A vous de jouer !

Dis-moi pourquoi tu bosses

Choisir un métier vert et solidaire!

L'économie verte est en plein développement. Une bonne nouvelle pour l'environnement bien sûr mais aussi pour l'emploi, car aux nouveaux besoins correspondent de nouveaux métiers ! Et en matière de développement durable ou d'énergies renouvelables, les structures de l'ESS figurent en bonne place. Tour d'horizon des opportunités à saisir !

3

« Lorsqu’on évoque environnement et économie sociale et solidaire, on s’aperçoit que l’on parle de deux tendances de fond de notre société, observe Tiphaine Perrichon, chargée de projets RH et diversité à l’UDES (Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire). Et qu’au croisement de ces deux, il y une foule d’emplois et de débouchés possibles« .

Mais gare aux désillusions ! Certes, le secteur de l’environnement bénéficie de la dynamique de transition écologique et énergétique de l’économie et les associations, coopératives et autres entreprises de l’ESS y sont bien implantées. « Néanmoins, il faut faire certaines distinctions pour saisir où sont réellement les opportunités », avertit Michel Tardit, chargé de veille documentaire au CIDJ (Centre d’information et de documentation jeunesse) et coordinateur du guide « des secteurs qui recrutent ».

Quelques métiers verts…

Selon l’Onemev (Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte), les activités de l’économie verte dénombrent plus d’un million d’emplois, répartis entre « éco-activités » et « activités périphériques ». Les premières constituent le cœur de l’économie verte et produisent des biens et des services environnementaux. C’est-à-dire que leur finalité est la protection de l’environnement (contrôle de la pollution, gestion des eaux usées ou des déchets, lutte contre le bruit, protection de la nature…), la gestion des ressources naturelles (maîtrise de l’énergie, énergies renouvelables…), etc.

« Pas besoin donc d’être fervent militant écolo pour décrocher un job, souligne Tiphaine Perrichon, d’autant plus que les offres ne sont pas si nombreuses, puisqu’on dénombre seulement 143.000 personnes occupant un métier vert, et principalement dans la gestion des eaux usées, des déchets et des énergies renouvelables ».

… et de nombreux métiers verdissants

Les activités « périphériques », elles, prennent en compte les problématiques environnementales et les évolutions face aux enjeux environnementaux. Ces métiers dits « verdissants » n’ont donc pas une finalité environnementale, il s’agit d’activités de production et distribution d’eau, gestion des espaces verts ou des ressources naturelles (travaux d’isolation, aquaculture…), etc.

« Et avec 3,8 millions de professionnels (ouvrier forestier, conseiller agricole, ingénieur agronome, agent de valorisation du patrimoine, diagnostiqueur du bâtiment…), c’est là, que se concentre la majorité des opportunités », insiste Michel Tardit.

Des employeurs multiples pas forcément bien identifiés

Au-delà de cette distinction, les acteurs du secteur sont aussi très variés : des groupes internationaux, des associations d’envergure mondiale (comme Greenpeace) côtoient une foule de petites structures, moins connues où des jeunes peuvent rapidement faire leurs preuves, être en charge de projets importants et ainsi allier terrain et gestion d’équipe.

« Connaissez-vous Enercoop, un fournisseur français d’électricité d’origine renouvelable ou encore Soliha qui œuvre pour le logement solidaire (rénovation, animation…) ? » questionne Tiphaine Perrichon. Sans oublier les nombreuses SCOP du BTP et les structures de l’économie circulaire. Ressourceries et recycleries, acteurs historiques de l’ESS, à la croisée de l’environnement recrutent aussi … Mais à leur échelle !

Quoi qu’il en soit, la confiance peut être de mise : dans le cadre de la loi de transition énergétique pour la croissance verte d’août 2015, le gouvernement table sur la création de 100 000 emplois d’ici à 2018. De quoi offrir plusieurs opportunités.

Pour aller plus loin

– Retrouvez nos conseils pour trouver un emploi dans l’ESS sur le web par ici. Avec notamment le site du Réseau TEE qui rassemble de nombreuses offres liées au développement durable. Attention cependant, toutes les structures ne dépendent pas de l’ESS.

– Le guide de Terra Eco sur les métiers (et les formations) des énergies renouvelables.

– Le guide « Le marché de l’emploi de l’économie verte » du Commissariat général au développement durable.

Auteur de l'article : Céline Deval

Laisse un commentaire

3 réponses pour "Choisir un métier vert et solidaire!"

  1. Kévin dit :

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant !! Peu d’articles pour conseiller et proposer des sites qui répertorient ce type de jobs, ça faisait des mois que j’attendais ça ! Merci pour ce que vous faites et bonne continuation !

  2. delafoye dit :

    Depuis 2 ans, l association Irvin tente de rapprocher les jeunes en insertion avec les metiers du vivant. Nous aider a promouvoir notre ecole des systemes vivants.www.irvin.fr

  3. Florian dit :

    Bonjour,
    Bravo pour cet article !
    Je vous invite à découvrir l’école SUP’ÉCOLIDAIRE qui ouvre à Lyon (cursus Bac +5) et qui est justement dédiée aux métiers de la transition écologique, solidaire et citoyenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *