Agir au quotidien

Ce chocolat qui contribue à un monde équitable et responsable

Publié le 19 avril 2017

En version SCOP ou commerce équitable, trois entrepreneurs du chocolat contribuent à mitonner un monde meilleur... Et même à lutter contre le commerce de drogue !

Des chocolats au goût… démocratique ! Voilà ce que propose aux gourmands la Scop Art Chocolatier, basée dans le Vaucluse depuis 2007. Inspiré par son père, lui aussi entrepreneur social, Stéphane Roux abandonne son travail en grande distribution et choisit le statut coopératif pour son futur commerce pertuisien. « Une entreprise qui appartient aussi bien aux salariés qu’aux gérants ça motive les troupes et ça profite à tous, explique madame Roux, la compagne du maître chocolatier. Nous comptons cinq employés en CDI qui sont tous sociétaires. »

chocolat-roux-coffret
Partager le profit et les décisions, c’est le credo des Sociétés Coopératives et Participatives : les salariés sont associés majoritaires, élisent le dirigeant et ont un poids égal dans le vote.

Profiter aux producteurs de cacao… et aux autres acteurs

Cette envie de justice s’étend aux fournisseurs de cacao : « Nous avons travaillé avec une famille costaricaine dans la région de Turrialba dans le but de planter 3.000 pieds de cacaoyers. C’est une belle histoire et une belle rencontre que nous espérons prolonger », poursuit madame Roux. Un contrat de confiance qui devrait permettre à la chocolaterie de posséder son propre cacao d’ici trois à quatre ans. En attendant, sa boutique en ligne propose une large gamme de chocolats : pralinés, au caramel beurre salé et même parfumés au piment d’Espelette.

Plus au nord, à Paris, le même sens du partage anime Guillaume Hermitte, fondateur en 2006 de Puerto Cacao, un bar à chocolat éthique et solidaire. C’est durant un voyage au Venezuela, alarmé par la situation précaire des producteurs de cacao, qu’il décide de créer sa propre filiale. « L’entreprise a bien évolué depuis, puisque nous avons rejoint le groupe SOS en 2013 et que nous possédons maintenant trois magasins », indique Dimitri Cournède, l’actuel directeur. La société inscrit les petits producteurs de République dominicaine dans un commerce équitable, en leur achetant directement son cacao, à un prix fixe et qui leur permet de vivre dignement de leur travail. Les autres ingrédients sont principalement bio et les emballages fabriqués en France pour limiter l’impact environnemental.

chocolat-puerto-cacao

Si l’entreprise voulait initialement assurer toutes les étapes de production, elle fait aujourd’hui appel à des sociétés extérieures. « Nous travaillons exclusivement avec des entreprises d’insertion, un rapport qui nous est facilité par le Groupe SOS », selon le directeur. La matière première est ainsi confiée à un atelier d’insertion et un atelier familial, qui travaillent à la préparation de ganaches, de mendiants ou de caracaos, des palets de chocolat remplis de caramel fondant.

Le cacao contre la cocaïne !

D’autres utilisent carrément le cacao pour militer, comme Chocolero, une entreprise citoyenne créée en 2014 à Bruxelles. « Notre mission est de combattre la production et la consommation de narcotiques au moyen d’une arme pacifique et nourrissante qui est le chocolat », explique Maximilien Duvauchelle, export manager.

chocolero

Au Pérou et en Colombie, beaucoup de paysans cultivent la coca, le produit de base de la cocaïne. Chocolero utilise la gourmandise pour les en détourner. Grâce au micro-crédit, l’entreprise finance des outils et des plants de cacao. « A ce jour, environ 1.500 dollars ont été prêtés à 42 paysans péruviens ou colombiens installés dans les zones où la coca demeure un problème », indique Maximilien. L’entreprise importe ensuite les fèves en Europe, les transforme en un chocolat bio, sans lécithine de soja, et les vend aux amateurs de Suisse, d’Allemagne et de Suède. De plan en plan, des hectares entiers ne sont plus dédiés à la culture de la coca mais aux arbustes de cacao, ornées de leurs cosses jaunes.

Mais au-delà de la production, c’est la consommation de cocaïne qui inquiète nos « dealers » de chocolat. Une partie des gains est donc reversée à des associations préventives de lutte contre la drogue. Des carrés noirs contre la poudre blanche : le commerce responsable permet des avancées improbables !

chocolat-business-model-chocolero-2

Image writer

Rédigé par

Nassim Ez-Zaher

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Manulecoop

Publié le 19 avril 2017

Une eboutique dédiée à l'ESS propose aussi les chocolats de Ethiquable et de la Table de Cana (entreprise d'insertion). à voir sur www.shopncoop.fr/boutique/

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.