Agir au quotidien

Des confiseries au parfum de solidarité

Publié le 22 décembre 2016

La présence de nanoparticules dans des bonbons connus de tous a choqué plus d’un gourmand. Rassurez-vous : des alternatives existent. Végétariennes, biologiques, sans sucre… elles sont produites par des entreprises locales, friandes de solidarité.

Une devanture rose, des bonbons multicolores vendus en vrac… A première vue, une confiserie jolie mais classique d’une ville moyenne (Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint Denis). Détrompez-vous ! Vous vous apprêtez à dévaliser les stocks de Dar Des Délices, le temple des bonbons végétariens et bios, crée par Anissa Djaber, 26 ans, et son frère Sami, 23 ans.

Des alternatives végétariennes, bios, sans sucre… pour tous 

Ici, des petits oursons bios et sans gélatine de porc, des bonbons acidulés sans sucre… Les jeunes entrepreneurs, encore étudiants, développent leur alternative à la confiserie chimique depuis 2012. En plus du label bio, l’une de leurs gammes a obtenu la certification Fairtrade, gage de respect des principes du commerce équitable. Pour Rachid, leur père et principal conseiller, cette entreprise est née de l’histoire familiale : « J’interdisais à mes enfants de manger des bonbons. Les seuls que je leur apportais de retour de voyage étaient sans gélatine de porc. »

confiseries-dar-des-delices-1

A 600 kilomètres d’Epinay, en balade dans le Finistère, vous croiserez peut-être l’étonnant Candy Bus de Ghislain Le Page, 24 ans. Le jeune homme parcourt les routes à bord de ce bus scolaire américain, aménagé en confiserie bio : « Je voulais un véhicule qui sorte de l’ordinaire, qu’on ne voie que dans les films ! Je l’ai fait importer par bateau du Massachusetts », raconte-t-il.

Une idée un peu folle pour un projet d’entreprise ambitieux et militant : « Je voulais aller vers les gens et offrir des produits meilleurs pour la santé », explique Ghislain, devenu expert en confiserie. « Mes bonbons contiennent jusqu’à 25% de fruits et aucun arôme ou colorant artificiel. Dans ceux sans sucre, pas d’édulcorant chimique contesté comme l’aspartame mais des alternatives végétales : le xylitol, le maltitol… »

confiseries-candy-bus-4
L’improbable Candy Bus sillonne le Finistère
Source d’énergie… pour le territoire

Ces alternatives innovantes permettent de consommer des bonbons quel que soit son régime alimentaire. Peggy Laurent, la fondatrice de la Scop Girafon, s’en explique : « Nous sommes situés à la Réunion, une île multiculturelle. Il faut trouver des compromis pour que toutes les communautés puissent bénéficier de nos produits. Pour nos confitures, nous évitons la gélatine de porc et lui préférons la pectine. »

Le sucre de pomme de Rouen, confiserie du 16ème siècle, a bien failli disparaître en 1990. Pour perpétuer la tradition, l’association Le Pré de la Bataille a racheté les machines et la production du dernier fabricant local. « Les gens sont ravis de retrouver cette confiserie qui appartient au patrimoine historique. C’est leur madeleine de Proust ! », explique Daniel Siembal, le directeur adjoint.

sucre-de-pomme
Les bâtonnets de sucre de pomme, tradition rescapée !

A la Réunion, la Scop Girafon veut aussi défendre les produits du territoire. Elle propose une large gamme de produits fabriqués à partir de fruits locaux : crème de patates douces confites, gelée de plantes aromatiques… Une production locale garantie par l’agrément Péi Réunion depuis 2012.

Des confiseries pour travailler autrement

Dans son atelier de confiserie, l’Esat de Le Pré de la Bataille offre des activités à 12 travailleurs en situation de handicap, de la réalisation de la pâte à l’emballage fait main. « C’est une activité qui exige beaucoup de main d’œuvre. Nous apportons de nouvelles compétences et proposons un tremplin pour l’insertion professionnelle, précise Daniel Siembal. Ici, ni misérabilisme, ni mendicité. » Parmi les futurs projets, la création d’une boutique adossée à l’atelier. L’occasion d’attirer les touristes et les locaux et, pour les confiseurs, la fierté de vendre directement le fruit de leur travail.

Chez Furahaa Break, le nouveau salon de thé-confiserie végan & bio de Maisons-Alfort, la confiserie est aussi un support d’insertion. Arthur de Villers, son fondateur de 27 ans, veut encourager l’employabilité des personnes malentendantes et casser les préjugés.

 

Avec le handicap et pour la gourmandise ! Un Esat (Etablissement et service d’aide par le travail) permet à une personne handicapée d’exercer une activité dans un milieu protégé. En France, plusieurs de ces structures fabriquent des confiseries, chocolats ou confitures pour leur propre marque ou en tant que sous-traitants : l’Esat du circuit dans la Sarthe, la Cezarenque dans les Cévennes, l’Esat Lalevade en Ardèche…

Loin des géants de l’industrie de la confiserie, des gourmands réinventent, à petite échelle, la manière de travailler. Peggy, la fondatrice de Girafon, a mal vécu son expérience de salariat. Pour elle, pas question d’entreprendre autrement qu’en Société coopérative et participative (Scop). « Dans mon ancienne entreprise, les salariés n’avaient pas voix au chapitre. Elle a coulé alors que des salariés avaient une vraie vision pour la pérenniser. » Girafon est aujourd’hui la seule Scop dans l’artisanat à la Réunion et dans le secteur de la confiserie en France.

confiseries-girafon-1

Les salariés y sont propriétaires de leur activité et participent à la prise de décision. Au quotidien, les trois salariés sont autonomes et polyvalents. « Chacun met la main à la pâte sur la mise au point de nouveaux produits en fonction de ses aspirations et de ses capacités techniques », précise Peggy. Et ça marche : chaque année, la Scop propose de nouvelles recettes. « On a commencé à commercialiser des cuirs de fruits à base de pulpe de fruits locaux ! » Pour goûter à tous ces délices, une seule solution : prendre vos billets pour la Réunion !

Image writer

Rédigé par

Pauline Bian-Gazeau

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.