Culture

L’imagination fertile de nos campagnes

Publié le 22 mars 2017

Festivals de musique, spectacles historiques, cafés culturels, cinémas itinérants… L'ESS dynamise la culture dans les territoires, sous l’impulsion d’habitants et d’artistes passionnés.

Depuis le parking du bourg de Pougne-Hérisson, suivez les boîtes rouges en taule et ouvrez la porte du jardin sonorisé du Nombril du Monde. Écoutez les contes, les légendes, le chant des petits oiseaux. « Ici, on ne peut pas se perdre… sauf un peu dans sa tête ! », s’amuse Jean-François Bâcle, président de l’association du Nombril du Monde. Cette aventure culturelle et rurale a démarré il y a 27 ans grâce à la rencontre du conteur Yannick Jaulin et des habitants de ce village de 370 habitants des Deux-Sèvres.

« On partage la richesse du territoire »

« A travers le conte et l’oralité, on partage la richesse du territoire », explique Jean-François. Le spectacle son et lumière « Le Mystère de Saint Pou » est la dernière création de l’association. Présentée au pied du château de Pougne-Hérisson en août dernier, elle raconte l’histoire du pays de Gâtine avec humour. Alban Cogrel de l’Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles (UFISC) constate : « La prise en compte de l’histoire du territoire est très présente dans les actions culturelles en milieu rural. Le patrimoine peut être source d’initiatives ».

imgp6407nombril
Dans les jardins du « Nombril du monde », à Pougne-Hérisson – © Nombril

Autre spécificité de ces agitateurs du rural : la coopération quasi systématique entre les acteurs culturels locaux. Pour Alban Cogrel, ces dynamiques se sont renforcées depuis les années 2000 : « Les structures se sont découvertes et ont cherché à revoir leur rôle pour porter des projets communs et travailler sur un projet de territoire ». Le travail en commun permet aussi de surmonter les défis des espaces ruraux comme la faible densité de population et l’absence d’équipements.

Difficile de renouveler les équipes quand il y a 400 habitants

Beaucoup d’initiatives culturelles partent des habitants. « Soit c’est leur outil de travail, soit il y a l’envie de lancer une dynamique collective ! » Après la fermeture du dernier café du bourg, des habitants d’Hédé-Bazouges (Ille-et-Vilaine) ont ouvert les portes du Bar’zouges, un bar culturel et lieu de convivialité. L’offre culturelle est variée, à l’image de la diversité des bénévoles impliqués dans le fonctionnement du lieu et dans la programmation. L’une d’elles, Virginie Fassel, observe : « L’association brasse large ! C’est un vrai mélange de population entre les retraités – très actifs ! – les jeunes actifs, les familles… »

say-yess_culture_barzouges-3
Au comptoir du Bar’Zouges, qui stimule la culture et le lien social dans un village breton

Dans le village creusois de Faux-la-Montagne, la dimension artistique et culturelle est elle aussi un prétexte à créer du lien. Ludivine, animatrice de l’association Cadet Roussel, explique : « Nos actions autour des jeux en bois anciens permettent une rencontre entre les plus âgés et les plus jeunes, qui finissent par accéder à ces jeux par curiosité ». Dans la ludothèque, les journées sont animées. « Il peut y avoir une bataille de polochons à l’étage avec des enfants et des jeunes en bas qui jouent à des jeux de société ». Le jeu permet de croiser les âges mais aussi les domaines artistiques : « On va bientôt proposer une pièce de théâtre qui mélange musique et livres jeunesse. »

Les habitants font plus qu’initier les projets, ils les font vivre sur la durée. Si l’association Cadet Roussel compte une animatrice salariée, elle fonctionne aussi grâce à l’implication de 5 administrateurs bénévoles, de 10 bénévoles réguliers et de 30 autres prêts à apporter leur aide ponctuelle. Derrière ce constat positif, Ludivine nuance : « Certains bénévoles commencent à s’épuiser. Ce sont toujours les mêmes qui s’investissent d’une association à l’autre ». Dans un village de moins de 400 habitants, il n’est pas toujours facile de renouveler les équipes. Faute de forces vives suffisantes, la maison des jeux du plateau de Millevaches a ainsi cessé son activité en 2011.

Bagarre pour de rire dans l'espace Cadet Roussel
Bagarre pour de rire dans l’espace Cadet Roussel, créé dans un village de la Creuse
Le rôle des néo-ruraux

A Hédé-Bazouges (2100 habitants environ) la vie culturelle s’anime sous l’action du Théâtre de Poche, du festival Jazz aux écluses et, bien sûr, du Bar’zouges. A Faux-la-Montagne, plus de 30 associations font vivre le village comme la fameuse Télé Millevaches (l’une des premières expériences de télévision locale) et le Constance social club, un centre social associatif.

Installés dans les villages, « les néo-ruraux » jouent souvent un rôle crucial dans ces nouvelles dynamiques. L’exemple de Faux-la-Montagne est emblématique. Ludivine raconte : « L’ancien maire s’est rendu compte que le village était en train de mourir alors il a lancé une communication sur toute la France ». Une action hors norme qui a permis de faire connaître la commune. « Son message était : ‘Venez et on vous accompagnera dans vos projets.’ ».

Au Festival « Nombril du monde », à Pougne-Hérisson – © Raynaud De Lage
Au Festival « Nombril du monde », à Pougne-Hérisson – © Raynaud De Lage

 

Si les 100.000 Français qui, chaque année, quittent la ville pour la campagne contribuent au renouveau culturel des territoires, ce n’est pas toujours du goût des habitants « historiques ». Ludivine observe : « Quelques habitants du coin en sont heureux mais d’autres rejettent cette dynamique. Ils ont l’impression qu’on vole leur village, leur identité, alors que la nouvelle population veut plutôt faire vivre les traditions. »

Pendant ce temps, à Pougne-Hérisson, la problématique est toute autre : le Nombril du Monde a du mal à attirer de jeunes bénévoles. Mais, ce mois-ci, Jean-François n’a pas le temps de s’en inquiéter, il a la tête ailleurs : « On rouvre le jardin le 1er avril et on a décrété que c’était la journée internationale des nombrils ! Dans le monde, des nombrils sont liés aux grandes légendes de l’humanité. » Des habitants et artistes passionnés… et un peu fous.

Image writer

Rédigé par

Pauline Bian-Gazeau

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment sortir les SDF de la rue

    Sortir les SDF de la rue - l'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

  • Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire

    Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

Nos derniers articles

Sports & loisirs

DIY : et si vous faisiez vous-même vos cadeaux de Noël ?

Cosmétiques, meubles ou accessoires en bois, sérigraphie, couture… des associations vous accompagnent pour créer vous-même. Même si vous n’y connaissez rien ! La seule chose qui compte ? Votre motivation !

Rédigé par Oriane Raffin
le 14 décembre 2017 En savoir plus

Les coeurs simples, textes rassemblés par Albert Algoud, publié chez Casterman.
Culture

5 (nouvelles) BDs pour un Noël engagé !

Plonger dans les problématiques de l’agriculture biologique, découvrir l’enfance d’un grand homme inspirant ou s’émouvoir des « cœurs simples », grands oubliés de la littérature… C’est tout cela (et plus encore !) que l’on vous propose dans cette sélection de BDs engagées, à offrir à Noël.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 14 décembre 2017 En savoir plus

BTS éco-gestion ESS - Lycée René Cassin
Etudes & formations

Un BTS option ESS pour élargir ses horizons

Le lycée professionnel parisien René Cassin s'est illustré en lançant un BTS Compta-gestion option ESS en 2017. S'il existait déjà des masters tournés vers l'Économie sociale et solidaire en France, cette formation de niveau Bac +2 est une première. Reportage.

Rédigé par Anaëlle Guisset
le 11 décembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.