Etudes & formations

Comment choisir votre master sur l’économie sociale et solidaire ?

Publié le 10 mars 2017

Environ 30% des salariés du secteur partiront à la retraite d'ici 2025*. Des masters ESS se sont développés ces dernières années pour former la relève... Mais, comment s'y retrouver entre tous ces cursus et être sûr de faire le bon choix ? 

« Depuis quelques années on constate une mutation de notre secteur. La loi ‘ESS’ de 2014 affirme la place de toutes les associations dans l’économie sociale et solidaire, mais aussi celle des mutuelles, Scop, Scic… » Renaud Drouy est directeur de l’AGLCA, la maison des associations de Bourg-en-Bresse. « Ce qui est intéressant avec les diplômés d’un master ESS c’est leur transversalité, leur hauteur de vue », dit-il. En effet, pour lui, l’accompagnement des structures nécessite aujourd’hui « une compétence allant au-delà du 100% associatif » et il cherche des salariés capables, par exemple, de conseiller sur le passage « d’un statut juridique à un autre ».

Critères disciplinaires et géographiques

Il y a donc des débouchés pour les jeunes formés. Mais comment choisir son master pour une insertion réussie ? Michel Abhervé, professeur associé à l’Upem (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), a dressé un panorama des formations universitaires dans le cadre d’un guide publié par la CPU (Conférence des présidents d’universités). Voici ses conseils : « Le premier critère est géographique. Les universités ont tissé un réseau de proximité avec les structures de leur territoire et une fois diplômé, il sera plus simple de s’insérer professionnellement aux alentours », dit-il.

Renaud Drouy a en effet bien identifié les formations ESS les plus proches de Bourg-en-Bresse : « Il y a trois pôles importants : Grenoble, Lyon et Saint-Etienne. Le master ESS de Grenoble, par exemple, répond bien aux besoins qui sont les nôtres pour l’accompagnement de structures. »

Say Yess joue les conseillers d’orientation ! Parcourez le site pour mieux vous repérer dans les études supérieures : découvrez cette faculté libre qui permet de mener de front projet et études, étudiez la carte de France des formations à l’ESS, informez-vous sur les secteurs de l’ESS qui recrutent et suivez les conseils pour vous former à l’humanitaire. Sans oublier toutes les infos utiles sur la façon dont les contrats de professionnalisation et les emplois aidés peuvent vous ouvrir les portes dans le domaine.

Michel Abhervé précise également que « les masters ont une teinture disciplinaire différente ». « Celui de Clermont-Ferrand est tourné vers la communication, celui de l’Upem vers l’économie, tandis qu’à Poitiers, la dominante est juridique… Il faut repérer ces nuances pour choisir un cursus en accord avec son projet », explique-t-il. C’est d’autant plus vrai pour les créneaux pointus. « Par exemple, si l’on est passionné par les monnaies locales, c’est à Lyon qu’il faut aller… », complète-t-il.

À vous de mener l’enquête ! C’est ce qu’a fait Charline, qui n’a pas choisi le master ESS de l’université du Maine (Le Mans) par hasard : « J’habite à Angers, et je cherchais une formation proche de chez-moi. De plus, ce master, orienté gestion, était cohérent avec ma licence économie-gestion. »

Misez sur l’expérience !

Aux côtés des masters universitaires, gage de sérieux, des établissements privés ont lancé leurs propres formations. Pas toujours facile de s’y retrouver ! « Il vaut mieux privilégier le master qui a 10 ans d’existence à celui qui vient d’ouvrir », dit Michel Abhervé. « Il existe des masters dans le privé qui sont de bonne qualité, comme celui de l’Institut catholique de Paris. Je suis en revanche plus nuancé en ce qui concerne les cursus de certaines petites écoles de commerce qui affichent des partenariats mirobolants : il faut bien vérifier la réalité de partenariats inscrits dans la durée. »

Enfin, et c’est vrai dans un très grand nombre de filières et de secteurs, il est important de multiplier les expériences professionnelles avant l’obtention du diplôme. En effet, si le dernier recrutement de l’AGLCA était ouvert aux diplômés d’un master ESS, ce n’est pas un candidat de ce profil qui a été retenu. « Ceux qui ont postulé manquaient d’expérience de terrain », explique Renaud Drouy. Un cursus en alternance pourrait, à cet égard, régler ce problème. « L’apprentissage est probablement mieux pour l’insertion, même si dans ce cadre, il faudra viser les structures les plus organisées. En effet, beaucoup de petites associations sont dans l’incapacité financière de recruter un apprenti ou n’ont pas les moyens de l’encadrer », affirme Michel Abhervé.

Si vous visez ce type de structure, pas de panique : d’autres solutions existent pour vous faire une première expérience, comme le stage. Charline, pour sa part, sait déjà ce qu’elle souhaite faire après le diplôme : « un service civique, de préférence dans une grande association caritative, comme Emmaüs par exemple ». Car le meilleur des masters ne remplacera jamais une expérience de terrain.

* d’après une étude de l’Observatoire national de l’ESS, plus d’infos sur notre article « Economie sociale et solidaire: où vont avoir lieu les recrutements? »!

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

4 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Say Yess

Publié le 13 mars 2017

Bonjour Léa, pour plus de sécurité, nous avons enlevé votre mail du message mais nous l'avons transmis à la personne concernée. Bonne journée à vous !

image commentary

Lourdaux

Publié le 12 mars 2017

Bonjour Vial, est-ce que tu peux m'envoyer un mail afin d'échanger un peu sur le master Essap stp? Merci ! Léa

image commentary

Mel mel

Publié le 10 mars 2017

J'ai fait le Master MEES à Reims en alte en alternance et c'était juste GENIAL !!

image commentary

VIAL

Publié le 10 mars 2017

Bonjour, Suite à la lecture de votre article, très intéressant, je souhaite partager mon expérience. Je suis issue d'un master en ESS que j'ai réalisé en alternance! Et oui, c'est possible. L'Université Paul Valéry de Montpellier propose un parcours en gestion de projets ESS et Action Publique en alternance, d'une grande qualité (Master ESSAP). Bonne journée!

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Give back the yoga

    Give back the yoga - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • La bergerie des Malassis rumine la ville !

    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

La folie des merveilles L5 © Bruno Delamain
Social, solidaire, etc.

Marché alternatif et ateliers créatifs au Festival Youth We can !

Vous avez envie de vous engager et des projets plein la tête, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Le festival Youth We Can! le 23 septembre prochain est l’occasion de répondre à toutes vos interrogations ! Ateliers, DIY, marché alternatif et autres rencontres citoyennes au programme.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 20 septembre 2017 En savoir plus

Atelier de recherche d'emploi - Cojob
Conseils (de) pro

Chercher du boulot et bien le vivre, c’est possible !

La recherche d’emploi est souvent un casse-tête… En misant sur l’entraide et la bienveillance, des associations rendent cette période plus positive.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 septembre 2017 En savoir plus

Lancement de la v2 du magazine Say Yess
Social, solidaire, etc.

Say Yess fait peau neuve !

La nouvelle version de Say Yess est en ligne ! Découvrez nos nouvelles rubriques et notre Say Yess Tv.

Rédigé par La redaction
le 11 septembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.