A vous de jouer !

Savoirs ancestraux

Entre tradition et innovation, ils préservent leur culture!

Riches de leur héritage culturel, des jeunes innovent pour préserver l’artisanat et les savoirs traditionnels en Martinique et en Guyane.

pepiniere-3-aci-sud-botanique-pauline-bian-gazeau
1
Photo : Pauline Bian-Gazeau
Herboristerie Créole : des remèdes bio innovants 

Situées en Martinique, au nord de Fort-de-France, les parcelles de terre de l’Herboristerie Créole, regorgent de verveine blanche, de groseilliers pays et d’atoumo. Les deux co-fondateurs de l’entreprise, Sévérine et son mari Rémi, se sont lancés en 2012 dans la culture et la transformation de plantes locales dans le respect de l’agriculture biologique.

C’est dommage d’importer des produits transformés à 8.000 kilomètres d’ici alors que nous avons tout sur place.

Rémi et Séverine, aujourd’hui trentenaires, ont découvert l’usage des plantes grâce à leurs grands-mères, respectivement espagnole et martiniquaise. « Quand j’étais petite, nous utilisions à la maison des rimèd razié, des remèdes traditionnels. Une fois adulte, c’était pour moi tout naturel de partager ces connaissances. Il est d’ailleurs fréquent que nous conseillions des personnes même en l’absence de transaction commerciale », précise Séverine.

herboristerie-creole-verveine-blanche-benoit-colinA l’Herboristerie Créole, entreprendre est aussi un acte militant. « Nous voulions permettre à nos clients de se soigner avec les plantes médicinales locales, souvent mal connues. C’est dommage d’importer des produits transformés à 8.000 kilomètres d’ici alors que nous avons tout sur place. Nous apportons donc notre pierre à l’édifice. »  

Passionnés et créatifs, Séverine et Rémi ne font pas que reproduire des schémas anciens. Ils innovent et s’adaptent aux tendances actuelles. Grâce à leur formation initiale d’ingénieur et avec l’appui d’experts, le couple a lancé la première gamme antillaise de compléments alimentaires produits à partir de plantes locales.

Association Walyku : une offre touristique originale dans un village amérindien 

Après des études dans les travaux publics, Francky, 26 ans aujourd’hui, rejoint son village natal, une communauté amérindienne de 142 habitants. Il y reprend les rênes de l’association Walyku et lance le premier projet touristique communautaire en Guyane. « Je ne voulais pas que les jeunes prennent des produits illicites et boivent de l’alcool. » 90% des jeunes du village étaient alors sans emploi.

Aujourd’hui, l’association compte 10 salariés, des jeunes de la communauté, et propose des circuits touristiques pour découvrir le mode de vie amérindien et l’artisanat local : gravure sur calebasse, confection de colliers, tir à l’arc, tressage de feuilles… « C’est ce que je voulais pour mon village. »

On ne sait pas où on va, alors, c’est important de savoir d’où l’on vient !

Face à une culture de l’oralité, Francky et l’équipe de Walyku se lancent actuellement dans la réalisation d’un livre pour inscrire, par écrit, les légendes et les savoirs traditionnels. « Certains, comme la poterie, ont déjà disparu ! » Grâce à sa curiosité d’esprit, le jeune homme en sait beaucoup sur sa culture. « Dès 8 ans, je posais des questions au shaman, à mon arrière-grand-mère, à ma grand-mère. Des chants traditionnels, j’en connais plein. J’ai aussi fait une initiation au shamanisme. »

Pour Francky, la préservation de sa culture est essentielle, surtout pour les nouvelles générations : « On passe beaucoup de temps à jouer sur nos portables et tout semble plus facile. Mais il ne faut pas oublier nos grands-parents qui souffraient avant pour s’alimenter, pour s’habiller et devaient tout faire eux-mêmes. A l’école, on nous parle de Christophe Colomb mais notre histoire c’est aussi celle de nos aïeux. On ne sait pas où on va, alors, c’est important de savoir d’où l’on vient ! »

Sud Botanique : la nouvelle génération formée à la culture des plantes locales

samantha-aci-sud-botanique-pauline-bian-gazeauA Sainte-Anne en Martinique, l’association Sud Botanique apprend à de jeunes martiniquais à cultiver les plantes aromatiques, cosmétiques et médicinales locales et à en connaître les propriétés.

Avant même son arrivée à la pépinière de Sud Botanique, Samantha, 26 ans, était une habituée du jardinage mais, ici, elle en apprend toujours plus sur les plantes. « Il y a trop de choses à découvrir. Je prends tout ce que l’on me donne : les conseils des clients, les lectures… ». Pour la jeune femme, préserver ce savoir est aussi une réponse aux problèmes de santé. « Les maladies qui se développent nous poussent à revoir nos habitudes ! »

stevin-2-aci-sud-botanique-pauline-bian-gazeauStevin, 20 ans, a découvert les plantes grâce à ses parents et a prévu de « tout apprendre à ses enfants ». La transmission a déjà commencé : il donne souvent des conseils à ses amis. « Par exemple, je leur ai expliqué qu’avec la graine de savonnette, plus besoin de savon. C’est pratique ! ». Mais pour Stevin, l’enjeu est plus large. « On ne devrait pas perdre la culture créole. Le tambour, les danses traditionnelles, le tour des yoles. C’est important. »

Auteur de l'article : Pauline Bian-Gazeau

Laisse un commentaire

Une réponse pour "Entre tradition et innovation, ils préservent leur culture!"

  1. Jacques ka dit :

    Très bien, je regarderai plus tard.
    A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *