Agir au quotidien

De la lingerie sexy, même après la maladie

Publié le 27 décembre 2016

Comment se réapproprier son corps et se sentir belle malgré les séquelles d'un cancer du sein et de ses traitements ? Des entrepreneurs se sont penchés sur ces questions intimes pour proposer de la lingerie adaptée à la féminité spécifique de ces dames.

Le combat pour la féminité après la maladie prend un sens particulier pour Cécile Pasquinelli, fondatrice de la marque parisienne de lingerie et maillots de bain Garance. Elle a été – comme une femme sur huit en France – touchée par un cancer du sein. Si aujourd’hui, la guérison est au bout du chemin dans 87% des cas, les traitements qui y mènent abîment le corps : « On maigrit ou grossit, on perd ses cheveux, et dans 25% des cas on subit une mastectomie dont les séquelles sont indélébiles », développe Cécile.

Eviter d’acheter ses dessous en pharmacie

Il faut alors porter des prothèses externes, à glisser dans le soutien-gorge. La lingerie classique ne convient plus et c’est un véritable parcours psychologique que ce changement de sous-vêtements. Lorsqu’ils sont achetés en pharmacie ou para-pharmacie, on bascule dans un univers médical, et « c’est souvent la goutte d’eau qui fait déborder le vase », poursuit-elle. En 2010, elle décide de faire de la féminité pendant et après le cancer un combat. Et un projet professionnel, servi par 17 ans d’expérience en marketing, une énergie inépuisable et une équipe investie.

Aujourd’hui Garance propose sur internet, en pharmacie et dans son show-room parisien des modèles intemporels, une ligne de maillots de bains et 4 nouveaux modèles chaque saison. Toute la gamme est adaptée aux contraintes morphologiques tout en restant dans l’air du temps. « Nous voulons parler à la femme et non à la malade, donner envie avec une image glamour à laquelle elle a envie de s’identifier», affirme Cécile.

Une lingerie sur-mesure et made in France

Offrir aux femmes victimes de la maladie des accessoires glamour et restaurer leur confiance en elles, c’est aussi le credo de la marque Indiscrète. Fondée en 2009 par Didier Degrand, Béatrice Mongella et Christelle Bois, trois anciens employés licenciés d’Aubade, l’entreprise s’implante à Chauvigny, dans la Vienne. Leur gamme de sous-vêtements s’adresse à toutes les morphologies et propose une quarantaine de modifications à la demande. La plupart compensent une différence mammaire, c’est-à-dire le déséquilibre – naturel ou conséquence d’une intervention – entre la taille des seins. « Il s’agit vraiment d’adapter le produit au corps », insiste Didier Degrand.

L’objectif est aussi d’offrir aux femmes opérées une lingerie de qualité : l’entreprise est labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant et ses produits sont « made in France » selon une tradition de corsetterie et un savoir-faire devenu rare. « C’est aussi la volonté d’Indiscrète de sauvegarder ces compétences », explique Didier, qui a redonné du travail à des ouvrières licenciées d’Aubade.

Rendez-vous ou vente à domicile pour la discrétion

Indiscrète s’appuie sur un réseau de conseillères qui assurent la vente à domicile. Une discrétion que les clientes ayant subi une ablation apprécient, de même que les conseils personnalisés et le regard professionnel et bienveillant sur leur corps. Ici comme chez Garance, on parle mode avant tout et les dentelles, broderies, couleurs et imprimés sont omniprésents.

Une alternative à l’univers médical, c’est aussi ce que vise Laurence Molinier dans sa boutique Belle de Jour, ouverte il y a 10 ans à Toulouse. Cette ancienne coiffeuse s’est d’abord tournée vers les prothèses capillaires, avant de faire une formation en prothèse mammaire et de proposer lingerie et maillots.

Elle souhaite sortir de l’ambiance médicale tout en apportant une expertise et une oreille attentive. « Lorsque les clientes arrivent, elles sont meurtries car elles n’ont pas accepté le changement de leur corps, et sont un peu perdues face à ce nouvel univers », constate-t-elle. C’est pourquoi chez Belle de Jour, on vient sur rendez-vous pour essayer en toute tranquillité, dans une relation d’aide et d’écoute où la parole permet de recouvrer la confiance en soi.

Image writer

Rédigé par

Anaïs Rouyer

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Donner du sens à son travail grâce à Vendredi

    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 23 février 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.