A vous de jouer !

récup'

Quand l’upcyling mène à l’emploi!

En France, les projets basés sur le réemploi des matériaux et des objets se multiplient. Portées par la déferlante écologique, surfant sur les vagues de la consommation responsable et du Do It Yourself, des initiatives originales voient le jour, alliant créativité, emploi et solidarité.

atelier-eco-solidaire-itep
2
Ateliers ITEP de l'Atelier d'éco solidaire

Nombre d’objets que nous jetons sont loin d’avoir épuisé leurs possibilités d’usage. C’est ce que nous démontrent les adeptes du réemploi et de l’upcycling, appelé aussi surcyclage ou survalorisation : ils réforment le déchet pour lui apporter une valeur ajoutée. Une démarche que défend Maxime Pagnon, ébéniste normand alerté par « le gaspillage phénoménal » de la ressource bois.

Sensible aux problématiques environnementales, il ouvre en 2013, à 27 ans, l’Atelier Recycl’et Bois, un atelier d’ébénisterie utilisant du bois récupéré – chutes, mobilier et palettes – collecté auprès de particuliers et d’entreprises. Une fabrication qui valorise la matière première, mais aussi un savoir-faire, partagé dans une démarche de sensibilisation à l’éco-conception et à l’upcycling, par le biais d’ateliers de fabrication de mobilier d’appoint.

maxime-pagnon-recyclet-bois

Maxime Pagnon, dans son atelier Recycl’et Bois

Prise de conscience et partage des savoirs

Ces ateliers « visent à développer un engagement vers une consommation équitable, locale et écologique.  Et à faire prendre conscience aux gens de l’impact de l’action de jeter » témoigne Maxime. Les mener à une consommation pro active, c’est aussi l’objectif de Céline Lebrun, auxerroise de 24 ans créatrice de MeïKIT : un kit composé de matériel et d’un tutoriel, qui permet de créer simplement avec des matériaux récupérés du petit mobilier et des objets du quotidien.

Loin de l’achat en un clic sur internet, « les kits redonnent la possibilité de faire, tout en valorisant le produit que les gens s’approprient. Une démarche essentielle pour aller vers une consommation responsable. »  Dans cette optique, Céline encourage le Do It Yourself et le partage des savoir-faire via une plateforme en ligne. Cet outil construit en open source sera enrichi par les usagers des kits, les upcycleurs ou les ressourceries qui pourront élaborer leurs propres kits, en collaboration avec La réserve des arts, une association qui récupère les chutes de matériaux des entreprises.

 

Mes kits redonnent la possibilité de faire, tout en valorisant le produit que les gens s’approprient. 

Le surcyclage, une pratique écologique, sociale et solidaire

En partant du même constat de l’importante quantité de matière utile détruite, Fabrice et Nathalie Kaïd ont jeté en 2010 à Bordeaux les bases de l’association Atelier d’éco solidaire. L’atelier fonctionne en partie comme une ressourcerie. Par l’apport volontaire, les particuliers fournissent en mobilier et petits objets la plateforme de récupération, où ils sont vendus à très petits prix. Une action écologique et solidaire qui allie réduction des déchets et vente à un public économiquement vulnérable.

Elle sera bientôt déclinée dans une boutique aux Aubiers, quartier prioritaire de la ville. L’atelier a embauché 17 salariés, dont 10 en CDI, tous anciens demandeurs d’emploi. A l’arrivée sur la plateforme, les objets sont inspectés par cette brigade de menuisiers, couturières et créateurs qui repèrent leur potentiel. Ils les transforment ensuite dans les ateliers en pièces, vendues au showroom. Si le potentiel des objets est valorisé, les capacités de chacun le sont aussi : les ateliers sont proposés à des pensionnaires d’Instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques (ITEP) ou de foyers occupationnels. C’est ainsi qu’« en extrayant de la ressource, on crée de l’emploi, de l’activité, et avant tout de la valeur sociale » conclut Fabrice.

Auteur de l'article : Anaïs Rouyer

Laisse un commentaire

2 réponses pour "Quand l’upcyling mène à l’emploi!"

  1. KAID dit :

    Merci Anaïs d’avoir si bien résumé notre activité qui doit donné envie aux internautes d’aller plus loin pour connaitre cette démarche. La richesse de ce sujet pourrait remplir un grand nombre de page. Fabrice

  2. Merci Anaïs pour ce bel article sur les liens entre ESS et économie circulaire !

    Si comme nous, vous souhaitez promouvoir / diffuser / partager sur l’économie circulaire créative et coopérative,

    une seule adresse : REVOLUTION SENSIBLE – mouvement d’art-citoyen pour réinventer l’économie locale.

    http://revolution-sensible.com/revolutionsensible

    Et si vous souhaitez vous former aux « tiers-lieux de créations », pensez à l’Université d’été en mai près d’Angers, en Pays de la Loire :
    http://www.revolution-sensible.com/univete2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *