Des idées pour s'engager

Les jeunes des quartiers ont du potentiel, aidez-le à éclore !

Publié le 21 septembre 2017

Vous rêvez d'un autre monde, où le talent des jeunes issus des quartiers populaires aurait les mêmes chances de s'épanouir que partout ailleurs ? Cela tombe bien, des structures ont besoin de vous pour amorcer le changement !

Zup de Co

Séance d'aide aux devoirs organisée par Zup' de Co

La première fois qu’il a rencontré un « tutoré », Gaëtan Dusser a eu le trac. Il y a trois ans, ce jeune salarié d’Accenture a décidé de rejoindre l’association Passeport Avenir pour aider les étudiants de quartiers défavorisés à appréhender leur avenir professionnel. « Finalement, ça s’est bien passé. On a passé trois heures à discuter autour d’une bière et je suis reparti avec le sourire. » Aujourd’hui référent de l’association pour l’ex-région Auvergne, le jeune homme de 28 ans a pris le pli.

« Mon rôle est de les conseiller et de répondre aux questions qu’ils se posent. Les élèves de prépa s’interrogent souvent sur le choix de leurs école, les candidatures, les oraux blanc. Les élèves en école d’ingénieur ou de commerce sont intéressés par le moyen de se faire un réseau, de trouver un stage, de contacter la bonne personne en fonction de leur projet… », détaille-t-il.

Donner les clés du monde de l’entreprise

Chaque année, comme Gaëtan, des milliers de bénévoles s’engagent. Outre Passeport Avenir, l’Institut Télémaque ou Proxité mettent en relations des étudiants avec des tuteurs volontaires ou issus d’entreprises partenaires. Ceux-ci rencontrent régulièrement leurs filleuls et leur livrent des « clés » pour construire leur avenir selon leurs besoins : Comment fonctionne une entreprise ? Quels sont les bons réflexes de la recherche d’emploi ? Comment se faire connaître des employeurs ? L’objectif est de dédramatiser le monde du travail et de leur donner confiance.

Samira, accompagnée par l’Institut Télémaque

En plus de ces actions de tutorat, Passeport Avenir organise des sorties culturelles, des rencontres, des visites d’entreprises… D’anciens tutorés peuvent même devenir ambassadeurs de l’association. Pour Gaëtan, s’engager est « le moyen de remettre de l’humain au coeur de l’entreprise« . « On apporte des choses aux tutorés, mais eux-aussi, ils nous apportent beaucoup« , résume-t-il.

D’autres structures offrent à des jeunes des opportunités qu’ils n’auraient pas eues en temps normal. Par exemple, Viens voir mon taf permet à des professionnels de proposer des stages de 3ème à des élèves de REP qui n’ont pas de réseau.

C'est la zone de titre
L’association Proxité propose à des étudiants de parrainer des jeunes, à partir du niveau collège et jusqu’à l’entrée dans le vie active. Elle recherche actuellement plusieurs volontaires en service civique pour coordonner leurs actions en région parisienne. Ça vous inspire ? Retrouvez toutes leurs offres ici.

Favoriser la réussite scolaire

Si vous êtes encore étudiant, vous avez vous aussi les moyens d’aider des jeunes, principalement via des actions de soutien scolaire au sein d’associations telles que l’Afev ou Zup’ de Co. Il s’agit de lutter contre une injustice persistante : fin 2016, 100 000 jeunes sont sortis du système scolaire sans aucun diplôme. Et une grande partie de ces « décrocheurs » étaient issus de familles socialement défavorisées.

« Notre principe est le suivant : deux heures par semaine, des étudiants bénévoles viennent dans des établissements scolaires partenaires pour aider des collégiens en difficulté à faire leurs devoirs, explique le fondateur de Zup’ de Co, François-Afif Benthanane. Afin de bâtir une relation basée sur la complicité avec le jeune, nous privilégions les étudiants, qui ont l’âge d’être leur grand frère ou leur grande soeur. »

Un étudiant en pleine séance de soutien scolaire avec Zup de co’

Pour agir, vous pouvez candidater sur le site de l’association. Peur de ne pas savoir vous y prendre dans le costume du prof ? Zup’ de Co propose des formations sous forme de Spoc, des cours en ligne en petits groupes. Par ailleurs, l’asso a mis en place un outil de gestion en ligne pour suivre les notes de l’élève, son assiduité, ses progrès et ses difficultés.

En 2016-2017, 1 600 étudiants ont ainsi accompagné 2 164 jeunes. Sans compter 250 jeunes en Service Civique qui officient dans les établissements. L’année prochaine, l’association affiche un objectif de 5 000 collégiens concernés. « Il suffirait que 3% des étudiants s’engagent pour que tous les besoins – soit 150 000 jeunes – soient couverts », indique François-Afif Benthanane. A bon entendeur !

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Donner du sens à son travail grâce à Vendredi

    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 23 février 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.