A vous de jouer !

Parcours atypiques

Tous les chemins mènent à l’ESS

L’économie sociale et solidaire (ESS) brasse une belle diversité de profils et de parcours. Say Yess a eu envie de se pencher sur ces jeunes qui ont décidé de faire de l’ESS un pilier important de leur vie. Des parcours atypiques les ont menés à l’ESS. Portraits.

parcours_ess
0
Les voyages qui mènent à l’ESS

Magali, 26 ans, est responsable marketing chez microDON, une startup qui développe des projets de mécénat participatif. Sur l’Île de la Réunion, où elle grandit, elle découvre « une société fondée sur le vivre-ensemble ». Un voyage en Inde à 9 ans lui sert de déclic : elle veut travailler dans l’humanitaire. Après le bac, elle enchaîne prépa littéraire et école de commerce, un choix d’études « réfléchi du début à la fin » car ces profils sont recherchés dans l’humanitaire.

Consciente de l’importance de l’expérience terrain, elle effectue un stage humanitaire au Togo. Une expérience qui la conforte dans ses choix et lui permet de repousser ses limites. « Quand on arrive, on se demande si on va tenir et au bout de deux mois, on ne veut plus partir ! »

Elle mène également un projet étudiant au Kosovo pour acheminer du matériel médical, qui n’aboutit pas. Elle en tire une leçon : « On ne peut pas improviser dans l’humanitaire. L’envie de bien faire ne suffit pas. Des structures très sérieuses le font déjà très bien. »

Magali travaille à MicroDON

Magali est responsable marketing chez MicroDON.

De retour en France, elle trouve un stage chez microDON, où elle découvre réellement l’ESS. Quatre ans plus tard, elle y est toujours, à un détail près : elle travaille désormais de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, pour retrouver un cadre de vie qu’elle avait perdu à Paris.

Le bénévolat associatif précoce

L’engagement associatif, c’est aussi la porte d’entrée de Jeremy, étudiant de 22 ans, sensibilisé dès son plus jeune âge. Quand il a 13 ans, son oncle lance e-graine avec des copains. Un jour, ils réalisent une vidéo de sensibilisation aux déchets. « Ils avaient besoin de figurants. Mon expérience de bénévolat a commencé comme ça ! ». Il devient adhérent de l’association, effectue des missions bénévoles. Il intervient aussi au festival Solidays, pour des actions de sensibilisation.

A 18 ans, un séjour à Hong-Kong lui fait réaliser son attachement au monde associatif. « Là-bas, la société civile est moins foisonnante qu’en France. » Il monte alors un projet pour rapprocher les étudiants internationaux et hongkongais, via des soirées pizza.

Jeremy, bénévole chez CliMates

Jeremy fait partie de CliMates, une association qui s’intéresse à la question du changement climatique.

Aujourd’hui, Jeremy a rejoint CliMates, une association de jeunes engagé-e-s contre le réchauffement climatique, et Voxe.org, plate-forme de décryptage des programmes politiques.

Il y a un an enfin, il rejoint le conseil d’administration d’e-graine. « C’est toujours du bénévolat, mais avec d’autres problématiques, dont je n’avais pas forcément conscience. »

Le hasard des études

Jérémie, 27 ans, est doctorant en sciences économiques, avec une forte sensibilité pour l’ESS.

Une vocation qui ne va pas forcément de soi. « J’ai passé mon bac en retard, à 21 ans et en accéléré», explique-t-il avant d’ajouter « j’ai plusieurs handicaps qui m’ont retardé dans ma scolarité. » Il obtient son bac pro Comptabilité mention très bien, qui lui permet d’intégrer une licence d’économie et gestion un peu par hasard.

Un heureux hasard, car « l’économie m’a vraiment plu ! », reconnaît-il. Il intègre ensuite un Master 2 en Droit et développement de l’économie sociale et solidaire, dans le cadre duquel il effectue un stage en asso, suivi d‘une thèse en sciences éco, teintée d’ESS.

Comme Jeremy et Magali, Jérémie se reconnaît dans l’ESS qui « se rapprochait de [s]on corpus de valeurs initial. » Découverte de cultures étrangères, engagement associatif précoce, parcours scolaire hors des sentiers battus… Les chemins qui conduisent à l’ESS sont nombreux. Il n’y a pas de profil type. Et vous, qu’est-ce qui vous a mené-e à l’ESS ?

 

Auteur de l'article : Pauline Coutier

Laisse un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *