Tech

Villette makerz, laboratoire collaboratif connecté

Publié le 23 août 2017

Espace de co-working, fablab, lieu de rencontres entre les pratiques et les publics, Villette Makerz est tout cela à la fois. Interview de l’un des co-fondateurs de ce tiers-lieu éclectique et connecté au cœur du parc de la Villette.

Guillaume des Villette Makerz

– Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Guillaume. Il y a 4 ans, nous avons créé Woma – fabrique de quartier avec 7 co-fondateurs. Cette année, le parc de la Villette nous a donné l’opportunité de nous installer dans un espace de 600 m2 pour monter quelque chose de similaire.  Nous avons donc monté les Villette Makerz. Je suis trésorier de l’association, responsable des services aux entreprises, des commandes de prototypage et des formations.

– Quelle est la nature de votre action ?

Villette Makerz est un espace de travail et de fabrication partagé. C’est un laboratoire collaboratif qui mélange les pratiques et les publics. Mais nous pouvons aussi nous définir comme un lieu culturel autour du mouvement makerz.

La semaine, on offre des espaces de coworking et un fablab pro autour d’ateliers partagés avec beaucoup de technicité (découpes laser, impression 3D, électronique,  céramique, thermoformage, outils de création textile, sérigraphie…). Les samedis et dimanches après-midi, on ouvre au grand public avec des ateliers, tous gratuits, comme le code club pour apprendre à coder aux jeunes. On propose aussi des formations autour de la fabrication numérique et de la création pour adultes.

Villette Makerz, Fablab et espace de coworking
Villette Makerz, Fablab et espace de coworking.

– Comment fonctionnez-vous, avec qui et pourquoi ?

Nous sommes une association. Avec le coworking et le fablab, nous arrivons à pérenniser le lieu et les équipements. Nous proposons également des services aux entreprises, ce qui nous permet d’augmenter nos marges. La Mairie de Paris nous soutient en investissement et Paris Initiative Entreprise nous a octroyé un prêt. Le parc de la Villette enfin nous offre le local et son soutien en communication.

Nous avons des salariés, en CDD pour l’instant. Les trois fondateurs et les usagers sont bénévoles. On accueille deux jeunes en service civique et un stagiaire. Et enfin, nous avons des partenaires ressources, comme la Réserve des arts avec qui nous développons un partenariat d’intérêt commun.

Guillaume Attal, co-fondateur des Villette Makerz by Woma
Guillaume Attal, co-fondateur des Villette Makerz by Woma.

– Qu’est-ce qui vous a amenés à créer cette activité ?

J’ai fait des sciences sociales et suis autodidacte sur les nouvelles économies. Dans ces espaces, comme Woma ou Villette Makerz, on cherche à favoriser la curiosité et les moyens de mettre en œuvre. Notre engagement est double : celui de soutenir les entrepreneurs, qui veulent vivre de ce qu’ils aiment, et celui de répandre la notion de commun, de partage. Nous sommes aussi attachés à la fabrication, à la manufacture locale, à la réappropriation des moyens d’une production plus raisonnée, pour paraphraser Marx.

Le Festival Youth We Can!
Cet article fait partie d’une série publiée à l’occasion du Festival Youth We Can!. Ce festival aura lieu le 23 septembre 2017 à La Villette. Il est organisé par le programme Jeun’ESS, et la plateforme de réflexion sur les Objectifs de Développement Durable, Convergences. Happyculteur et Génération Cobayes  font partie des nombreuses initiatives présentes au festival.

– Comment réussissez-vous à toucher la jeunesse ?

Nous ne sommes pas centrés sur les jeunes, car ce qui nous intéresse c’est la mixité des publics. Les makerz expérimentés pourront ainsi apprendre aux plus jeunes. Mais parmi les co-workers réguliers, il y a des jeunes qui sortent de l’école et qui veulent s’essayer au prototype ou faire des projets avant de travailler tout de suite dans une agence (ndlr. : de design, d’architecture…). Nous ne voulons pas être directifs, nous sommes plutôt des agitateurs dans une solution. Nous voulons aider à créer du lien. Pour des jeunes, on propose des tarifs accessibles pour les machines. Mais nous avons la volonté de pérenniser ensemble l’activité. Donc même si c’est commun, ce n’est pas gratuit, car nous ne sommes pas dans le déni de l’économie.

– Pourquoi est-ce important d’engager la jeunesse sur la thématique que vous défendez ?

Il ne faut pas croire que l’on peut convaincre tout le monde qu’on a la vérité. Nous ne sommes pas prosélytes mais inclusifs. Je trouve cela important que la jeunesse se confronte à ces valeurs que nous défendons : la mutualisation, le partage… même s’ils n’iront pas forcément les défendre et s’engager. Pour moi s’engager, c’est surtout se donner les moyens de faire ce que l’on veut.

Outils d'une créatrice de bijoux installée au Villette Makerz
Outils d’une créatrice de bijoux installée aux Villette Makerz.

– Pourquoi avoir choisi de participer au festival Youth We Can! et sous quelle forme ?

Quand on peut soutenir des initiatives comme celle-là, on le fait. L’équipe d’organisation est très chouette et vraie dans ce qu’elle propose. Nous allons proposer notre espace pour des stands et des ateliers. Nous allons également mettre en place un chantier participatif pour créer la scénographie du festival. Et nous sommes ravis de pouvoir faire découvrir notre lieu à pleins de personnes en accueillant le festival Youth we can !

– Pourquoi faut-il absolument venir au festival Youth we Can! ?

Pendant le festival, il y aura beaucoup de choses auxquelles se confronter. C’est intéressant d’écouter les autres, que l’on soit d’accord ou non, de faire des rencontres auxquelles on ne s’attend pas toujours. Et le parc de la Villette est un espace formidable pour cela !

Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment sortir les SDF de la rue

    Sortir les SDF de la rue - l'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

  • Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire

    Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

Nos derniers articles

Les coeurs simples, textes rassemblés par Albert Algoud, publié chez Casterman.
Culture

5 (nouvelles) BDs pour un Noël engagé !

Plonger dans les problématiques de l’agriculture biologique, découvrir l’enfance d’un grand homme inspirant ou s’émouvoir des « cœurs simples », grands oubliés de la littérature… C’est tout cela (et plus encore !) que l’on vous propose dans cette sélection de BDs engagées, à offrir à Noël.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 14 décembre 2017 En savoir plus

BTS éco-gestion ESS - Lycée René Cassin
Etudes & formations

Un BTS option ESS pour élargir ses horizons

Le lycée professionnel parisien René Cassin s'est illustré en lançant un BTS Compta-gestion option ESS en 2017. S'il existait déjà des masters tournés vers l'Économie sociale et solidaire en France, cette formation de niveau Bac +2 est une première. Reportage.

Rédigé par Anaëlle Guisset
le 11 décembre 2017 En savoir plus

Le XXIe arrondissement de Paris, riche en découvertes solidaires et citoyennes.
Sports & loisirs

Balade solidaire dans le 11e arrondissement de Paris

Lauriane, rédactrice pour Say Yess, est partie à la recherche de bonnes adresses pour réchauffer les week-ends hivernaux. Après une balade guidée par un conférencier de la mairie de Paris, elle vous livre ses bonnes adresses situées dans le 11e arrondissement de Paris.

Rédigé par Lauriane Barthélémy
le 8 décembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.