A vous de jouer !

En direct des Eurockéennes

Festivals et engagements – Une petite pétition avant votre concert ?

Au cœur des événements musicaux, des associations tentent d'attirer les festivaliers, notamment les jeunes. Au menu : prévention personnelle et implication citoyenne.

« Bonjour, vous auriez un éthylotest ? » Sous la tente de l’Association Prévention Routière, la question revient souvent. Il est 19h, ce samedi, Beck puis Louise Attaque vont bientôt monter sur scène, le flot des festivaliers s’intensifie aux Eurockéennes de Belfort. « Beaucoup ont déjà bu, ils prennent un peu ça à la rigolade, reconnaît Claire Vallet, 19 ans, bénévole. Mais rien qu’en voyant les images de la campagne, ils sont choqués. Et au final, certains renoncent à prendre le volant au retour. »

Devant le stand, David Raclet, bracelet de motard au poignet, discute surtout avec les amateurs de deux roues. « J’ai pas mal d’amis qui ont eu des accidents, dit-il. Ici, je me sens utile. Si on en sauve un seul, ça vaut la peine. »

Eurockennes association routiere
Impliquer les fêtards dans un combat

Eurockeennes association MDMLa Prévention routière, tout comme le stand d’informations sur le Sida, tentent de protéger les fêtards de leurs propres excès. Mais au stand voisin, on leur propose de s’impliquer dans un combat. Devant des affiches dénonçant la rentabilité des traitements contre le cancer ou l’hépatite C, deux jeunes femmes font signer une pétition de Médecins du Monde sur le prix des médicaments.

« Les Eurockéennes brassent des gens de tous les âges et de toutes les tranches socio-culturelles, ça nous offre une cible très large, explique Olivia Amos, chargée des événements pour l’ONG. Certains ados qui ont connu la campagne via internet viennent même faire signer leurs parents qui n’ont pas Facebook ! »

Tandis que son ami signe la pétition sur une tablette, Magali, 23 ans, se fait poser une décalcomanie « Le prix de la vie » sur l’avant-bras. « C’est clair qu’on paie les médicaments bien plus chers que ce qu’ils coûtent, assure l’étudiante en physiopathologie. Les labos se font une énorme marge alors qu’il s’agit de la santé des gens. »

Des décibels à l’insalubre

Mais l’expérience la plus glaçante se cache dans un bus jaune vif, garé non loin de là. Alors que The Inspector Cluzo se déchaîne sur la scène voisine, les festivaliers maquillés et agités montent à bord… et se retrouvent dans un minuscule logement, sombre et décrépi.

« Voilà, vous êtes dans un taudis de 7m2, annonce sans transition Robin Chaffanjon, 23 ans, bénévole pour la Fondation Abbé Pierre. La peinture est au plomb, il y a de l’humidité, une installation électrique dangereuse, pas de chauffage… Des taudis insalubres comme ça, il y en a 600.000 en France. »

Eurockéennes association bus

Fabien et Eric, montés dans le bus pour tuer le temps entre deux concerts, dissertent maintenant sur les marchands de sommeil : « Un logement, ça ne devrait pas être une marchandise. » « La France est le troisième vendeur d’armes au monde mais n’a pas de quoi loger les gens… C’est le Moyen Âge ! »

Les bénévoles profitent de la stupeur pour embarquer les visiteurs dans le mouvement. « On leur dit qu’ils peuvent faire des dons mais aussi donner de leur temps, expose Michèle, 33 ans. Et on veut aussi les alerter, car les jeunes sont les premières victimes du mal-logement, dans des endroits trop petits ou des caves, par exemple. »

Eurockéennes associations bus2

Ballons colorés à la main, Melissa et William, 20 ans chacun, ne se remettent pas de cette visite « tragique ». « C’est bien de sensibiliser dans un festival, ça peut attirer des gens qui ne sont pas habitués à ça », estime la jeune fille. Lui médite sur leur condition de vacanciers. « Ici, on dort sous la tente mais c’est pour trois jours seulement. Alors que certaines personnes doivent payer un loyer pour vivre dans ces conditions… »

En quittant le festival, dimanche, ils emporteront des souvenirs de solos de guitare ou de leur chanteur préféré, mais aussi un petit morceau de prise de conscience.

Le bus de la Fondation Abbé Pierre poursuit sa tournée « Abbé Road » et stationnera aux Francofolies de La Rochelle, du 13 au 17 juillet. Les équipes de Médecins du Monde, elles, seront présentes au festival Rock en Seine, fin août.
Bel été engagé !
Auteur de l'article : Hélène Seingier

Laisse un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *