Planète

Ce que mon engagement associatif m’a apporté

Publié le 27 juillet 2017

Aujourd’hui jeunes actifs, Alain, Oriane et Astrid ont en commun des valeurs et un vécu qui ont modelé leurs parcours. Dans leur vie pro comme dans leur vie perso, ils sont unanimes : l’expérience associative, au sein du REFEDD, les a profondément marqués.   

Alain Tord, ancien président du REFEDD avec d'autres membres du réseau

« L’associatif m’a beaucoup fait évoluer dans mon mode de pensée et de consommation » analyse Alain Tord, 26 ans. «Il y a quelques années, je n’étais pas écolo. Aujourd’hui, c’est central pour moi ! J’ai changé mon mode de consommation, je fais attention à ce que j’achète et je vis en éco-colocation ». Engagé pendant plusieurs années au sein du REFEDD (Réseau Français des Etudiants pour le Développement Durable), Alain a mené de nombreuses actions et projets en lien avec cette thématique.

Même son de cloche chez Astrid Barthélemy, déjà sensibilisée au monde associatif au sein de sa famille « où tout le monde était très engagé dans des associations sportives ». La jeune femme choisit aujourd’hui d’acheter ses habits dans des boutiques éthiques ou de les troquer, a investi dans un fairphone acheté « au prix juste, modulaire et dont on peut changer les pièces, si il ne fonctionne plus ».

Astrid Barthélémy, pendant une action de team building au sein du REFEDD
Astrid Barthélemy, pendant une action de team building building pour la 11è Conférence des Jeunes.

Comme Alain et Astrid, Oriane Cebile, qui travaille depuis un an pour l’Observatoire immobilier durable, est passée par le REFEDD. A 24 ans, elle a déjà été présidente de ce réseau qui fédère des associations étudiantes engagées pour le développement durable, pendant un an et demi.

Elle a succédé à Alain, devenu trésorier pendant 6 mois ensuite, « en télétravail depuis Montréal où je poursuivais mes études. Je faisais les réunions à distance avec 6h de décalage horaire, mais ça a bien  marché ! » se remémore-t-il avec le sourire. Quant à Astrid, elle a œuvré comme secrétaire générale bénévole avant de devenir déléguée générale salariée, de novembre 2013 à juillet 2016.

Des années d’amitié, de réseau et de formation

En évoquant ces années d’engagement, les trois acolytes ont du mal à énumérer tout ce qu’elles leur ont apporté. Tant au niveau personnel que professionnel. « Beaucoup d’idées, d’amis, mais aussi les projets des autres qu’on voit se construire » détaille Astrid. « C’est parfois difficile à gérer aussi, ajoute Oriane, l’engagement cela renvoie à nos valeurs, à ce qui nous tient à cœur. Il faut donc ménager les sensibilités de chacun. On s’engage en plus de notre vie quotidienne. Ça nous apprend à faire attention aux gens. »

Alain Tord, pendant une action militante.
Alain Tord, faisant une annonce lors d’un événement du REFEDD.

Tous soulignent l’importance dans leur parcours de cette prise de responsabilités, et notamment pour leur entrée dans la vie professionnelle. « On a beaucoup appris sur le tas, par la pratique. C’est chouette de faire des choses concrètes, à côté d’un master qui est très conceptuel. Pour les événements ou les ateliers, il faut trouver une salle, des micros, faire des affiches. L’associatif m’a aussi permis d’acquérir des compétences et de l’expérience professionnelle très utiles pour la suite. »

En effet, au sein du REFEDD, Alain s’est constitué un réseau et une bonne connaissance des thématiques liées au développement durable. Une expérience significative qui lui a permis d’obtenir un poste dans l’enseignement supérieur.

« Avoir un impact, être utile, voilà ce qui est important pour moi »

Pour Oriane, diplômée de Sciences po depuis un an, cet engagement a clarifié ses objectifs professionnels : « Avoir un impact, être utile, voilà ce qui est important pour moi. Aujourd’hui, je suis salariée d’une association. Je ne serais pas arrivée là sans avoir eu ce parcours. Ça m’a montré qu’il n’y a pas que les entreprises et les grands groupes où l’on peut travailler. »

Oriane Cebile, ancienne présidente du REFEDD
Oriane Cebile, présidente du REFEDD de juin 2014 à janvier 2016.

Quant à Astrid, elle en est convaincue, son expérience au sein du REFEDD lui a ouvert des portes : « Mes études et mon engagement associatif m’ont permis d’apprendre un métier ! ». A 28 ans, elle cherche de nouvelles opportunités après avoir pris du temps pour voyager et faire un programme d’échange aux Etats-Unis sur le changement climatique.

Comment s'engager ?
Ces parcours vous inspirent ? L’engagement associatif est multiple et varié. Bénévole, service civique ou salarié, quelques heures par mois ou à plein temps, chacun peut y trouver sa place ! Et donner du sens à son action, avec et vers les autres. Pour trouver la cause ou la structure qui vous correspond, lisez notre article Etudiants, comment s’engager ?
Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Ce que mon engagement associatif m'a apporté – La part du colibri

Publié le 10 août 2017

[…] Lire l’article, chez Sayyess […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.