A vous de jouer !

DIS-MOI POURQUOI TU BOSSES

Yakelin, 31 ans, « aide les entreprises à développer une consommation responsable »

Fondé en 1974, Artisans du Monde est le pionnier du commerce équitable en France. A 31 ans, Yakelin Minchola Flores met en place une nouvelle activité dans ce réseau historique : développer les partenariats avec les entreprises et sensibiliser leurs salariés à la consommation durable et solidaire.

0

Pour Yakelin, 6 ans d’expérience professionnelle au compteur, un emploi dans le commerce équitable est une première. Après une école de management, la jeune femme a travaillé trois ans dans une start-up spécialisée dans l’intelligence économique. « Je travaillais sur l’e-réputation. J’écrivais des audits pour les grandes entreprises », explique-t-elle. Un changement de stratégie l’amène à quitter cet emploi.

« Ce départ m’a réveillée », raconte Yakelin. La jeune femme profite alors d’avoir du temps pour s’investir dans plusieurs associations. Un an plus tard, elle décide de transformer cet engagement en emploi salarié en intégrant une entreprise à fort impact social.

« J’aide les entreprises à développer une consommation responsable »

Depuis deux ans, Yakelin est en CDI chez Artisans du Monde Paris. Une Société coopérative d’intérêt collectif (Scic) cofondée par les trois boutiques parisiennes pour mutualiser leurs activités commerciales et développer l’offre pour les acteurs publics et privés.

Les Scic, Sociétés coopératives d’intérêt collectif, sont des coopératives qui permettent d’associer différents types d’acteurs (salariés, bénévoles, usagers…) autour d’un même projet. Pour tout savoir c’est ici.

Ses missions sont variées: convaincre les entreprises d’intégrer le commerce équitable dans leurs actions, sensibiliser leurs salariés aux plus-values du commerce équitable, gérer l’aspect commercial de ces relations. « J’aide les entreprises, mais aussi les associations et les collectivités territoriales, à développer une consommation respectueuse de l’environnement et de l’humain. Je travaille avec des responsables développement durable et des comités d’entreprise », précise Yakelin. Un nouvel axe de développement pour Artisans du Monde, un vrai challenge pour Yakelin. « Mon poste est une création. Tout est à faire, tout est à développer ! », s’enthousiasme-t-elle.

Travailler avec les militants

Dans une stratégie de diversification, Artisans du Monde propose des ateliers de sensibilisation à destination des salariés. « En juin dernier, nous avons organisé une animation ludique, avec un quizz, pour les salariés de Publicis », raconte Yakelin. Ces interventions se révèlent utiles car beaucoup de professionnels ne savent rien ni du commerce équitable ni de la variété des produits disponibles. « J’ai informé de nombreux délégués régionaux de la Poste sur nos coffrets cadeaux. Cela les intéressait mais ils ne nous connaissaient pas », explique-t-elle. 

Si Artisans du Monde Paris ne compte que trois salariés, la coopérative s’appuie sur une centaine de bénévoles pour faire fonctionner ses boutiques. Le poste de Yakelin exige de savoir travailler avec ces militants de terrain. « Je suis amenée à les mobiliser pour animer les ateliers de sensibilisation en entreprise par exemple. Ils en savent plus que moi sur le commerce équitable et sur nos produits mais n’ont pas toujours l’habitude d’intervenir en entreprise. On apprend les uns des autres », précise Yakelin.

« Tout se décide de manière collégiale »

Peu familière du commerce équitable, Yakelin s’est pourtant très vite sentie à sa place chez Artisans du Monde. « J’ai réalisé que nous partagions les mêmes valeurs avec mes collègues et les bénévoles », explique-t-elle.

Dans le commerce équitable, les producteurs sont plus que de simples fournisseurs. Pour mieux connaître les engagements d’Artisans du Monde, découvrir notre témoignage.

Habituée à un processus de décision classique, Yakelin a été surprise par le fonctionnement coopératif. « Tout se décide de manière collégiale. C’est impressionnant ! » Le comité économique mensuel réunit une petite dizaine de personnes. Chacune d’entre elles a une voix, qu’elle soit cogérante, salariée ou bénévole. « On peut passer 3h à discuter d’un sujet et cela doit faire l’objet d’un consensus. Aujourd’hui, j’aurais du mal à me voir imposer des décisions sans concertation. »

En rejoignant la coopérative, Yakelin a accepté de nouvelles conditions de travail : un salaire réduit de 40% mais plus d’indépendance et la possibilité de travailler de chez elle. « Avant je gagnais plus mais je n’avais pas le temps d’utiliser cet argent. Aujourd’hui, en dehors des périodes de Noël et de la quinzaine du commerce équitable, je peux avancer sereinement et m’organiser comme je le souhaite », précise-t-elle.

« Nous avons le retour direct des producteurs »

La reconnaissance au travail, Yakelin l’obtient en s’informant sur l’amélioration des conditions de vie des petits producteurs partenaires. « Deux fois par an, Solidar’Monde, la centrale d’achat d’Artisans du Monde, nous présente les nouveaux produits et les nouvelles collections. Et chaque mois, nous avons des nouvelles des producteurs. Quand les ventes augmentent, le niveau de vie des producteurs et artisans aussi », explique Yakelin.

En mai dernier, à l’occasion de la quinzaine du commerce équitable, un des membres d’un groupement de producteurs d’épices du Sri-Lanka est venu en France. L’occasion d’échanger en direct, de mieux comprendre les conditions de vie des femmes du groupement et d’entendre ses inquiétudes sur la baisse des ventes. Une manière pour Yakelin de ne pas perdre de vue l’impact social de sa mission : contribuer à assurer un revenu juste aux artisans et producteurs.

Artisans du Monde

Créé en 1974 sous l’impulsion de l’Abbé Pierre, Artisans du monde est l’acteur pionnier du commerce équitable en France. Ce réseau offre à ses partenaires, petits producteurs et artisans de tous les continents, y compris de France, de vivre dignement de leur travail. Les 130 boutiques du réseau proposent plus de 170 références alimentaires et plus de 1.000 articles d’artisanat.


Auteur de l'article : Pauline Bian-Gazeau

Laisse un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *