Culture

Be Who You Art, trait d’union entre artistes et acteurs sociaux

Publié le 29 janvier 2016

Mettre des artistes à disposition des acteurs sociaux dans l'objectif de promouvoir des causes via des évènements culturels. C'est l'objet de Be Who You Art (BWYA), une structure entrepreneuriale et associative lancée en juin 2015.

« Notre leitmotiv, c’est ‘Changez le monde‘ : il faut que chacun se rende compte de sa responsabilité. Oui, l’argent est le nerf de la guerre, mais il faut réfléchir à un nouveau paradigme économique qui permette d’améliorer le quotidien des gens« , nous explique Sei Cabrol, directeur général et co-fondateur de BWYA. Avec six autres amis d’enfance, le jeune homme de 28 ans a lancé il y a quelques mois une structure qui se veut à la fois galerie d’art dématérialisée (via un site Internet et une page Facebook), et agence de mise en relation entre acteurs sociaux et artistes.

« Ces artistes sont sollicités pour défendre des causes qui sont soit demandées par des associations, soit choisies par nous« , ajoute le jeune homme. Passionné d’art – il rap, écrit, dessine… – Sei Cabrol n’en est pas à son premier engagement. Ainsi, il a notamment été directeur artistique pour l’association Becare au sein de laquelle il a participé à la production d’un album au profit d’enfants autistes.

En 2016, zoom sur l’illettrisme

« En 2016, nous avons décidé de nous concentrer sur l’illettrisme. Ce thème large, qui a été Grande cause nationale en 2013, a fait consensus« , indique Sei Cabrol. Cet engagement se concrétise par la mise en place d’une exposition collective et multidisciplinaire (art moderne, vidéo, sculpture…) intitulée « L’Art sans lettre », qui a vocation à devenir itinérante.

La première édition de cette exposition doit se tenir à l’espace Beaujon, à Paris, en mars 2016. « Nous sommes une structure dépendante de la ville de Paris, qui organise des activités culturelles et sportives pour les Parisiens« , explique Jean-Jacques Braghini, directeur de la structure. « Nous mettons régulièrement en place des animations thématiques -concerts, expositions, spectacles… – autour de thèmes de société ou environnementaux. Lorsque BWYA nous a approchés, nous avons tout de suite été intéressés par le sujet de l’illettrisme. Si l’expérience s’avère positive, nous aimerions réfléchir au moyen d’enrichir l’exposition par d’autres manifestations, je pense par exemple au théâtre ou à des courts-métrages, et de la rendre pérenne« , ajoute-t-il.

« Sortir de sa zone de confort artistique »

Parmi la vingtaine d’artistes qui doivent exposer, on compte Victoire, créatrice d’œuvres d’arts numériques. « C’est BWYA qui m’a contactée. Nous nous sommes tout de suite bien entendus : il y a beaucoup de points communs entre leur travail et mon état d’esprit« , dit-elle. La jeune femme est en effet présidente de l’association Expérimentation créative qui présente les travaux d’un réseau d’artistes et d’artisans en Bretagne. « Nous avons un objet social et travaillons notamment sur le développement durable, le recyclage… »

inspiration

Pour l’exposition « L’Art sans lettre », Victoire a prévu une œuvre en cinq pièces intitulée « Le Défi », dans lequel elle utilise la 3D et des jeux de lumière [ci-dessus, la première pièce]. « Elle se présente comme une bande dessinée collée sur un support réfléchissant. Mon idée est de figurer le parcours d’une personne ayant un problème d’analphabétisme vers la maîtrise de la lecture et de l’écriture« , explique-t-elle. « J’aime bien que l’on me donne un sujet, cela force à sortir de sa zone de confort, et fait réfléchir à de nouvelles problématiques. »

« L’argent n’est pas le moteur »

« L’argent n’est pas notre moteur« , explique Sei Cabrol. « Notre entreprise sert à réunir un réseau d’artistes, à monter des évènements et à vendre des œuvres. Ceci fait, nous reversons les bénéfices à notre association pour mettre en place des actions sociales avec les associations partenaires. Dans le cas de L’Art sans lettre, nous voulons créer une webradio dédiée à l’illettrisme, et à l’usage des acteurs. Nous envisageons un partenariat avec un organisme de formation pour donner des cours à via cette radio« .

Les projets de BWYA, explique-t-il, sont nombreux : monter un réseau social de mise en relation entre artistes, ouvrir un local artistique pour qu’ils se rencontrent et collaborent, mettre en place de nouveaux partenariats avec des associations… Sans compter qu’une nouvelle version du site Internet est en route, avec également la création d’un site en Anglais. BWYA, bientôt un réseau mondial d’artistes ?

A découvrir : l'Espace Beaujon

Situé dans un hôtel particulier du 8ème arrondissement parisien, l’espace Beaujon propose régulièrement des expositions ouvertes à tous, ainsi que des spectacles, débats, pièces de théâtres, projections…

« Nous travaillons beaucoup sur le thème de la santé mentale et des addictions« , explique Jean-Jacques Braghini. « Cette année, nous mettons en place un projet sur la santé mentale et le sport« , ajoute-t-il. Sont également prévus, prochainement, des évènements sur le thème « Être senior dans la ville« .

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire

    Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Les makers défont le handicap

    Les makers défont le handicap - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

BTS éco-gestion ESS - Lycée René Cassin
Etudes & formations

Un BTS option ESS pour élargir ses horizons

Le lycée professionnel parisien René Cassin s'est illustré en lançant un BTS Compta-gestion option ESS en 2017. S'il existait déjà des masters tournés vers l'Économie sociale et solidaire en France, cette formation de niveau Bac +2 est une première. Reportage.

Rédigé par Anaëlle Guisset
le 11 décembre 2017 En savoir plus

Le XXIe arrondissement de Paris, riche en découvertes solidaires et citoyennes.
Sports & loisirs

Balade solidaire dans le 11e arrondissement de Paris

Lauriane, rédactrice pour Say Yess, est partie à la recherche de bonnes adresses pour réchauffer les week-ends hivernaux. Après une balade guidée par un conférencier de la mairie de Paris, elle vous livre ses bonnes adresses situées dans le 11e arrondissement de Paris.

Rédigé par Lauriane Barthélémy
le 8 décembre 2017 En savoir plus

Grégoire, vainqueur du concours Eloquentia Saint-Denis, a ensuite fait la première partie d'un artiste sur la scène du Point Virgule
Culture

Slam, humour, éloquence : offrir le micro à ceux qui n’ont pas la parole

Slam, stand-up, concours d'éloquence… Des associations et collectifs d'artistes proposent des ateliers d'écriture aux jeunes de quartiers populaires. Objectif : libérer leur créativité et leur permettre de s'affirmer.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 4 décembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.