Accompagnés pour créer

Quand une idée se transforme en projet étudiant… et crée une vocation

Publié le 6 juillet 2017

Nous avons retrouvé Lou et Mathilde, les deux fondatrices du Baba. L'occasion pour elles de revenir sur leur accompagnement par Enactus et nous en dire plus sur ce que l'entrepreneuriat étudiant leur a apporté.

Lou Blanco et Mathilde Prilleux, fondatrices du Baba

Au tout début, le Baba n’était rien d’autre qu’une « idée cool », comme le dit Lou Blanco. Le projet prend corps lorsque Lou et Mathilde rejoignent Enactus. Cette association accompagne des projets d’entrepreneuriat social portés par des étudiant-e-s. Et elle est séduite par le projet. Car les deux jeunes femmes veulent créer un marché-cantine dont les plats seraient concoctés par des chefs migrants. Retour sur une année d’accompagnement.

C'est la zone de titre
Envie d’en savoir plus sur l’association Enactus ? Say Yess a laissé la parole à trois jeunes engagés au sein de la structure. Retrouvez les témoignages de GuillaumeKévin et Rosine. 
D’une simple idée à un vrai projet à impact social

Sans trop savoir à quoi s’attendre, les deux étudiantes décident de s’impliquer au maximum dans le programme d’accompagnement. Dans un premier temps, Margaux, leur coordinatrice Enactus, les aide à dépasser le stade de l’idée pour développer une vraie identité. C’est ainsi que naît le Baba.

Le Baba s’inspire des food markets sud-africains qui effacent les barrières sociales dans un pays encore marqué par son histoire. Sous ce format de marché-cantinue, le Baba se veut un lieu de rencontre entre chefs migrants et gourmands désireux de découvrir une nouvelle culture.

Lou et Mathilde le reconnaissent, l’accompagnement, découpé en plusieurs temps forts sur l’année universitaire, leur permet de « passer d’une idée cool à un projet cadré ». Elles comprennent vite qu’elles ont besoin de fédérer une équipe autour du projet. Clément, Marie et Oum les rejoignent.

Un équilibre à trouver

Ces premiers temps ne sont pas forcément évidents. Les deux jeunes entrepreneures doivent apprendre à déléguer. Après quelques tâtonnements, l’équipe arrive à trouver un équilibre dans la répartition des tâches.

Cette expérience leur fait comprendre que l’entrepreneuriat ne se passe pas toujours comme prévu. « On s’est retrouvés dans des situations où il fallait être inventif, sinon ça ne marchait pas » déclare Lou. Et la gestion d’une équipe en fait partie. Notamment lorsqu’ils doivent continuer l’aventure à quatre. Pour autant, aucun regret ! Le Baba leur a apporté tant professionnellement que personnellement.

La pédagogie d’Enactus : apprendre en faisant

Pour Enactus, il n’y a pas meilleur professeur que la pratique. « On pousse les projets à expérimenter au plus vite. Il est important qu’ils testent leur idée, même si c’est à une échelle réduite », précise Margaux. C’est que l’équipe fait avec succès en créant des événements autour de leur concept.

Mathilde à la soirée de lancement du Baba.

C'est la zone de titre
Revivez la soirée de lancement du Baba, à laquelle Say Yess a assisté.

Et l’impact social du projet est déjà palpable. Certains cuisiniers ont déjà été contactés par d’autres structures. « Cela prouve que le Baba sert de tremplin. On ne cherche pas à augmenter les revenus de deux ou trois chefs réfugiés. On recherche l’autonomisation à long terme, par la formation professionnelle. Pour qu’ils travaillent dans un domaine qui leur plaît vraiment », explique Lou.

Cette expérience concrète leur a permis de développer de nombreuses compétences, en gestion de projets notamment. Un complément précieux à la formation théorique dispensée à Sciences Po. « J’ai enfin l’impression de savoir faire quelque chose de mes mains » dit Mathilde, amusée. « Le théorique, c’est bien, mais au bout d’un moment, il faut décrocher le téléphone, trouver des solutions, et trouver des solutions de dernière minute quand ça marche pas. »

Et leur acharnement est récompensé, puisqu’elles ont remporté plusieurs prix, notamment le deuxième Prix de la Solidarité étudiante de la Fondation Veolia et le troisième prix du Concours Innovate de la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Grâce aux opportunités offertes par Enactus, le projet a également reçu un fonds d’amorçage d’une valeur de 1000€ de la Fondation VINCI pour la Cité.

 

Continuer le Baba aussi longtemps que possible

Même si l’année est terminée, l’aventure du Baba ne s’achève pas pour autant. Il reste encore à éprouver le concept de marché-cantine. « Lors de nos événements, on a vu que les gens sont intrigués par ce qu’ils mangent, ils ont besoin de poser des questions, de rencontrer les chefs » explique Lou.

Cette aventure entrepreneuriale a bouleversé les plans des deux étudiantes. Lou, qui s’intéressait à l’économie du développement, veut continuer à entreprendre. Mathilde est toujours attachée à la culture, mais aimerait renforcer le rôle de l’action publique dans le soutien de l’entrepreneuriat social. Toutes deux partagent la même vision : donner du poids à l’Economie sociale et solidaire (ESS), mais en passant par des chemins différents.

Pour le moment, elles ne comptent pas arrêter leur activité. Mais cela dépendra du chemin que chacune va emprunter. « On s’est toutes les deux mis dans la tête de faire une école de commerce après Sciences Po.»

Le Baba a cependant vocation à évoluer, même après leur départ. A l’avenir, les deux jeunes entrepreneures espèrent transformer ce projet associatif en Coopérative d’activité et d’emploi (CAE). Mais pour le moment, elles cherchent surtout à recruter d’autres étudiant-e-s. Ce qui leur permettrait de préparer et anticiper les prochaines étapes de développement. Celles qui avaient auparavant du mal à déléguer semblent avoir compris l’importance d’être bien entourées.

C'est la zone de titre
Vous êtes étudiant-e et le projet vous intéresse ? Retrouvez les postes disponibles sur la page Facebook du Baba. L’équipe du Baba a présenté sa candidature au budget participatif de la Marie de Paris pour la construction de lieu de cuisine et d’alimentation partagés et solidaire.  Du 13 Septembre et le 1er Octobre 2017, vous pouvez voter pour leur projet

 

Image writer

Rédigé par

Pauline Coutier

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Le métier d’agent-e animalier

    Le métier d'agent animalier - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e de médiation

    Métier d'agent/e de médiation 
 - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Stéphane, au service des défis environnementaux

    Stéphane, co-directeur d'un Centre permanent d’initiatives pour l’environnement - UNCPIE
    icone-youtube-play

    Par: UNCPIE

Nos derniers articles

© Savoie lactée
Planète

Quand les agriculteurs reprennent en main leur filière

Face à des problèmes comme la pénurie, la concurrence ou des tarifs tirés vers le bas, des producteurs s’organisent pour assurer leur avenir.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 17 janvier 2018 En savoir plus

Solidarités

Les Youtubeurs au service des ONG

On les attend plus sur les anecdotes du quotidien, l’humour ou les tutos beauté, dans des vidéos suivies par des milliers de (jeunes) fans. Pourtant certains de ces influenceurs s’aventurent sur d’autres terrains et mettent leur notoriété au service de causes engagées.

Rédigé par Jérémy Pain
le 12 janvier 2018 En savoir plus

Collecte dans un supermarché - Crédit DR
Solidarités

Ces associations qui prennent soin des personnes précaires

En Ille-et-Vilaine, Bulles Solidaires collecte et distribue des produits d’hygiène et de beauté aux SDF et personnes en grandes difficultés. D’autres initiatives existent ailleurs en France.

Rédigé par Claire Baudiffier
le 10 janvier 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.