Dis-moi pourquoi tu bosses

Formateur : « Transmettre, et voir ces jeunes réussir »

Publié le 12 avril 2017

Younes El Marzouki, 30 ans, est tuteur-formateur à l'IRUP, centre de formation sous statut associatif. Un métier qu'il aime, au contact de jeunes en alternance.

« Le fait de travailler dans une association qui forme des jeunes à un métier pour un environnement complexe et exigeant et dont l’insertion professionnelle dépasse les 90%, cela donne du sens à mon travail. » Depuis deux ans, Younes travaille dans la filière nucléaire de l’Institut régional universitaire polytechnique (IRUP) basé à Saint-Étienne. Ses élèves, âgés entre 20 et 40 ans, issus d’un bac+2, poursuivent ou reprennent leurs études. Ils évoluent chez des prestataires du nucléaire ou chez des donneurs d’ordre, et leurs projets sont variés : cela va du responsable contrat au pilote de prestations, en passant par le chargé d’affaires.

À l’IRUP, ils proposent des cursus exclusivement en alternance et, pour les intégrer, il faut une entreprise d’accueil. « Nous mettons à disposition des élèves un service “recrutement” dédié à la collecte des offres d’alternances et à la recherche d’entreprises d’accueil pour accompagner les élèves. »

« Évaluer leur montée en compétences dans l’entreprise »

Le métier de Younes peut se découper en deux volets. Le premier, celui de la formation, consiste à dispenser soit des cours inclus dans le cursus, soit des formations imposées par l’exploitant EDF pour accéder aux différentes centrales nucléaires. « Ces étudiants se destinent à travailler, à évoluer sur des centrales nucléaires. Au final, la majorité de nos élèves vont être embauchés par ces entreprises d’accueil sous-traitantes d’EDF. »

Le deuxième volet concerne l’accompagnement de ces élèves, et leur professionnalisation qui est assurée par les tuteurs comme Younes. « Ce module est composé de rencontres “suivi de projet” en groupe où les élèves présentent leur projet et sont évalués. Je me déplace également en entreprise pour évaluer leur montée en compétences. » Le tuteur qui attribue toutes ces notes accompagne environ 40 élèves sur une année. Et le diplôme de l’IRUP ne pourra s’obtenir sans la validation de ce module.

Les qualités requises ? « La pédagogie pour transmettre et l’écoute pour l’accompagnement. »

« Ce que j’aime dans ce métier, c’est le contact avec ces jeunes, le fait de leur transmettre mes expériences, de les voir réussir dans ce milieu-là suite à une embauche. Avant, quand j’étais sur des contrats pour un prestataire, j’enchaînais les missions sans forcément avoir un fil conducteur, sans but autre que financier pour l’entreprise, pour avoir toujours d’autres contrats. Ici, il y a un côté humain, je suis tous les jours avec des étudiants, et ce qui fait leur vie… »

Un changement de métier qui lui réussit plutôt bien, et qui sollicite certaines qualités : « la pédagogie pour transmettre et l’écoute pour l’accompagnement. » Après une formation d’ingénieur et déjà une solide expérience, Younes est désormais un formateur qui sait se réjouir pour ses élèves quand ces derniers réussissent. Et les anecdotes restent. Comme en fin d’année quand un élève décroche par exemple un entretien d’embauche avec un tuteur “entreprise”, après la présentation de ses missions d’alternance lors de sa soutenance finale. « Je me souviens encore de la joie de l’élève car il avait postulé à cette entreprise pour son alternance et n’avait pas été retenu ! »

Image writer

Rédigé par

Virginie De Gouveia

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Pose ton sac à La Bagagerie

    La bagagerie à Marseille - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La carte des festivals green et solidaires 2018

Il est temps de penser à votre été ! Comme chaque année, Say Yess vous propose la carte des festivals engagés. A vos agendas !

Rédigé par Oriane Raffin
le 18 avril 2018 En savoir plus

Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Rédigé par Oriane Raffin
le 16 avril 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

Rédigé par Jérémy Pain
le 11 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.