Projets inspirants, créateurs inspirés

Sarah: «Etre témoin de l’engagement des autres, ça bouscule»

Publié le 8 juin 2016

… et ça donne envie de s’engager à son tour. La jeune femme, âgée de 26 ans, raconte comment elle a créé l’association Ahmed & Adèle, pour l’égalité des chances.

L’association Ahmed & Adèle, la Fabrique à Talents, regroupe les anciens bénéficiaires des programmes Egalité des chances de l’ESSEC. L’objectif est d’animer ce réseau de plus de 2.000 jeunes, mais aussi d’inciter les anciens à s’engager sur des enjeux d’égalités des chances et de prendre la parole publiquement sur le sujet. Sarah Khamassi, présidente et fondatrice de l’association, revient pour nous sur son parcours et ses motivations.

Comment est née votre envie de vous engager pour les autres ?

Mon envie de m’engager est née avec ma participation au programme « Une Grande Ecole, pourquoi pas moi ? », lorsque j’étais au lycée.  Ce programme a changé ma vie, un monde nouveau s’offrait à moi. Etre témoin, pendant trois ans, et de manière hebdomadaire, de l’engagement d’autres personnes… ça bouscule et ça donne envie de s’engager à son tour. J’ai été touchée de voir des étudiants donner 4/5 heures de leur temps (et pour avoir été à leur place ensuite, je sais que les étudiants de l’ESSEC sont sollicités par beaucoup d’associations et ont un emploi du temps de ministre !).

L’engagement faisait partie des fondations.

Et plus que de côtoyer une équipe mobilisée, j’avais rencontré des personnes qui avaient fait le choix de travailler, au quotidien, pour les autres ! C’était nouveau pour moi. J’avais 15 ans quand j’ai vécu cette expérience, si forte. Je n’avais rien vécu avant. Cela m’a alors marqué d’autant plus. J’ai construit la suite de mon parcours sur cette base-là. L’engagement faisait partie des fondations.

Comment s’est concrétisé ce besoin d’engagement ?

J’ai continué à m’investir dans le programme « Une Grande Ecole, pourquoi pas moi ?» en parallèle de mes études, d’abord en tant que tutrice d’un groupe de 8 lycéennes de Terminale, ensuite comme coordinatrice des étudiants tuteurs.

Dès ma première année post-bac j’ai donné des cours de français à la prison d’Osny dans le cadre de l’association Genepi, dont l’objectif est de favoriser la réinsertion des détenus. J’ai aussi fait de l’animation dans un hôpital pour enfants à Margency…

A chacune de mes expériences, j’ai toujours eu le sentiment de recevoir plus que ce que je donnais.

A chacune de mes expériences, j’ai toujours eu le sentiment de recevoir plus que ce que je donnais. Chaque expérience est formatrice, valorisable dans la suite de son parcours. Mes diverses expériences m’ont permis de rencontrer des personnes très différentes, de côtoyer des milieux plus ou moins éloignés du mien. Les personnes autour de moi ne comprennent pas toujours pourquoi j’en fais autant ; je ne saurai pas non plus l’expliquer clairement mais je sais qu’au bout de chaque expérience j’y trouve un bénéficie…

Rencontrez Sarah au prochain apéro Youth We Can !

Comme chaque mois, le collectif vous invite à un apéro inspirant, cette fois sur les thèmes de l’éducation, de l’inclusion et de l’égalité des chances, en partenariat avec Frateli.

Pour cette édition, cinq jeunes viendront présenter leur initiative, dont Sarah Khamassi. Plus d’infos par ici !

Comment est née l’idée de créer Ahmed et Adèle ?

Pendant mes 3 années dans le programme « Une Grande Ecole, pourquoi pas moi ? » et les années qui ont suivi, j’ai rencontré des personnes extraordinaires, beaucoup sont devenus mes amis.

Par exemple, lorsque j’ai été coordinatrice des étudiants, je suis devenue très amie avec un autre coordinateur, Diego. Nous venions de milieux totalement différents : moi française d’origine étrangère, de milieu modeste ayant grandi en banlieue parisienne ; lui étudiant à l’ESSEC, bilingue espagnole car d’origine chilienne, bilingue anglais car on parlait anglais à la maison, un papa prof dans des écoles prestigieuses en France et à l’étranger… Toutes ces différences étaient gommées par notre passion commune pour l’Éducation, l’Egalité des chances et l’envie de faire bouger les choses. Je pourrais aussi parler de mes rencontres avec Rachida de Cap ESSEC ou Fatima de Phares…

Nous étions un petit groupe de jeunes, issus des divers programmes Egalité des chances de l’ESSEC et nous partagions la même envie de rencontrer d’autres jeunes qui avaient vécu la même expérience ; la même envie de mettre les jeunes de nos communautés respectives en réseau pour que chacun puisse profiter d’un maximum d’opportunités ; la même envie de rendre un peu de ce qu’on nous avait donné. La création d’Ahmed & Adèle est alors devenue une évidence.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes souhaitant se lancer à leur tour ?

Je leur conseille simplement d’y aller ! De commencer petit, de tester leur idée et de la faire grandir et évoluer en fonction des divers retours, des expériences ! Je leur conseille aussi de parler de leur idée ! Ils recevront soit des conseils, des retours qui nourriront leur réflexion soit de l’adhésion et des personnes qui auront envie de s’engager à leur côté. Une bonne équipe et être bien entourée est une autre chose très importante quand on se lance.

Image writer

Rédigé par

La redaction

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

Nos derniers articles

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Abibao, co-fondé par Vincent Maréchal
Tech

Faire un don à une association sans dépenser un rond, c’est possible !

En naviguant sur un moteur de recherche, en répondant à un sondage ou en regardant une publicité, on peut soutenir des causes sans vider son porte-monnaie. Suivez le guide !

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 6 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.