Conseils (de) pro

Comment se faire un réseau dans l’ESS?

Publié le 23 septembre 2015

Rien ne vaut le bouche à oreille! Dans l'économie sociale et solidaire, plus que dans un autre secteur, avoir des contacts qui vous informent, des personnes qui vous recommandent facilite grandement votre recherche de job ou de stage. Suivez donc nos conseils pour vous constituer un réseau.

Depuis plusieurs années, Adélie Ranville, étudiante en Master 2 économie sociale à Grenoble, enchaîne les stages et missions bénévoles, sans aucun temps mort. A 22 ans, cette jeune femme passionnée a compris comment mobiliser son réseau pour évoluer rapidement d’un poste à un autre : « en cas de besoin, mes anciens camarades ou mes professeurs m’aiguillent voire me recommandent, cela accélère les choses. » Pour Tiphaine Perrichon, chargée de projets RH à l’UDES (Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire), « même si les offres de stages et d’emplois dans l’ESS sont de plus en plus visibles et mieux répertoriées, le bouche à oreille reste encore très efficace, car les acteurs du secteur fonctionnent souvent en partenariats, en associations ou en coopération. L’échange est omniprésent !« .

Suivez l’actualité du secteur

Pour intégrer le cercle, l’idéal est de commencer par fréquenter les lieux ressources, comme les CRESS (Chambres Régionales de l’Economie Sociale et Solidaire) par exemple. « La première étape pour se constituer un réseau est de s’informer, indique Tiphaine Perrichon. Et grâce aux nouvelles technologies, quelques clics suffisent ! Inscrivez-vous aux newsletters des grands acteurs de l’ESS (COOORACE, Fédération des entreprises d’insertion, URSCOP…). Profitez pleinement des réseaux sociaux en suivant leurs comptes Twitter ou Facebook« . Rejoignez des groupes thématiques, comme le groupe YESS sur LinkedIn, l’Auberge de la Solidarité sur Yahoo. Damien Lerebourg, actuellement en stage dans un cabinet de conseils en développement durable et ESS, est membre du groupe de discussions  » Pour une économie sociale , solidaire (ESS)… Écologique » sur Facebook. Autre bon plan de cet étudiant de 25 ans : « Les « alerte news » de Google Alert, pour être informé en temps réel de nouveaux projets et postuler avant tout le monde ! »

Faites des rencontres lors d’événements

S’informer, c’est bien, mais passez du virtuel au réel, c’est mieux ! Deuxième étape donc : participez à des événements, pour rencontrer des acteurs et professionnels du secteur. « Incontournable, le mois de l’ESS, organisé chaque année en novembre, un peu partout en France« , insiste Dominique Lamy, organisatrice de l’événement à Chelles (Seine et Marne). Pensez également au Forum Convergences,  aux rencontres Up Conférences sur l’innovation sociale, aux conférences de la communauté collaborative OuiShare, etc. Damien est un participant assidu à plusieurs de ces événements : « J’y rencontre de nouveaux contacts potentiels« .

Allez plus loin, en vous engageant

Ultime étape : s’impliquer, pour profiter le moment venu des contacts solides. Adélie s’appuie sur ses camarades, mais il existe aussi des associations d’anciens, comme le groupe ESS de l’école Sciences-Po. Les étudiants peuvent également bénéficier de l’aide d’Enactus dans la mise en œuvre d’un projet d’entrepreneuriat social. Pourquoi ne pas participer aux brainstorming de MakeSense (les fameux « hold-up »), aux ProBonoLab ou encore à des concours, comme le Concours de l’Entrepreneuriat Social Etudiant (CESE) ? Enfin, n’oublions pas le Service civique. Pour Damien, cette année passée auprès de 4 associations, toutes engagées dans des actions différentes a constitué SA porte d’entrée dans l’ESS.

Image writer

Rédigé par

Céline Deval

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

BELFEKIH

Publié le 25 décembre 2015

Bonjours, J'aimerais trouver un job d'été pour l'année 2016 sans avoir de réponse nulle part.. J'aimerais tant pouvoir travailler et découvrir des choses. Merci.

image commentary

Duchêne

Publié le 07 octobre 2015

Je vois que le groupe ESS de SciencePo est cité. Mais de façon générale les associations d'anciens peuvent être utiles même si elle n'ont pas de groupe spécifique ESS!

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.