et revient à ses envies de départ : enseigner. Depuis 4 ans, malgré les 70km qui séparent Argenteuil de son domicile il a vraiment envie de rester dans cet établissement où « on y est bien ».

Lycée Cognacq-Jay
L’entrée du lycée Cognacq-Jay

 

Un leit motiv : personnalisation et individualisation

Dans ce petit lycée détenu par la Fondation Cognacq-Jay, on compte environ 500 élèves répartis dans des classes de filières professionnelles : soins et service à la personne, accueil, gestion et administration, vente et commerce. Tous les professeurs enseignent deux matières afin de favoriser la transversalité. Pour Johnny Poulain c’est l’histoire et les lettres. Le nombre d’élèves limité permet de bien les connaître, une différence très nette avec les lycées classiques « j’ai été surveillant dans des établissements de 800 à 1 200 élèves, le caractère impersonnel m’a vraiment déplu ».

Ce contact avec les élèves permet de les suivre individuellement notamment s’ils rencontrent des difficultés scolaires ou personnelles. Ils sont sélectionnés avant tout sur leur motivation et leur comportement, « il y a un peu un profil Cognacq-Jay, on cherche aussi à donner sa chance au plus grand nombre ». Cette personnalisation permet d’influer sur le comportement des jeunes en accordant beaucoup d’importance au savoir-être et au vivre-ensemble, « on voit bien leur évolution en trois ans ».

Pour Johnny, travailler dans ce lycée c’est bénéficier de conditions de travail exceptionnelles « on a beaucoup de liberté sur l’enseignement, la direction est portée sur le partage et le sens. »

Les salles de travaux pratiques, pour apprendre les métiers des soins à la personne et de la petite enfance

Des projets solidaires menés avec les élèves

Cette liberté se retrouve dans tous les projets menés au sein de l’établissement. La direction et la fondation Cognacq-Jay incitent les enseignants à développer des actions de solidarité : collectes alimentaires ou de vêtements, activités dans des crèches ou des maisons de retraite, intervention d’Handicap International ou encore accueil d’élèves étrangers.

« Les projets sont pensés en collectif, comme les cours qui sont montés en équipes. Il y a beaucoup de transversalité dans les matières ». Johnny s’intéresse notamment à la solidarité internationale « j’ai envie de monter un projet que les élèves suivraient sur leurs trois ans de formation, autour de la petite enfance en Afrique et qui permettrait de valider un stage. »

Des liens sont également faits avec les autres établissements de la Fondation Cognacq-Jay « Nous avons des élèves en stage à l’hôpital Cognacq-Jay et à l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes de Rueil-Malmaison ». Il y a une volonté de la part de la maison-mère de rapprocher les différentes structures et de créer un sentiment d’appartenance plus fort.

Enseigner et donner des clés de citoyenneté à des jeunes motivés, cela plait à Johnny qui se voit rester au lycée Cognacq-Jay de nombreuses années. « Je prépare mon CAPLP cette année et j’ai envie de continuer ici. Aujourd’hui, je suis bien dans mon travail ».

* Certificat d’aptitude au professorat de lycée professionnel

C'est la zone de titre
 Le lycée Cognacq-Jay d’Argenteuil

Cet établissement est un lycée professionnel privé sous contrat avec l’état, la scolarité y est cependant gratuite. Il accueille des élèves de la 3e à la terminale dans des sections diverses. Un quart des élèves sont boursiers et la moitié viennent de milieux défavorisés. L’établissement est reconnu pour ses bons résultats et la sérénité de son climat scolaire. Il appartient à la Fondation Cognacq-Jay, reconnue d’utilité publique, qui soutient depuis plus de 100 ans des actions en faveur de la solidarité sociale sans préoccupation politique ou confessionnelle.

Image writer

Rédigé par

Lauriane Barthélémy

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire

    Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Les makers défont le handicap

    Les makers défont le handicap - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

BTS éco-gestion ESS - Lycée René Cassin
Etudes & formations

Un BTS option ESS pour élargir ses horizons

Le lycée professionnel parisien René Cassin s'est illustré en lançant un BTS Compta-gestion option ESS en 2017. S'il existait déjà des masters tournés vers l'Économie sociale et solidaire en France, cette formation de niveau Bac +2 est une première. Reportage.

Rédigé par Anaëlle Guisset
le 11 décembre 2017 En savoir plus

Le XXIe arrondissement de Paris, riche en découvertes solidaires et citoyennes.
Sports & loisirs

Balade solidaire dans le 11e arrondissement de Paris

Lauriane, rédactrice pour Say Yess, est partie à la recherche de bonnes adresses pour réchauffer les week-ends hivernaux. Après une balade guidée par un conférencier de la mairie de Paris, elle vous livre ses bonnes adresses situées dans le 11e arrondissement de Paris.

Rédigé par Lauriane Barthélémy
le 8 décembre 2017 En savoir plus

Grégoire, vainqueur du concours Eloquentia Saint-Denis, a ensuite fait la première partie d'un artiste sur la scène du Point Virgule
Culture

Slam, humour, éloquence : offrir le micro à ceux qui n’ont pas la parole

Slam, stand-up, concours d'éloquence… Des associations et collectifs d'artistes proposent des ateliers d'écriture aux jeunes de quartiers populaires. Objectif : libérer leur créativité et leur permettre de s'affirmer.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 4 décembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.