Sports & loisirs

Faire du sport pour changer le monde !

Publié le 28 juin 2016

Avis aux sportifs solidaires : pratiquer votre discipline favorite au profit d'une cause qui vous est chère, c'est possible et les moyens ne manquent pas! A vos marques, prêts? Partez!

S’inscrire à une course solidaire

« Notre défi sportif, c’est notre moyen à nous d’agir ! » Stéphanie, 30 ans, se prépare avec deux amies à défendre les couleurs de l’association de prévention contre le cancer Keep a Breast. Son équipe, les Nananas, doit participer au Raid des Alizées en novembre 2016 en Martinique. Soixante équipes s’y affrontent dans le cadre d’épreuves surprises (kayak, trail, VTT…) pour récolter une cagnotte au profit de leur cause.

« Au début, nous étions surtout enthousiasmées par le côté sportif de l’aventure », explique Stéphanie. Mais peu à peu, la cause de Keep a Breast la touche. « On ne parle pas assez du cancer aux jeunes. Cette association agit par exemple sur le dépistage et met en garde sur les produits toxiques dans les cosmétiques. Ça nous parle ! » Pour financer leur participation, les jeunes filles ont ouvert une cagnotte et sollicité plus de 500 entreprises. « Les réponses sont souvent négatives, c’est décourageant, mais on ne laissera pas tomber. Cet été on organise des ventes et des tombolas. » A cela s’ajoute un entraînement intensif et des actions de communications autour de Keep a Breast. « On est prêtes à tout pour aller au bout », lance Stéphanie.

Filles raid solidaire

Organiser un tournoi en partenariat avec une association

Il est également possible de monter votre propre tournoi en partenariat avec une association. Vision du Monde, ONG de parrainage d’enfants, chapeaute régulièrement des compétitions organisées par des parrains : course, ping-pong, roller… « Ceux qui ont un projet nous contactent et nous le présentent, explique Camille Bussière, chargée des événements et du réseau de bénévoles. Si nous le retenons, notre soutien se fait surtout au niveau de la communication : nous faisons le design et imprimons les flyers, mobilisons notre réseau, envoyons nos représentants sur place… »

Bérénice, étudiante, a ainsi monté en 2015, avec une amie, un tournoi de golf au profit des enfants du Vietnam – l’une des deux causes prioritaire de Vision du Monde cette année-là. Avec 45 participants et 2.500 euros récoltés pour payer du matériel scolaire, l’évènement a été un succès. « Mon conseil, c’est de choisir un sport qu’on connaît bien », dit-elle. Sa propre fréquentation du golf de Béthune a facilité la communication avec la direction et les joueurs. Les jeunes filles ont également mobilisé une radio, lancé un financement participatif pour payer prix, boissons et nourriture (soit 500 euros) et démarché des entreprises pour récolter des dons à l’attention de Vision du Monde.

Golf solidaire

Faire naître les rencontres

Une manifestation sportive solidaire peut également avoir pour objectif de créer du lien social. Dans le cadre de leur cursus, six étudiants de l’IUT d’Amiens ont choisi d’organiser un tournoi de football réunissant étudiants et travailleurs handicapés. « J’avais fait un stage dans l’Esat de Poix de Picardie qui avait une équipe de foot. Quand nous les avons vus jouer en tournoi, avec des amis, nous avons été séduits ! », explique Baptiste Roger, 21 ans. Très vite, deux autres établissements de la région adhèrent au projet.

Les dépenses engagées – 600 euros de repas et de récompenses pour les joueurs – ont été financées par des ventes et des dons d’associations locales. « Nous avons bénéficié d’énormément d’aide matérielle : la mairie de Salouël nous a prêté le terrain, des clubs locaux des ballons, des buts, des maillots… », indique Baptiste, qui évoque « 60 heures de travail en tout ». Au total, huit équipes de huit personnes se sont affrontées le 28 avril 2016. « Ç’a été une réussite ! Dans certaines équipes, les gens se sont vraiment mélangés. Ils prenaient des photos, rigolaient ! »

 

Alors, inspiré(e) ? À vous de mouiller le maillot pour la cause qui vous inspire !

 

Crédit photos Golf : Mathilde Vidocq

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e valoriste

    Métier de valoriste -
 Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Fiona, scout chez EEDF : « Lorsque l’on s’engage, on s’engage aussi auprès des autres »

A 30 ans, Fiona est professeur d’italien et professeur de français langues étrangères. Elle est engagée depuis son adolescence chez les Éclaireuses et Éclaireurs de France, une association de scoutisme laïque inscrit dans l’éducation populaire.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 9 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.