A vous de jouer !

ô ma poubelle

Créer un compost collectif: des associations à la rescousse

Utiliser vos déchets organiques, créer de puissants fertilisants pour vos jardins, animer la vie en collectivité... Des associations spécialisées accompagnent les citoyens dans la mise en place de bacs à compost partagés.

On peut faire vivre son immeuble avec des épluchures de carottes et des coquilles d’œuf. Au fond d’une résidence du 12ème arrondissement de Paris se cache le trésor de Jean-Jacques Fasquel, maître composteur, et de ses voisins. C’est au bout d’une allée, derrière une porte grillagée dont certaines familles ont la clef, que se trouve l’espace de compostage : un potager partagé, un poulailler, mais surtout les 7 bacs où se décomposent, au contact de bactéries, de champignons et d’insectes, des couches de matières brunes et vertes : « Dans l’absolu, tout ce qui est issu du vivant se composte, mais en ville on évite la viande, le poisson, les laitages et le pain pour se protéger des odeurs et des rongeurs », explique Jean-Jacques.

Des bacs à compost au pied de votre immeuble

« En devenant écolo, j’ai développé une nouvelle vision de la consommation », informe l’ex-directeur du centre commercial Bercy Village. C’est en 2007 qu’il fait une proposition nouvelle à la ville de Paris : installer un site de compost collectif au pied de son immeuble.

D’abord peu considéré, le Jardin Santerre est inauguré par une vingtaine de foyers en 2008 et rassemble aujourd’hui près de 80 familles. Toutes ont accès au jardin et, équipées de leurs « bioseaux », viennent alimenter le bac à compost – au total, 8 tonnes de déchets sont ainsi réutilisées chaque année ! Toutes les deux semaines, les participants se retrouvent pour des travaux collectifs : « Au programme, brassage, transfert, tamisage et distribution du compost », détaille Jean-Jacques. Sans compter quelques apéros !

formation-au-compost

Le maître composteur en pleine formation

Ces projets, le militant les a concrétisés en créant Compostory, une association qui propose formations et accompagnement pour la mise en place de bacs à compost. Dans les immeubles volontaires, le maître composteur accompagne les nouveaux arrivants et organise la zone de compostage en fonction du nombre de participants. Tout le monde peut se lancer dans l’aventure, il suffit d’identifier des habitants qui porteront le projet, de délimiter un emplacement et d’avoir l’accord de la mairie, du conseil syndical et du propriétaire du bâtiment – ou du bailleur social.

Quand les déchets créent du lien social

Le maître composteur se charge de commander le matériel, de l’installer avec les participants et de les former. « Ainsi, on se projette dans une aventure collective, selon Jean-Jacques. Ça n’est pas juste un tri de déchets, c’est aussi un créateur de lien social. » Lors des premiers mois, il se rend sur place pour opérer un suivi.

Dans le reste du pays, le compostage collectif a déjà fait des adeptes. Les mouvement des Colibris donne des conseils en ligne pour se lancer, des habitants de Paris ou de La Roche sur Yon relaient leur expérience sur des blogs. À Lyon, l’association Les compostiers a déjà installé de nombreux sites de compostage dans des immeubles, des entreprises, ou à plus grande échelle dans la rue.

compost-lyon

Compost collectif du côté de Lyon

Certaines associations se spécialisent dans cette activité du compost de quartier. Cette fois, les bacs sont installés directement dans la rue. C’est le cas de AHBAK, l’association des habitants des quartiers de Bourse, Austrelitz et Krutenau à Strasbourg. Elle est née en 2003 suite à la proposition de mise en végétation d’une place réaménagée.

En 2009, l’association acquiert son premier bac à compost. Sur la place Sainte Madeleine, en face d’une église et à proximité d’une école, près de 75 familles viennent déposer leurs déchets le mardi soir ou le samedi matin. L’engrais ainsi concocté alimente les espaces verts de la ville et leurs jardins individuels. « La démarche est la même qu’en pied d’immeuble, informe Christiane Goetz, de AHBAK. L’accord doit en revanche venir de la ville, et les bacs sont proportionnels à la taille de leurs emplacements. »

recolte-patates-compost-2

Récolte de pommes de terre… de compost !

« Il nous paraît utile de restituer l’espace aux habitants », poursuit-elle. L’association mise sur la convivialité : elle accompagne la démarche collective au travers d’animations sur la qualité de l’air, le compostage, l’aménagement des quais… et associe les enfants du quartier des classes de CP et CE1 au compostage.

Au delà de la gestion des bacs et de la distribution ensuite de l’engrais, le plus compliqué dans la grande aventure du compost semble de mobiliser les habitants : « La méthode a l’air efficace, mais je ne vais jamais au jardin, je n’y connais rien et ne me sens pas concerné », explique ainsi un voisin de Jean-Jacques, à Paris. Dans ce domaine de la sensibilisation, il y a encore des graines à semer !

Les associations spécialisées dans la mise en place de compost collectif redoublent d’efforts pour sensibiliser à cette pratique, et la société Organeo leur offre une méthode ludique : Compost Challenge est un « serious game » utilisé comme support de communication par les acteurs du compostage. L’application, disponible sur smartphone et tablette, vous initie et vous encourage à composter de manière simple et efficace.

 

Auteur de l'article : Nassim Ez-Zaher

Laisse un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *