Solidarités

Les Eurockéennes, un tremplin musical… et professionnel

Publié le 10 juillet 2017

Aux Eurockéennes de Belfort, du 6 au 9 juillet, il n’y a pas que de la musique. Des centaines de personnes, bénévoles, employées ou participantes à des chantiers d’insertion sont présentes pour le bon fonctionnement du festival.

Adelisa, 18 ans, et Amira, 20 ans, font partie de la brigade du tri aux Eurockéennes de Belfort.

Vêtus de leurs t-shirts bleus « Comfort Crew », Apolline et Sefa, 19 et 20 ans, distribuent une petite enquête aux festivaliers. « Il fait super chaud, mais on est contents ! C’est bien de travailler, même bénévolement, pour le festival parce que ça montre qu’on est prêts à s’impliquer pour autre chose que nos études. » Ils font partie des 400 bénévoles des Eurockéennes de Belfort (90), qui mènent à bien leurs missions durant quatre jours. Sur la presqu’île de Malsaucy, d’autres t-shirts bleus sont chargés de la billetterie, de l’accueil des artistes, de la presse ou encore des partenaires.

Les "petites mains" des Eurockéennes de Belfort.
Marion et Eléonore, 20 ans, au premier plan. Maryne et Mathilde, 20 et 19 ans, au second plan.

A leurs côtés, les t-shirts blancs sont le signe distinctif d’autres « petites mains » du festival. Chaque année, les Eurocks lancent une grande campagne de recrutement (500 emplois ont été pourvus pour cette édition) pour des postes très variés : accueil des festivaliers, régie, signalétique… « Je me dirige vers l’événementiel, donc j’ai postulé pour l’accueil, sourit Laura, tout juste 18 ans. Ce n’est pas évident de trouver un boulot d’été qui corresponde à ce qu’on veut faire, donc c’est bien d’être sur un si gros événement. J’espère que ça m’aidera pour trouver un stage ou un job l’an prochain ! » Attablées, Marion, Eléonore, Maryne et Mathilde nourrissent les mêmes ambitions professionnelles. Elles ont choisi elles aussi de s’investir pour avoir une première expérience dans ce domaine.

Donner une chance

Depuis 29 ans, le festival porté par l’association Territoire de musiques ne cesse de grandir et apporte une dynamique très importante sur le territoire. D’un point de vue économique, on comptabilise près de 11 millions d’euros de retombées directes et indirectes, et près de 100 000 euros pour des associations locales. Et le festival mise chaque année sur l’insertion en tissant des partenariats avec des structures locales.

Point de tri aux Eurockéennes de Belfort
Point de tri aux Eurockéennes de Belfort

Parmi la centaine de personnes embauchées pour la gestion des déchets sur le site, 7 sont en formation à l’Ecole de la 2e chance. L’organisme accueille des jeunes de 18-25 ans, majoritairement sans diplôme et sans expérience, qui n’ont pas encore trouvé leur voie. Pour les 7 membres de la « brigade du tri », le challenge des Eurockéennes « c’est d’être à l’heure, de respecter les consignes et les règles du festival », explique Alexandra Cauffre, directrice de l’école. Aucun d’entre eux ne se destine à une carrière dans le tri des déchets, mais « peu ont les codes de l’entreprise, c’est donc une expérience formatrice. »

Miser sur la confiance

« Pour nous, les quatre jours de musique c’est plutôt une soupape de décompression ! », sourit Laurent Fabius, du Service accueil de jour du CEP Ladouce à Bavilliers. En charge d’un chantier d’insertion mené depuis 10 ans avec les Eurockéennes, il coordonne une équipe de 7 mineurs non accompagnés et d’un mineur déscolarisé, qui participe à la mission de « montage-démontage » des accès sécurisés, avant et après le festival.

Eurockéennes de Belfort
Eurockéennes de Belfort

Il n’est pas encore question pour eux de trouver un emploi : « On a pour mission de régulariser la situation des mineurs non accompagnés afin qu’ils aient obtiennent un titre de séjour, explique Laurent Fabius. Tout élément, comme un contrat avec les Eurockéennes, est bon à apporter à leur dossier. Et c’est souvent une première expérience professionnelle pour eux. » En contrepartie de leur travail, les jeunes touchent un salaire de stagiaires, assistent aux concerts et sont intégrés à la grande équipe des salariés. Pour ces jeunes, originaires d’Afrique centrale ou d’Afrique noire, c’est aussi l’occasion d’être confrontés au monde du travail en France et à la culture française. « Les Eurockéennes leur font confiance, c’est un signal très positif et important pour nous et pour les jeunes. »

Image writer

Rédigé par

Marie Le Douaran

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e valoriste

    Métier de valoriste -
 Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Fiona, scout chez EEDF : « Lorsque l’on s’engage, on s’engage aussi auprès des autres »

A 30 ans, Fiona est professeur d’italien et professeur de français langues étrangères. Elle est engagée depuis son adolescence chez les Éclaireuses et Éclaireurs de France, une association de scoutisme laïque inscrit dans l’éducation populaire.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 9 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.