Solidarités

Eurockéennes : un festival sous le signe de la musique accessible

Publié le 17 juillet 2017

Dans l’espace All Access, voué à mêler les personnes en situation de handicap et les valides pendant la durée du festival, des artistes prouvent que la musique est faite pour tous. Rencontres.

Commande en langage des signes au bar sourd lors des Eurockéennes de Belfort 2017.

Samedi soir, 21h30, le concert de Booba retentit au loin depuis la grande scène des Eurockéennes de Belfort. Mais sous la tente All Access, un autre musicien agite la foule :  Nicolas Huchet, fondateur de l’association My Human Kit, propose un set de batterie endiablé. En lieu et place de sa main droite, une prothèse lui permet de tenir et manier une baguette. Au dernier son de cymbales, les applaudissements et « hourras » des festivaliers valides et handicapés se mêlent. Le pari de rapprocher tous les publics semble réussi.

Nicolas Huchet - espace All Access, Eurockéennes de Belfort 2017
Nicolas Huchet à la batterie, donne un concert dans l’espace All Access.

« Je vous présente ma main bionique, vous n’allez pas en revenir », annonce le créateur, musicien et même conférencier, en enfilant une prothèse dont tous les doigts sont mobiles. Pour lui, qui travaille à rendre les prothèses adaptables et abordables grâce à des plans Open Source et du travail en FabLab, il s’agit de faire tomber des barrières : « Il suffit de 300 euros et d’une imprimante 3D ! Je peux même me mettre à la langue des signes avec ! », plaisante-t-il. En effet, à quelques pas, il est possible de commander une boisson au bar sourd. Car dans l’espace All Access, les habitudes sont bouleversées : les personnes handicapées accueillent les personnes valides, qui peuvent pour l’occasion apprendre à signer.

 Commande de la journaliste Marie Le Douaran en langage des signes.
Say Yess a testé le bar sourd en signant !
Un espace d’expérimentation

Ce lieu un peu particulier est né en 2016. « C’est un peu dommage de devoir entrer dans une tente pour y accéder, car je pense que beaucoup de personnes n’ont pas la curiosité, remarque Jérémie, un festivalier curieux. En même temps, personne ne comprendrait le bar sourd s’il était au milieu des autres bars ! » 

Tente de l'espace All Access - Eurockéennes de Belfort 2017.
La tente de l’espace All Access.

« Bien sûr, c’est encore très expérimental, note Manon Vautheny, coordinatrice du projet. Mais nous étions arrivés à un dispositif d’accueil des personnes à mobilité réduite abouti, et nous souhaitions aller plus loin, donc nous testons. Il y a des améliorations à apporter et il faut le temps que les festivaliers s’habituent à l’existence de cet espace. » L’an dernier, 900 personnes en situation de handicap sont passées par la tente All Access. Aucun chiffre n’est encore disponible pour les valides.

Pourquoi pas des concerts signés ?

Chaque après-midi pendant le festival, ils sont une vingtaine à assister au concert « chansigné » de Laëty Tual, qui rend accessible la musique aux sourds et malentendants, en plus de démocratiser la langue des signes. Comment ? « Je traduis d’abord le texte de la chanson, puis je travaille sur le rythme pour garder le flow, les intonations, ce qui me permet d’affiner la traduction. Le plus difficile, c’est de rendre compte des jeux de mots ».
 

 
« Pour les valides, il est facile d’écrire et raconter le quotidien en chanson. Mon rêve, c’est qu’un sourd me propose d’interpréter son concert, avec ses propres mots », explique l’artiste de 36 ans, dans un sourire communicatif. Si ce projet n’est pas encore au programme, elle fourmille d’idées pour aller plus loin dans la mixité des publics et l’accessibilité de la musique. « Déjà, il faudrait que les artistes se mettent à sous-titrer leurs clips. Ensuite, les festivals pourraient proposer des concerts complets traduits pour les sourds et malentendants ». Une idée pour les Eurocks 2018 ?

Image writer

Rédigé par

Marie Le Douaran

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Le métier d’agent-e animalier

    Le métier d'agent animalier - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e de médiation

    Métier d'agent/e de médiation 
 - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Stéphane, au service des défis environnementaux

    Stéphane, co-directeur d'un Centre permanent d’initiatives pour l’environnement - UNCPIE
    icone-youtube-play

    Par: UNCPIE

Nos derniers articles

Etudes & formations

Les Maisons familiales rurales forment « des citoyens complets »

Modèle d'éducation associatif unique, le mouvement des MFR réunit parents, professionnels et acteurs locaux pour proposer des formations sur des territoires majoritairement agricoles. Rendez-vous en Normandie, dans l'un de ces établissements.

Rédigé par Julien Palomo
le 19 janvier 2018 En savoir plus

© Savoie lactée
Planète

Quand les agriculteurs reprennent en main leur filière

Face à des problèmes comme la pénurie, la concurrence ou des tarifs tirés vers le bas, des producteurs s’organisent pour assurer leur avenir.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 17 janvier 2018 En savoir plus

Solidarités

Les Youtubeurs au service des ONG

On les attend plus sur les anecdotes du quotidien, l’humour ou les tutos beauté, dans des vidéos suivies par des milliers de (jeunes) fans. Pourtant certains de ces influenceurs s’aventurent sur d’autres terrains et mettent leur notoriété au service de causes engagées.

Rédigé par Jérémy Pain
le 12 janvier 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.