Conseils (de) pro

10 conseils pour réussir son entretien dans l’ESS

Publié le 23 octobre 2017

Vous avez postulé pour un emploi dans une asso, une mutuelle, une coopérative ou une entreprise d’insertion… Et vous êtes retenu-e pour un entretien ! Ce poste vous voulez vraiment l’avoir, mais vous manquez d’expérience. Deux responsables de cabinets de recrutement dans l’Économie sociale et solidaire (ESS) vous conseillent.

© Orientation durable

© Orientation durable

Say Yess a laissé la parole à Mariam Khattab, responsable du Pôle recrutement de Mozaïk RH et Jean-Philippe Teboul, directeur du cabinet de recrutement Orientation durable.

1. La question du sens

« Mon premier conseil, c’est que travailler dans l’Économie sociale et solidaire (ESS) ne veut rien dire, ce n’est pas un projet professionnel. Il faut traduire cela par : quelles causes me touchent ? Il y a un million d’associations en France, il faut trouver les causes qui me correspondent. Sinon vous ne serez pas convaincu-e et donc pas convaincant-e. » Pour le directeur d’Orientation durable, ce premier point est essentiel.

2. Renverser la logique

En poursuivant sur cette lancée, Jean-Philippe Teboul détaille : « Au lieu de se poser la question du sens que ce travail a pour nous, il faut renverser la logique. Il faut se différencier et se demander : qu’est-ce que moi je vais apporter et pourquoi mon profil est intéressant pour cette structure ». Il suggère ainsi de bien préparer l’entretien en amont en préparant des éléments de langage et en répondant aux 10 questions les plus posées par les recruteurs.

3. Engagement personnel

Dans l’ESS, on touche à l’humain. Il sera donc attendu du candidat qu’il parle de ses engagements personnels : associatif, étudiant, au sein d’une entreprise sociale… « Ce sera développé pendant l’entretien et cela suscitera l‘intérêt du recruteur : c’est une étape importante du recrutement ! » précise la directrice de Mozaïk recrutement.

Mariam Khattab, responsable du Pôle recrutement de Mozaïk © Eve Age
Mariam Khattab, responsable du Pôle recrutement de Mozaïk © Eve Age

4. Objet social

Pour Mariam Khattab, c’est là qu’est la vraie différence des recruteurs de l’Économie sociale et solidaire. « L’objet social passe avant l’objet financier. Pour préparer son entretien, il faut vraiment creuser l’objet social de la structure : savoir pourquoi elle a été créée, à quelle problématique de société elle a voulu répondre et quelle(s) solution(s) elle propose. » Cela alimentera les échanges pendant l’entretien.

5. Culture et valeurs de la structure

Une fois l’objet social de l’entreprise intégré, il faudra montrer sa volonté d’y adhérer. Cela passe notamment par l’analyse plus fine de la culture et des valeurs de l’entreprise. « Pour cela, il faut que ses valeurs personnelles soient en adéquation avec les valeurs de l’entreprise » rappelle Jean-Philippe Teboul. « Un comportement éco-responsable est souvent attendu. »

Pour Mariam Khattab, la question des valeurs est encore plus prégnante lorsqu’on a travaillé dans l’économie classique auparavant. « La transférabilité des compétences acquises dans des entreprises classiques vers les associations est très recherchée. Mais il faudra savoir l’expliquer : pourquoi on veut passer d’une banque privée à une mutuelle par exemple ? Est-ce que l’on pourra intégrer d’autres codes de déontologie : cela peut faire peur aux structures de l’ESS. Il faudra alors les rassurer, car c’est la première cause d’échec dans un recrutement d’entreprise sociale ! »

© unsplash.com

6. Apparence

Sur la question de l’apparence à adopter en entretien, les conseils de la directrice de Mozaïk recrutement ne diffèrent pas des standards de l’économie classique. Pour Jean-Philippe Teboul, la réponse est plus nuancée. « C’est très paradoxal dans l’ESS : il y a une volonté de sortir des codes, mais une création de nouveaux codes. On conseille de mixer : pantalon/baskets ou chemise mais sans costume, sauf pour les fondations, les mutuelles, les banques coopératives, où le costume/tailleur est attendu. »

7. Capacité d’adaptation et d’innovation

Dans les structures de l’ESS, et notamment les plus petites, il sera souvent demandé de l’adaptabilité. Les candidats devront par exemple démontrer à travers leurs expériences, une capacité à travailler en mode projet : « Les appels à projets rythment souvent le cycle de ces entreprises. Il faut montrer sa capacité d’adaptation et d’innovation », précise Mariam Khattab.

© Orientation durable
© Orientation durable

8. Mode de management

Ces capacités d’adaptation sont aussi liées au mode de management de ces structures. « L’Économie sociale et solidaire défend en général une autre vision de la société, du monde de l’entreprise et donc du management. Le travail d’équipe est privilégié. Dans les petites associations notamment, on va être sur un fonctionnement très participatif, avec une hiérarchie moins marquée, une organisation moins pyramidale. L’avis des collaborateurs et la co-construction seront favorisés. » La directrice de Mozaïk recrutement engage les candidats à valoriser leurs capacités à intégrer ces modes de management, en parlant de leurs expériences associatives, de projets étudiants auxquels ils ont participé…

9. Les questions

Dans le déroulé de l’entretien, le directeur d’Orientation durable, incite les candidats à poser des questions plutôt que de donner des avis. « Des questions très pertinentes peuvent démarquer », note-t-il. Et pourquoi pas demander à son interlocuteur, en milieu ou en fin d’entretien, ce qui le motive lui à travailler dans cette structure. « Cela renvoie au fait que la décision d’une embauche est commune, que l’on est dans une réciprocité. Les vraies questions démontrent la motivation du candidat », selon lui.

Poser des questions lors de son entretien, un point clé .
Poser des questions lors de son entretien, un point clé .

10. Rémunération

Le dernier conseil concerne la question généralement abordée en fin d’entretien de la rémunération. Mariam Khattab invite les candidats à se renseigner sur ce point en amont pour ne pas être surpris ou déçu. « Dans de petites structures de l’ESS, les tarifs sont plutôt dans la fourchette basse. C’est un point qui inquiète les recruteurs, de ne pas avoir les moyens de recruter des bons candidats. Ils doivent veiller à ce que les candidats n’acceptent pas à contrecœur une rémunération moindre. » Les écarts de salaire avec l’économie classique restent cependant moins forts dans les grandes structures de l’ESS.

Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Les makers défont le handicap

    Les makers défont le handicap - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • C’est pas du gâteau

    icone-youtube-play

    Par: Udes

Nos derniers articles

AJL Cérémonie OUT D'OR
Solidarités

Des associations améliorent la vie des personnes transgenres

Un peu partout en France, des associations luttent contre l’exclusion et les violences exercées contre les personnes transgenres et les accompagnent dans leur transition. Le combat avance, à petits pas.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 17 novembre 2017 En savoir plus

Etudes & formations

Quête de sens : les étudiants ingénieurs renversent la table !

De plus en plus d’étudiants en écoles d’ingénieurs sont tentés par des carrières en marge des grandes entreprises auxquelles ils étaient destinés. Ils cherchent un métier qui répond mieux à leurs valeurs, au point de rejoindre des associations, de créer des collectifs ou de monter leur propre activité.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 15 novembre 2017 En savoir plus

Monter son projet étudiant Pépite Pon
Entreprendre, mode d'emploi

10 conseils pour monter son projet étudiant

Créer son association, son projet d’entrepreneuriat social quand on est étudiant, c’est possible ! Voici 10 conseils pour mener à bien son projet.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 13 novembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.