Tech

Grande école du numérique : nouvelles formations vers des métiers d’avenir

Publié le 15 avril 2016

La Grande école du numérique réunit des formations expérimentales qui s'adressent en priorité aux jeunes et personnes sans qualification ou diplôme, à la recherche d'un emploi ou en reconversion. Parmi les 171 formations labellisées, nombreuses sont celles dispensées par des coopératives et des associations.

Former 10.000 personnes aux métiers du numérique d’ici 2017: c’est l’objet de la Grande école du numérique lancée en 2015 par le président de la République, François Hollande. Dans ce cadre, 171 formations ont été sélectionnées suite à un appel à projets et annoncées en février dernier.

Des formations expérimentales

La Scic R2K, implantée dans le 19e arrondissement, fait partie des élus. « La grande école du numérique, je l’ai inventée ! Nous dispensons depuis 2003 des formations gratuites à destination de jeunes peu ou pas qualifiés sur les métiers du numérique, et depuis 2010 par la voie de l’apprentissage. Nous recrutons beaucoup en direct, et un peu auprès des missions locales ou des écoles de la deuxième chance », explique Emmanuel Saunier, directeur associé et gérant de R2K. »Nous formons sur des métiers en tension : maintenance, assistance informatique, numérisation de contenu… par contre nous ne faisons pas beaucoup de code, car pour moi ce n’est que la tendance marketing du moment et la concurrence avec les jeunes ingénieurs y est forte. »

Grande école du numérique

Les formations labellisées sont dispensées dans des « fabriques du numérique » (130 lieux dépendant de 84 structures) réparties sur l’ensemble du territoire français (association, coopératives mais aussi écoles, universités, organismes de formation…) . Il s’agit de formations courtes qui ont pour objectif de répondre aux besoins d’emplois dans le secteur du numérique. La Grande école du numérique a pour objectif, à terme, la reconnaissance de ces nouvelles formations par une certification ainsi que l’adaptation de ces formations aux besoins des entreprises.

Une enveloppe de 5 M€ doit bénéficier en 2016 à 72 des 84 structures concernées pour financer le développement de leur offre de formation. Un prochain appel à projets sera lancé avant l’été, et donnera lieu à une nouvelle vague de labellisations : à terme 200 formations devraient être labellisées.

Dans le cadre de la Grande école du numérique, la coopérative proposera à partir de septembre 2016 une formation « forgeur numérique » à destination des 16-18 ans sur la fabrication numérique et une formation en alternance d’opérateur polyvalent sur 12 mois (titres de niveau CAP et Bac). La première a été créée pour l’occasion, la seconde est calquée en partie sur le titre existant Catic (Conseiller assistant en technologie de l’information et de la communication). « Les formations Grande école du numérique sont expérimentales pour le moment et ont vocation à rentrer dans le droit commun. Nous espérons graver dans le marbre les modifications que nous avons apportées au titre Catic et qu’une certification spécifique soit créée », explique Emmanuel Saunier.

Des fonds supplémentaires pour une montée en puissance rapide.

De son côté, la coopérative Made in Montreuil, doit lancer à la rentrée prochaine une formation « entrepreneur maker » de 600 heures sur six mois, au profit d’une vingtaine de décrocheurs. « Nous existons depuis 2012. L’objet de notre Scic est d’aider les ‘entrepreneurs du faire’, c’est à dire les artistes et artisans qui mettent savoir faire et la production au cœur de leur activité », explique l’un des co fondateurs, Nicolas Bard. Pour ce faire, la structure dispose « du plus grand FabLab de France, qui s’étend sur 1.800 m2« , et jusqu’à présent, proposait des modules de formation technique courts.

« Avec nos partenaires [la Fondation d’entreprise Energies Croisées créée par l’entreprise Eqiom, et l’association Fab&Co qui fédère les FabLab industriels], nous avons décidé de montrer une formation plus longue, et nous recruterons la première promotion en juin. Il s’agira du premier cursus de ce genre en France, qui fait la part belle à entrepreneuriat et sera animé par des patrons d’entreprises. Cela va dans le sens de l’intérêt général : il s’agit de créer des entrepreneur maker made in France », ajoute Nicolas Bard. Selon lui, la labellisation Grande école du numérique est un atout : « les fonds débloqués dans ce cadre financent un tiers de la mise en place de la formation, les deux autres tiers étant apportés par nous et par nos partenaires. Ça permet un montage et une montée en puissance plus rapide ». Une formation par semestre doit être lancée pendant deux ans, et Made in Montreuil projette de s’implanter prochainement à Lille, Marseille, Bordeaux et Dijon.

Favoriser l’entrée sur le marché du travail

« Je suis très content de ma formation », déclare Kevin, 21 ans, qui suis une formation Catic en alternance chez R2K depuis la rentrée 2014. Après un échec au bac littéraire, le jeune homme « ne se voyait pas aller à la fac ». « Je me suis penché sur les dispositifs permettant d’entrer vite dans la vie active », dit-il. C’est par la Mission locale qu’il entend parler de R2K. Aujourd’hui, il alterne en moyenne trois semaines en milieu professionnel avec deux semaines en formation. « En cours, j’apprends par exemple la maintenance informatique, ou l’animation afin d’enseigner dans ce domaine. Le reste du temps, je travaille au sein de l’espace publique numérique L’Atelier des réseaux, où je donne des cours d’informatique« , dit-il.

Après son examen, avec son diplôme de niveau IV (Bac) en poche, Kevin pense être bien armé pour rentrer sur le marche du travail. « Ce qui me plaît beaucoup dans cette formation, c’est que j’aurai déjà deux années d’expérience professionnelle lorsque je serai diplômé« , dit-il. A moyen terme, il souhaite s’orienter vers un poste de technicien informatique dans une entreprise.

Associations et coopératives labellisées

Parmi les associations ayant reçu le label Grande école du numérique, on compte : Simplon.co, LePoleS, Les Petits Débrouillards Grand Est, Zup de Co ou encore l’association Autour du numérique.

Parmi les coopératives, outre R2K et Made in Montreuil, Passerelles Scop et la Scop Cefim.

Pour consulter la liste complète des formation labellisées, c’est ici.

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.