Agir au quotidien

Vivre dans une colocation solidaire

Publié le 30 août 2017

Colocation intergénérationnelle, colocation contre un engagement associatif, colocation auprès de populations fragilisées, des solutions alternatives à la colocation traditionnelle se développent.

Colin en action lors de son Kaps au sein de l'Afev

Se sentir utile

« Je voulais me sentir utile ». Que ce soit Gaëlle, Colin, Marianne ou Giovanna, tous ont en commun ce besoin d’engagement. « Après deux années de bénévolat au sein de l’Afev puis un service civique, j’ai eu envie d’aller plus loin en intégrant un « kaps », une colocation à projet solidaire », raconte Colin, 24 ans, étudiant en informatique. L’objectif de l’Afev, l’association qui chapeaute les « kaps », est de créer du lien social dans les quartiers défavorisés à travers l’engagement de la jeunesse.

Colin et ses quatre colocataires s’investissent dans une résidence située en quartier prioritaire de la Politique de la ville pour proposer des animations aux résidents (balade urbaine, atelier lecture, jeux, etc.). Chaque étudiant consacre en moyenne 5 à 6 heures d’engagement par semaine dont deux heures consacrées à l’accompagnement auprès d’enfants du quartier.

Cette colocation m’apporte beaucoup de bonheur. On se rend des petits services, on partage des repas et des sorties.

Et les étudiants ne sont pas les seuls à se sentir utiles. Elisabeth, 79 ans, vit en colocation à Versailles avec Giovanna, une étudiante italienne de 28 ans. « Cette colocation m’apporte beaucoup de bonheur. On se rend des petits services, on partage parfois des repas et des sorties, précise Elisabeth. La solitude était très dure pour moi depuis le décès de mon mari. Se sentir utile est très important pour tenir debout lorsqu’on est une personne âgée. » Et pour Giovanna, en pleine préparation de son agrégation « vivre avec un senior offre de la tranquillité et de l’entraide ».

Giovanna et Elisabeth, en colocation solidaire
Giovanna et Elisabeth, en colocation solidaire.
Partager des moments de convivialité

Le « vivre-ensemble» est également au cœur du Centre d’Hébergement de Stabilisation (CHS) Valgiros qui peut héberger 21 personnes sans-abris et 11 bénévoles à Paris. L’enjeu du projet, porté par l’association Aux captifs la libération, est d’offrir de la mixité sociale pour faciliter la réinsertion de personnes en situation d’exclusion. Dans ce lieu, chacun dispose de sa chambre et partage les espaces de vie communs.

Parmi les bénévoles, Marianne, 28 ans, actuellement en recherche d’emploi : « Nous ne sommes ni éducateur spécialisé, ni psychologue, explique la jeune femme. On ne peut pas régler les problèmes mais d’être là, d’écouter, c’est déjà beaucoup. On prend soin des uns et des autres. Je donne juste ma personne et ma présence. C’est ça le but de ce lieu ! »

Repas partagé © Aux captifs la libération
Repas partagé © Aux captifs la libération

Dans l’immeuble de l’Afev Toulouse, les moments de la vie quotidienne entre les étudiants sont autant de temps d’échanges et de partage autour des différents projets. « On discute de nos bonnes pratiques et des passerelles à développer entre les projets », précise Gaëlle, 20 ans qui a lancé un projet autour des jeux de société à Toulouse. Même constat dans la colocation de Colin : « Dans notre colocation, on partage plus qu’un logement. On partage cette même envie de s’engager ensemble ! »

Se loger moins cher

« Sans l’Afev, je n’aurai pas pu me loger à Toulouse. Les loyers sont très chers et j’aurai dû faire les allers-retours quotidiens dans ma campagne ariégeoise ! », explique Gaëlle. A Paris, l’Afev connait une très longue liste d’attente. « Pour un logement de 90 mètres carrés, le prix par personne est de 350 € et avec les allocations, le prix tombe à 190 €, précise Maxime Hurault, délégué territorial Paris Sud de l’Afev Paris. Avec la crise du logement à Paris, ce type de colocation peut être vu comme une aubaine ! ».

Dans notre colocation, on partage plus qu’un logement. On partage cette même envie de s’engager ensemble !

Pour s’assurer que la motivation de l’étudiant n’est pas uniquement animée par l’attrait d’un loyer modéré, une sélection en plusieurs étapes est mise en place, du dépôt de candidature à un entretien individuel. Même procédure pour l’association chrétienne de solidarité Ensemble2generations qui propose un logement (gratuit, économique ou solidaire) contre des services aux personnes âgées pour s’assurer de la motivation et des affinités culturelles ou artistiques. « Quand on passe un concours, on doit s’y consacrer complètement, le loyer modéré est un vrai avantage », atteste Giovanna.

Moins chère et conviviale, la colocation solidaire est une solution pour tous ceux qui souhaitent s’investir dans un projet porteur de sens. A chacun de trouver la formule qui lui convient le mieux !

D'autres associations de colocation solidaire :
http://lazare.eu/
http://associationpourlamitie.com/
www.maisonfrateli.org

Pour en savoir plus sur les initiatives à destination des personnes SDF, lire aussi notre article.

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Give back the yoga

    Give back the yoga - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • La bergerie des Malassis rumine la ville !

    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

La folie des merveilles L5 © Bruno Delamain
Social, solidaire, etc.

Marché alternatif et ateliers créatifs au Festival Youth We can !

Vous avez envie de vous engager et des projets plein la tête, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Le festival Youth We Can! le 23 septembre prochain est l’occasion de répondre à toutes vos interrogations ! Ateliers, DIY, marché alternatif et autres rencontres citoyennes au programme.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 20 septembre 2017 En savoir plus

Atelier de recherche d'emploi - Cojob
Conseils (de) pro

Chercher du boulot et bien le vivre, c’est possible !

La recherche d’emploi est souvent un casse-tête… En misant sur l’entraide et la bienveillance, des associations rendent cette période plus positive.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 septembre 2017 En savoir plus

Lancement de la v2 du magazine Say Yess
Social, solidaire, etc.

Say Yess fait peau neuve !

La nouvelle version de Say Yess est en ligne ! Découvrez nos nouvelles rubriques et notre Say Yess Tv.

Rédigé par La redaction
le 11 septembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.