Entreprendre, mode d'emploi

Pitch2Kids : les enfants prennent la parole

Publié le 14 décembre 2015

Une jeune association propose aux enfants de juger les entrepreneurs innovants. Une façon pour les plus petits d'avoir leur mot à dire sur le monde de demain, et pour les start-up d'entendre leurs quatre vérités, sans pincettes! Reportage à Nantes.

La vérité sort de la bouche des enfants, dit-on. C’est en partant de cet adage que les trois jeunes de Pitch2kids ont lancé leur concept de séance de pitch devant un jury d’enfants.

« Vous pouvez dire que c’est nul, que le logo est moche et poser toutes les questions que vous souhaitez, les enfants ! Vous avez le droit d’avoir la parole devant le monde qui change », introduit Timothée, l’un des trois fondateurs de l’association, qui anime l’après-midi.

Assis sur un tapis et quelques coussins, entourés d’ardoises, de feuilles et de feutres, les 7 enfants âgés de 8 à 11 ans sont toute ouïe. Face à eux quatre entrepreneurs « verts » vont présenter leurs projets le plus simplement possible.

« Qui aime les céréales ici ? »

Timothée démarre par une micro conférence sur le thème du jour : le green business. « Vous savez ce que c’est ? » « -Euh… L’économie de la nature qui est pas avec le pétrole, bafouille Sacha. Pour éviter le CO2, qui fait que les oiseaux migrateurs sont perdus ». L’assemblée des discrets parents venus assister à l’atelier, au fond de la salle, sourit.

pitch2kids2

Après quelques explications un peu plus précises et ludiques, sur les gaz à effet de serre et leurs effets néfastes sur les manchots, place aux solutions pour le futur. Johanna, entrepreneuse sociale, entre en scène, déguisée en joyeuse fée. Son idée : une boutique sans emballage. « Qui aime bien les céréales ici ?  ». Voilà une belle entrée en matière pour séduire le petit jury. « Moi, moi ! », enchaînent Laurène, Anna, Camille, Alexandre, Aurélien… « Hé bien, moi je propose que vous ne jetiez pas le carton et le plastique à chaque coup et que vous veniez plutôt chercher vos céréales avec votre paquet vide ou un bocal de verre ! », explique Johanna en distribuant des bocaux plein de sel, sucre, pâtes, lessive…

« Ça change rien pour nous ! On ne fait pas les courses ! » lance Aurélien, provocateur. « Oui, mais tu ne trouves pas que c’est bête d’avoir des bananes sous plastique alors qu’elles ont déjà un emballage naturel ? » , répond-elle du tac au tac. Un point. « Il sera où le magasin ? », « Mais y aura pas du tout de carton ? »… Une fois les questions passées, place au dessin pour que les petits juges en herbe racontent ce qu’ils ont compris du pitch. Un moment charmant où se mêlent imagination et réflexion.

Des remarques pertinentes

Ainsi se suivent les présentations de Laura et ses cosmétiques bio et locaux pour papa emballés par des travailleurs en insertion, de Volvert les designers qui aident à trier le verre, et de We do good, une start-up de finance solidaire. « Moi c’est eux que je préfère, parce qu’avec leur idée, on peut créer plein d’autres bonnes entreprises pour la nature », détaille Aurélien, qui ne veut pas voter pour les autres car « ça existe déjà ». Arguments pertinents et d’autorité pour ce petit blond à lunettes.

« Moi je vote Ô Bocal, la boutique sans emballage ! Les cosméstiques c’est moins important, c’est moins urgent pour la planète », justifie Anna, de son côté. « Inciter les gens à trier le verre, d’accord, mais avec l’objet que Volvert propose (un porte-sac et une application, ndlr) on n’attire que ceux qui le trient déjà », lance un troisième enfant. Les entrepreneurs semblent scotchés par tant d’honnêteté et de bonnes remarques et se justifient un par un.

pitch2kids3

Une fois le startupeur préféré élu et récompensé, vient le moment de mettre les enfants au travail pour qu’ils inventent eux aussi des idées vertes pour l’avenir. «On a lancé pitch2kids il ya quelques mois, avec l’envie de le développer avec les enfants du monde. Grâce à ce concept, ils réalisent que leur voix compte ! La dernière fois ils ont carrément monté une start-up et pitché leur projet autour de la E-santé !».

Cette fois, les petits juges -qui, étonnement ont l’air tous très conscients de l’état de la planète- planchent ensemble sur des idées vertes à destination des entreprises éloignées de l’écologie. « Faire un concours du meilleur salarié éco-responsable, une cantine sans emballage avec de la nourriture locale… » Les idées paraissent fuser entre les petits cerveaux, devenus très sérieux lorsqu’il s’agit de donner aux adultes des directions pour le monde de demain. « Plus tard je monterai une start-up, moi aussi ! », conclut Sacha, plus qu’enthousiaste.

A vous de jouer!

Ça vous donne envie ? Vous souhaitez proposer ce genre d’événement aux enfants de votre entourage ou développer des Pitch2kids dans votre ville ?

N’hésitez pas à contacter Timothée, Clément et Olga par ici ou là : pitch2kids[a]gmail.com. Ils sont ouverts à tout !

Image writer

Rédigé par

Jeanne La Prairie

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Ruoma

Publié le 18 septembre 2016

Je suis dubitatif et méfiant. Dernièrement, on a découvert un parc d'attraction où les enfants peuvent jouer à vivre comme les adultes, avec le travail, les outils, les courses, les marques présentes partout. Un bon conditionnement au métier de consommateur, commencé dès le plus jeune âge. Ici, deux mots ont éveillé ma méfiance : juger et entrepreneur... À l'heure où les grands sont incités, compte tenu chômage, à se transformer en auto-entrepreneur. Une "solution" pour le moins douteuse et piégeante. Juger, alors qu'il faudrait plutôt parler de donner son avis, confronter nos idées, conjuguer nos efforts. Bref ! Face à la déroute actuelle du système d'instruction français pompeusement appelé "Éducation" nationale, à l'heure où l'on tente de modeler les opinions et esprits dès le plus jeune âge à coups de "nouveaux programmes", la vigilance est de mise concernant ce qu'on entreprend de déverser dans leurs cerveaux.

image commentary

Tim

Publié le 14 décembre 2015

Merci beaucoup Jeanne pour cet article tambour-battant ;) L'atmosphère, la mission et l'ouverture du mouvement Pitch2Kids y sont parfaitement retranscrits ! A très bientôt et au plaisir de se recroiser, Timothée.

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

Nos derniers articles

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Abibao, co-fondé par Vincent Maréchal
Tech

Faire un don à une association sans dépenser un rond, c’est possible !

En naviguant sur un moteur de recherche, en répondant à un sondage ou en regardant une publicité, on peut soutenir des causes sans vider son porte-monnaie. Suivez le guide !

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 6 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.