Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Publié le 27 mai 2016

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Pour réussir son projet d’entreprise, pas de recette magique : il faut y dédier une grande partie de son temps et de ses ressources, avoir de la chance et être bien entouré. Créer une entreprise avec des ambitions écologiques, sociales et solidaires permet de mettre l’humain au cœur de son projet et de ne pas s’arrêter aux seuls objectifs financiers. C’est aussi accepter des contraintes pour respecter ses valeurs et agir à son échelle.

Pourquoi prend-t-on cette orientation ? Et surtout, comment s’en sort-on ? Deux entrepreneures, Laëtitia Van de Walle, fondatrice des cosmétiques Lamazuna et Marie-Anaïs Limet-Delmotte, fondatrice de l’entreprise Mes Comptoirs, racontent le quotidien et les motivations d’un créateur d’entreprise sociale et solidaire. 

Concrètement, ça ressemble à quoi un engagement social et solidaire ? 

Laëtitia : Les produits Lamazuna ont pour but d’arriver à zéro déchet dans la salle de bain, tout en étant 100% naturels pour les cosmétiques, fabriqués en France et véganes. Pour compléter notre démarche, nous reversons 2% des ventes de notre site pour planter des arbres au Pérou dans le cadre d’un projet d’agroforesterie : les arbres plantés permettent de donner un revenu aux agriculteurs, qui les plantent en complément des espèces végétales déjà en place, ce qui permet de préserver la biodiversité.

Tout pour lancer votre projet

EntreprendreESSEnvie de créer une association, une coopérative, une entreprise sociale? Retrouvez tous les conseils de Say Yess pour lancer votre activité, être accompagné ou encore financer votre projet sur notre page dédiée !

Marie-Anaïs : Pour mes créations, je choisis des tissus écologiques, le plus ancrés dans l’économie locale possible. Ma mercerie vient aussi exclusivement d’Europe : principalement de France, et un peu d’Allemagne quand je ne trouve pas localement. Je fais régulièrement des opérations éthiques et solidaires : pour la fête des mères, j’ai choisi de lancer une box éthique et solidaire, une collaboration avec des créatrices françaises (dont Lamazuna), pour proposer des produits fabriqués et conçus localement, avec un engagement éthique et écologique. Une partie des ventes est également reversée à deux associations qui me tiennent à cœur.

Lamazuna_au_bureau

Quelles contraintes ça représente pour la vie de l’entreprise ?

Laëtitia : Ça nous complique la vie dans le sens où, lorsque nous avons une idée de nouveau produit, nous devons réfléchir à l’impact de sa fabrication, de son packaging, de sa fin de vie, etc. La démarche est totalement différente de celle d’une entreprise classique qui demanderait des devis à plusieurs fournisseurs et choisirait simplement le moins cher. A côté de ça, en mai 2016, nous avons permis d’éviter à 5,6 millions de déchets de partir à la poubelle : 10.500 flacons en plastique de shampoing grâce à nos shampoings solides, 608.000 tampons hygiéniques grâce à nos coupes menstruelles, etc.

Marie-Anaïs : Au quotidien, il faut réussir à concilier nos valeurs, nos ambitions et ce dont les clients ont envie. Pendant mon étude de marché, je me suis rendue compte que les gens étaient sensibles à l’angle écologique et social… uniquement si ça ne leur coûtait pas plus cher. Mais je suis sur un secteur où une très grande partie de la production et de la création ont été délocalisés. Ce n’est pas toujours facile de tout concilier.

Pourquoi se compliquer la vie ?

COFFRET_coffret_zero_dechet_lamazunaLaëtitia : Après avoir monté plusieurs projets, j’ai eu besoin de créer une entreprise qui ait du sens car j’ai réalisé qu’en tant qu’entrepreneurs nous sommes à 100% responsables des produits qui existent sur Terre. J’ai donc cherché à développer des produits les mieux possibles pour nous et pour la planète.

Marie-Anaïs : Après mon master en développement durable, j’ai découvert que les entreprises mettaient souvent en place des actions responsables uniquement sous la contrainte, pour respecter les règlementations. J’étais frustrée que l’impact positif sur les salariés et sur la communauté ne soit pas pris en compte. Quand j’ai créé ma structure, j’ai voulu que l’engagement écologique, puis social et solidaire soit au coeur du projet. Pour moi c’est à nous, entrepreneurs, d’utiliser nos structures pour provoquer des changements positifs. Je pourrais le faire dans mon coin, sans en faire un élément de ma marque, mais j’ai envie d’utiliser l’entreprise pour faire parler de ces sujets-là. Pour moi ça fait partie intégrante de ma responsabilité en tant qu’entrepreneure.

Image writer

Rédigé par

Laure Jouteau

3 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Sabrina Dicidela

Publié le 17 avril 2017

Il n'y a que du positif finalement a creer dans une démarche ethique, ecologique et sociale. L'humain revient au centre. Nos convictions respectées c'est aussi se respecter soi-même. Que du bonheur depuis 5 ans chez nous!!!

image commentary

detect

Publié le 03 août 2016

Intéressant, je vais en prendre exemple pour ma futur entreprise IT ! :)

image commentary

Elva coila

Publié le 28 mai 2016

Très interesante!!!

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La Bénévolante : l’insertion socio-professionnelle version festive

A Toulouse, une association propose à des jeunes en difficulté sociale ou scolaire un grand bain de culture. Bénévoles sur des festivals, c'est aussi une manière de faire naître des vocations lors de ces joyeux chantiers.

Rédigé par Claire Villard
le 14 juin 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Jeunes à la Croix-Rouge : « Arrêter mon engagement, ce n’est pas possible ! »

Bénévoles ou volontaires, 13 000 jeunes s’impliquent dans les missions de l’association française. Témoignages de deux d’entre eux.

Rédigé par Say Yess
le 12 juin 2018 En savoir plus

Solidarités

Retrouver du lien grâce à la cuisine

Visant à rompre l’isolement des habitants d’un quartier, les Petites Cantines proposent des moments de cuisine participative pour retrouver du lien. Les établissements se multiplient à Lyon. Et prochainement dans d’autres villes.

Rédigé par Jérémy Pain
le 7 juin 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.