Etudes & formations

Au sein d’Enactus, Guillaume veut « entreprendre au service de la société »

Publié le 6 septembre 2016

Le jeune étudiant ingénieur au sein de Centralesupéléc, à Paris, a rejoint Enactus il y a un an, et a pris le rôle d’animateur de l’association de son campus. "Un challenge" et une opportunité unique pour agir "en accord avec ses valeurs".

Derrière ses lunettes rondes et son sourire communicatif, Guillaume est un jeune homme de 21 ans plein d’énergie et d’ambitions. Son enfance partagée entre la France et l’Italie et sa double culture héritée de ses parents, lui ont apporté une ouverture d’esprit et un amour pour la diversité et le partage. D’ailleurs, il aime se revendiquer «profondément Européen ».

Toute cette semaine, Say Yess s’intéresse à l’engagement étudiant. Cet article est publié en partenariat avec l’association Enactus, qui a pour mission de développer l’esprit d’entreprendre et l’engagement des jeunes au service de la société en les accompagnant dans la mise en œuvre de projets d’entrepreneuriat social. Appuyés par des professionnels et des enseignants de leur établissement, les étudiants participant au programme ont accès à des ateliers, des ressources et échangent lors de séminaires nationaux ou régionaux pour faire grandir leur projet. Enactus et Say Yess vous proposent de faire connaissance avec trois des 1.300 étudiants impliqués chaque année dans 155 projets sur tout le territoire. Aujourd’hui, c’est Guillaume qui vient nous parler de son implication chez Enactus. 

Après avoir passé une partie de son enfance en Italie, il poursuit sa scolarité en France. Ses années lycée marquent le début de ses engagements : « C’est au lycée que mes engagements ont commencé. Je faisais à cette époque partie des scouts. Je me suis engagé quasiment toutes les années qui ont suivi.»

Après l’obtention de son baccalauréat, il entame une classe préparatoire aux grandes écoles avec une spécialité en physique chimie. Il intègre par la suite CentraleSupéléc pour un diplôme d’ingénieur. Cette année-là, il s’est engagé au sein d’African unit, une association dont il fait toujours partie et qui construit un espace de rencontre jeunesse au Burkina Faso. Il est en charge de la recherche de partenariat. Parallèlement, il lance une tribune étudiante sur son campus, pour permettre à des personnalités d’échanger avec des étudiants sur des sujets divers.

Une volonté de s’engager dès l’enfance

Guillaume a toujours eu cette envie d’engagement, un déclic qui remonte à son enfance : « Étant petit je voulais devenir diplomate. J’avais envie d’être utile et de résoudre des problèmes. J’ai toujours beaucoup aimé les voyages et la diversité. J’ai toujours voulu être dans le concret et dans l’action. Mon expérience en tant que scout au lycée m’a aussi donné l’envie de transmettre des valeurs. L’éducation que j’ai reçue a également joué un grand rôle dans ces engagements.»

Son histoire avec Enactus débute par hasard : « Un jour, j’ai vu des lunettes assez chères et de là une idée m’est venue à l’esprit : faire des lunettes n’est pas une chose compliquée, pourquoi ne pas les faire nous-même et les vendre moins chères ? ». Si Guillaume ne s’est pas lancé dans la production de lunettes, il a cependant « entamé des recherches au sein des associations présentes sur le campus », pour trouver un nouveau moyen de s’engager. « C’est ainsi que j’ai découvert Enactus. J’ai été motivé par plusieurs personnes qui m’ont par la suite poussé à rejoindre l’aventure. Elles ont su me montrer la beauté de cette organisation, son dynamisme et ses valeurs. Elles ont su me transmettre leur motivation et les nombreux moyens d’action dont nous disposons pour faire changer les choses. »

Son aventure Enactus, il la résume par des rencontres : avec des jeunes partageant la même envie de faire évoluer la société dans le bon sens, des professionnels qui apportent leur expertise pour outiller les étudiants, et surtout, une équipe qui n’existait plus et qu’il a dû recréer au sein de son établissement. « Cela a été un véritable challenge de reformer l’équipe, explique-t-il. A mon arrivée elle n’existait plus. Il fallait fédérer des gens autour d’Enactus, donc se faire connaître et reconnaître. Mais cela en vaut vraiment la peine quand je vois nos équipes aujourd’hui. »

« Mon challenge est de motiver les équipes »

Et lui a trouvé sa place, en tant que « team leader » : « mon challenge quotidien est de motiver les équipes et faire en sorte qu’elles le restent pour mener leur projet le plus loin possible. » Un défi parfaitement en accord avec sa vision du leadership de demain : « Un leader est une personne qui transmet sa motivation à son équipe, et réussit à créer cette notion de groupe. Un manager gère très bien l’aspect organisationnel mais un leader sait également fédérer une équipe et la motiver. »

Pour lui, Enactus représente un levier d’action que les étudiants d’aujourd’hui doivent exploiter : « On est jeunes et on n’a pas beaucoup d’occasions de créer de la valeur sociale et d’entreprendre au service de la société. Quitte à se lancer et arrêter après, il faut tenter car cette expérience est incroyable. Les rencontres, les échanges ! On a plein d’occasions maintenant grâce à des structures comme Enactus. De nos jours, il est très difficile de faire quelque chose en accord avec ses valeurs. Il ne faut donc pas hésiter à essayer de le faire quand l’occasion se présente. »

Image writer

Rédigé par

Dienaba Ndongo

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Quand une idée se transforme en projet étudiant... et crée une vocation - Say Yess

Publié le 03 août 2017

[…] Say Yess a laissé la parole à trois jeunes engagés au sein de la structure. Retrouvez les témoignages de Guillaume, Kévin et Rosine. [/box] […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Give back the yoga

    Give back the yoga - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • La bergerie des Malassis rumine la ville !

    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

La folie des merveilles L5 © Bruno Delamain
Social, solidaire, etc.

Marché alternatif et ateliers créatifs au Festival Youth We can !

Vous avez envie de vous engager et des projets plein la tête, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Le festival Youth We Can! le 23 septembre prochain est l’occasion de répondre à toutes vos interrogations ! Ateliers, DIY, marché alternatif et autres rencontres citoyennes au programme.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 20 septembre 2017 En savoir plus

Atelier de recherche d'emploi - Cojob
Conseils (de) pro

Chercher du boulot et bien le vivre, c’est possible !

La recherche d’emploi est souvent un casse-tête… En misant sur l’entraide et la bienveillance, des associations rendent cette période plus positive.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 septembre 2017 En savoir plus

Lancement de la v2 du magazine Say Yess
Social, solidaire, etc.

Say Yess fait peau neuve !

La nouvelle version de Say Yess est en ligne ! Découvrez nos nouvelles rubriques et notre Say Yess Tv.

Rédigé par La redaction
le 11 septembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.