Culture

Fontaine O Livres, l’asso qui soutient la filière livre

Publié le 27 novembre 2015

Mettre les professionnels en contact: telle est l'une des vocations de Fontaine O Livres, une association qui œuvre depuis 10 ans dans le nord-est parisien pour le soutien aux acteurs du secteur de l'édition et de l'écrit.

« Nous animons un réseau de 70 adhérents, dont 50% d’éditeurs. Des déjeuners, apéros, ou rendez-vous thématiques sont organisés pour permettre les rencontres… Nous donnons également accès à des services : par exemple, aider les professionnels à développer leur communication. » C’est ce qu’explique Yann Chapin, directeur de Fontaine O Livres, association implantée dans le 11ème arrondissement parisien.

Créée en 1995 sous le nom de Fontaine au Roi Initiative pour développer l’entrepreneuriat dans le Nord-Est parisien, l’association se concentre depuis 2005 sur la filière livre. « L’objectif reste le même : dynamiser le quartier et améliorer son image. La zone est très urbanisée, c’est l’une des plus dense de Paris. Il y a peu de commerces, et une forte mixité« , ajoute Yann Chapin. L’association est soutenue par les pouvoirs publics et des partenaires de la filière livre.

Une vingtaine d’entreprises hébergées

Fontaine O Livres est aussi pépinière d’entreprises, et propose des espaces de coworking depuis 2014, date à laquelle elle a pris de nouveaux locaux. Une vingtaine d’entreprises [30 personnes] sont hébergées: éditeurs, traducteurs, graphistes… « Notre dimension désormais plus importante renforce l’impact sur la vie du quartier. Depuis la rue on voit des gens travailler. D’autre part, cet espace de travail partagé permet de riches collaborations entre entrepreneurs« , ajoute le directeur.

tafmag

L’équipe de TAFMAG, média consacré à l’art émergent (cinéma, musique, littérature, art…) est hébergée par Fontaine O Livres depuis fin 2014. « Le projet est né il y a trois ans, partant du constat que beaucoup de beaux projets naissent en France malgré la crise. Or, les médias parlent plutôt des artistes établis« , explique sa créatrice, Pauline Guillonneau, 26 ans. Outre la diffusion d’articles, TAFMAG organise des événements (expos, concerts…), a lancé une ligne de vêtements et propose une galerie en ligne. Par ailleurs, en plus de sa version web, un premier numéro papier du magazine est sorti en septembre 2015.

Un système qui favorise l’entraide

Pauline-TAFMAG« L’espace de travail partagé permet d’échanger avec des entrepreneurs expérimentés qui nous donnent des conseils en termes de logistique, d’administratif, de droit… Nous avons trouvé notre imprimeur grâce à d’autres coworkers, de même que le contact d’un comptable. Cette entraide facilite notre travail, et les salariés de Fontaine O livres sont très impliqués« , poursuit Pauline.

Un deuxième numéro papier de TAFMAG est prévu à horizon mars/avril 2016. « Nous continuons à rechercher des distributeurs, notamment des librairies spécialisées. Notre projet est d’aller à la rencontre de points de ventes situés à Marseille, Londres et Berlin« , indique Marie Durantet, 26 ans, responsable communication. Pour le 1er numéro, les jeunes femmes pensent remplir leur objectif de 800 exemplaires vendus.

Les 19 et 20 décembre 2015, TAFMAG organise un marché de Noël au Point Ephémère (Paris). De quoi surprendre vos proches avec la production de jeunes créateurs.

Quant à Fontaine O Livres, elle vise aujourd’hui « la consolidation de son modèle« , selon Yann Chapin. Ce qui se traduit par « un retour aux actions sur le quartier, notamment un évènement autour du livre numérique avec Bibliothèque sans frontières, Les Apprimeurs et le Centre social le Picoulet« . Le développement des ressources propres (notamment via le renforcement de son activité formation professionnelle), est également visé.

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e valoriste

    Métier de valoriste -
 Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Fiona, scout chez EEDF : « Lorsque l’on s’engage, on s’engage aussi auprès des autres »

A 30 ans, Fiona est professeur d’italien et professeur de français langues étrangères. Elle est engagée depuis son adolescence chez les Éclaireuses et Éclaireurs de France, une association de scoutisme laïque inscrit dans l’éducation populaire.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 9 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.