A vous de jouer !

Travailler autrement

Un peu de vert au boulot!

Imaginez votre lieu de travail avec un potager, une mare ou des ruches pour occuper vos temps de pause et partager un moment convivial avec vos collègues. Rencontre avec deux coopératives qui font de votre entreprise un QG de la biodiversité.

« Notre lieu de travail est sans doute l’endroit où nous passons le plus de temps. Pour nous, c’était donc l’espace idéal pour sensibiliser les citoyens à l’environnement durable », explique Gaetan Allard, cogérant de la Scop Les Nouveaux Potagers. Épaulé par son frère et un ami, ils proposent aux entreprises d’aménager des potagers et des espaces verts dans leurs enceintes.

Ce trio de voyageurs s’est d’abord lancé à l’assaut de l’Amérique Latine à la découverte de l’agriculture urbaine, de petites solutions énergétiques, du commerce équitable… À leur retour, l’envie d’agir en France ne les lâche plus. Il décide alors de lancer leur coopérative. « De plus en plus d’entreprises souhaitent s’inscrire dans une démarche environnementale et proposer à leurs employés un espace porteur d’activités en lien avec le bien-être, l’échange, le partage… Un potager propose tout cela », s’enthousiasme-t-il.

potager2

Dès que l’idée est lancée au sein d’une entreprise, le projet se définit collectivement, l’ensemble des salariés est rassemblé pour faire part de ses envies. « L’entretien d’un potager sur son lieu de travail est source d’une cohésion particulière entre collègues, sans entraide, sans partage, ça ne fonctionnerait pas. Sans compter que nos engagements sont vecteurs d’une sensibilisation importante, affirme-t-il, avant de poursuivre, notre volonté est de recréer un espace de biodiversité, bien sûr le potager est bio, nous n’utilisons pas d’intrants ou d’engrais chimiques, et on va plus loin en remettant en place un écosystème, s’il y a des limaces, il doit y a voir des hérissons, etc. », plaisante-t-il. A leurs côtés, les salariés découvrent également les aménagements éco-conçus en partenariat avec une menuiserie associative d’insertion sociale.

Bénéfique pour l’ambiance

Si la biodiversité prend ses quartiers dans les entreprises, elle ne se limite pas aux espaces verts et aux potagers. À l’image de la Scop Biocenys, les coopératives et associations sont nombreuses à vous accompagner dans l’installation de ruches sur le toit ou dans les espaces verts de vos lieux de travail. C’est l’occasion parfaite pour freiner l’anormale surmortalité des abeilles (autour de 30 % en moyenne) tout en découvrant le milieu technique de l’apiculture entre collègues, avec dégustation de miel à la clef.

biocenys1

« Pendant la saison apicole, d’avril à septembre, un apiculture se rend dans les entreprises 2 fois par mois pour dispenser les gestes techniques. A cette occasion les salariés intéressés peuvent l’assister dans son travail. Le temps fort réside bien sûr dans la récolte, quand tous enfilent leurs combinaisons », précise Emmanuelle Parache de la Scop Biocenys qui s’est elle-même formée à l’apiculture.

Lena, volontaire dans une association de solidarité internationale à Lille, raconte conquise, « depuis que notre association s’est dotée d’une ruche, c’est bête mais l’ambiance entre nous est différente. Avoir une activité commune nous soude et nous pousse à communiquer entre nous. On se retrouve pour partager autre chose que des problématiques strictement professionnelles, ça nous permet de souffler, de faire un break, tout en ayant, à notre petit niveau, un impact sur l’environnement ».

Bien être pour tous

Au Centre Régional Information Jeunesse du Poitou Charentes, ce ne sont pas des ruches qui mobilisent les salariés et bénévoles mais un lombricomposteur. Un compost d’intérieur en clair. Installé il y a plusieurs années par une association résidente spécialisée dans le compostage, il n’a depuis jamais été abandonné, pas même après le départ de ses créateurs dans un autre local. « On a d’abord tous eu peur qu’un fumet malodorant se répande, et puis on a joué le jeu, tous nos déchets organiques finissent dans notre lombricomposteur. On n’oublie pas non plus les rouleaux de papiers toilettes réduits en miette pour la fibre. Et en on se relaie pour gérer les différents bacs, vider le jus (engrais magique à diluer avec de l’eau), et récupérer le compost à répartir dans les plantes vertes… » Potagers, ruches et compost, la clef de voûte du bien être des travailleurs et de la planète ?

Auteur de l'article : Célia Prot

Laisse un commentaire

Une réponse pour "Un peu de vert au boulot!"

  1. de gussem liliane dit :

    si même les entreprise s’y mettent c’est clair que cela va faire un sale coup aux ventes pétrochimique de notre nourriture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *