Planète

Cultiver autrement, c’est possible !

Publié le 23 novembre 2016

Potager en libre-service, ferme urbaine ou micro-ferme au milieu des champs... Ces derniers temps, des expériences agricoles se multiplient. Plongée dans ces initiatives qui invitent à cultiver autrement !

A quoi ressemblera l’agriculture de demain ? En parcelles partagées, sur des toitures urbaines ou dans une micro-ferme ultra écolo et productive, des collectifs, associations et start-up prouvent que cultiver autrement est possible !

A petite échelle, des initiatives citoyennes et solidaires

C’est notamment le cas des « Incroyables comestibles », un mouvement spontané et solidaire, né en 2008 à Todmorden, en Angleterre. Frappées par la crise économique, deux habitantes décident de cultiver des légumes devant chez elles, sur un bout de trottoir. La récolte est bonne et très vite, la nouvelle se répand que les deux dames autorisent les passants à se servir dans leur potager improvisé ! L’initiative fait rapidement des émules et débarque en France. Le mouvement est déjà implanté dans des dizaines de communes françaises. À Albi, la municipalité a même décidé de soutenir le projet afin de favoriser l’autosuffisance alimentaire.

incroyables-oullins

Des fermes urbaines atypiques

Au-delà d’apporter un peu de verdure ainsi que des fruits et légumes aux personnes qui les cultivent, ces potagers, tout comme les jardins partagés, participent du développement de l’agriculture urbaine à plus grande échelle. Avec un même défi : produire des végétaux en ville, dans des espaces confinés, en intérieur, dans une cave ou même un parking !

citizen-farm-schema

A Toulouse, la start-up Citizen Farm a ainsi installé la première ferme urbaine française en aquaponie. Elle repose sur la combinaison ingénieuse d’une serre et d’un aquarium, le tout hébergé sur et dans un container. La serre, au dessus du container, produit les fruits et légumes du potager, cultivés dans un substrat de billes d’argiles. Et l’eau de l’aquarium, dans le container, fournit aux plantes les nutriments issus des déjections d’une quarantaine de poissons. « Avec cette ferme, nous voulons montrer qu’il est possible de subvenir aux besoins en fruits et légumes d’une famille de quatre personnes pendant un an », explique son fondateur, Pierre Oswald.

citizen-farm-cultures

Les fermes urbaines vous intriguent ? Etanchez votre curiosité sur Say Yess ! On vous raconte par exemple que des salariés installent des mini-fermes dans leurs entreprises et comment le numérique booste l’agriculture en ville. Enfin, si vous êtes Francilien(ne), on vous emmène à la rencontre de toutes ces activités paysannes pour verdir Paris et sa région. Bon bol d’air !
Un réseau pour les fermes de demain !

A plus grande échelle encore, l’association Fermes d’Avenir promeut, elle, un nouveau modèle d’agriculture, plus écologique et créateur d’emplois. « Notre ambition, résume Maxime de Rostolan, fondateur de l’association en 2013, est de réconcilier l’agriculture avec l’emploi et le respect du vivant, rendre les exploitations agricoles plus productives et vertueuses pour la nature et l’humain, en appliquant les principes de la permaculture. Une agriculture qui met l’accent sur la nature, la biodiversité, la présence des animaux, etc. ».

Grâce à la micro-ferme expérimentale de la Bourdaisière, installée en Touraine, le jeune homme espère, d’ici cinq ans, prouver que l’agroécologie peut être plus rentable que l’agriculture conventionnelle. L’été prochain, un Tour de France des Fermes d’Avenir reliera tous ces paysans pas comme les autres !

micro-ferme-benevoles

Photos : Fermes d’avenir, Incroyables comestibles, Citizen Farm

Image writer

Rédigé par

Céline Deval

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Pose ton sac à La Bagagerie

    La bagagerie à Marseille - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La carte des festivals green et solidaires 2018

Il est temps de penser à votre été ! Comme chaque année, Say Yess vous propose la carte des festivals engagés. A vos agendas !

Rédigé par Oriane Raffin
le 18 avril 2018 En savoir plus

Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Rédigé par Oriane Raffin
le 16 avril 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

Rédigé par Jérémy Pain
le 11 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.