Culture

Le théâtre-forum libère la parole

Publié le 13 mars 2015

Avec cette méthode, le spectateur devient acteur. Une manière ludique de débattre et de s'exprimer sur différents thèmes.

Les élèves de terminale du lycée Léonard de Vinci de Tremblay-en-France (93) assistent ce jeudi-là à un spectacle un peu particulier. Les acteurs de la Mécanique de l’Instant commencent par se présenter à eux, et leur décrivent les personnages qu’ils vont interpréter. «Je vous demande de vous forger une opinion sur le comportement de chacun des protagonistes», annonce Cindy, l’une des comédiennes.

Trois coups de balai, les lumières se baissent, la pièce s’ouvre sur la fin tragique du récit : Kernel, adolescent d’origine maghrébine, agresse sa professeur au couteau. Puis viennent les scènes qui ont précédé ce débordement : un cours agité avec une professeur un peu stricte, les insultes racistes d’un autre élève à son égard, une discussion violente avec son père à propos de la guerre d’Algérie… Autant d’éléments qui expliquent peut-être le comportement de Kernel.

Un spectacle participatif

Les lumières se rallument. Au public, à présent, de juger. «Comment aurait-on pu éviter ce coup de couteau ?», demande Cindy. Petit brouhaha dans la salle, puis la discussion porte sur le comportement du père de Kernel, trop agressif selon certains. «Comment aurait-il dû réagir ? Tu viens me le faire ?», propose alors Cindy à un élève. Tour à tour, plusieurs participants sont invités à monter sur scène, aux côtés des acteurs, pour interpréter les différents personnages, à différents instants de la pièce.

Théâtre forum

On teste des solutions, et la parole se libère. «Il faut que le père de Kernel lui raconte la violence de la guerre d’Algérie», estime une étudiante, «Kernel ne peut pas dire à la principale que son père le frappe, elle ne va pas le croire», affirme une autre, «quand il se fait traiter de ‘sale Arabe’, il doit rester calme», lâche un élève du fond de la salle…

Des impros pour débattre

Après une heure de discussion et d’improvisation, la conclusion de la séance vient du public : «il faut accepter les différences». Les élèves ressortent satisfaits. Même s’ils ne sont pas tous d’accord sur ce qu’aurait dû faire untel ou untel, ils ont pu s’exprimer, et se sont amusés . «C’est super de monter sur scène, ça fait réfléchir, mais c’est chaud d’improviser», lâche Luis, 18 ans.

Ce jour-là, la discussion a beaucoup porté sur les relations familiales. Mais elle aurait pu partir sur un autre sujet. «Les improvisations arrivent parfois là où on ne les attend pas, l’important c’est d’accepter ce que les jeunes veulent jouer, de ne pas arriver avec des solutions toutes faites», explique Lyès, responsable de la compagnie La Mécanique de l’Instant.

Une méthode de sensibilisation

Permettre à chacun de s’exprimer, et faire émerger des réflexions et des prises de conscience, tels sont les buts du théâtre-forum. Cette méthode a été mise au point dans les années 60, par un homme de théâtre brésilien, Augusto Boal, à l’origine du Théâtre de l’Opprimé en France.

La Mécanique de l’Instant intervient majoritairement auprès d’un public jeune, sur des thèmes comme la violence, les relations filles-garçons ou encore l’addiction. Selon Lyès, «il y a autant de manière de faire du théâtre-forum que de compagnies qui utilisent la méthode». D’autres préfèrent proposer directement des improvisations par saynètes, et non commencer par une pièce entière. Mais l’objectif reste le même : rendre le spectateur un peu plus acteur, sur scène et dans la vie.

Image writer

Rédigé par

Héloïse Leussier

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Les makers défont le handicap

    Les makers défont le handicap - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • C’est pas du gâteau

    icone-youtube-play

    Par: Udes

Nos derniers articles

AJL Cérémonie OUT D'OR
Solidarités

Des associations améliorent la vie des personnes transgenres

Un peu partout en France, des associations luttent contre l’exclusion et les violences exercées contre les personnes transgenres et les accompagnent dans leur transition. Le combat avance, à petits pas.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 17 novembre 2017 En savoir plus

Etudes & formations

Quête de sens : les étudiants ingénieurs renversent la table !

De plus en plus d’étudiants en écoles d’ingénieurs sont tentés par des carrières en marge des grandes entreprises auxquelles ils étaient destinés. Ils cherchent un métier qui répond mieux à leurs valeurs, au point de rejoindre des associations, de créer des collectifs ou de monter leur propre activité.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 15 novembre 2017 En savoir plus

Monter son projet étudiant Pépite Pon
Entreprendre, mode d'emploi

10 conseils pour monter son projet étudiant

Créer son association, son projet d’entrepreneuriat social quand on est étudiant, c’est possible ! Voici 10 conseils pour mener à bien son projet.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 13 novembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.