Des idées pour s'engager

SVE : engagez-vous en Europe !

Publié le 20 mars 2015

Le Service Volontaire Européen permet d'acquérir une expérience professionnelle tout en développant ses connaissances linguistiques. Zoom sur cette opportunité pour les 17-30 ans !

Voilà trois ans que Florian a élu domicile à Barcelone. Il partage encore aujourd’hui un appartement lumineux avec un ami rencontré à travers le programme du Service Volontaire Européen (SVE).

Envie de partir à l’international ? Toutes les formules existantes sont ici !

L’aventure débute en février 2012. A 27 ans, il quitte alors Paris et son job de programmateur pour débarquer seul en Espagne et devenir volontaire au sein de la Federación de Asociaciones Gitanas de Catalunya. Comme lui, un millier de Français âgés de 17 à 30 ans sont partis l’an dernier et 580 européens ont été accueillis dans des structures françaises.

Une mobilité encadrée

Programmateur informatique pour des entreprises dont les produits ne l’intéressent pas toujours, Florian souhaitait offrir ses compétences à un projet qu’il soutienne sur le fond. C’est une amie qui lui fait découvrir le programme du SVE. Après avoir contacté une structure d’envoi lui ayant expliqué les démarches, il a donc recherché à travers le moteur de recherche du portail européen un domaine qui l’intéressait, puis envoyé des mails aux associations concernées. Quelques mois plus tard, il avait une réponse depuis l’Espagne.

Si la langue et les diplômes ne sont pas censés être des critères de sélection, il a été apprécié qu’il ait des compétences en informatique et de bonnes bases d’espagnol. Ce qui ne l’a pas empêché de bénéficier de cours d’espagnol et de catalan à son arrivée. Mais l’absence de condition de diplôme permet aux missions locales d’encourager des jeunes peu diplômés à se révéler à travers cette expérience d’engagement à l’étranger.

Pouvoir chercher une mission depuis Paris était essentiel pour Florian : « Je voulais changer d’air mais ne me voyais pas partir à l’arrache. J’avais besoin d’un minimum de sécurité. » L’expérience SVE est par ailleurs bien encadrée : réunion avec des homologues dans le pays de départ avant et après le séjour et deux réunions de formation avec les volontaires du pays d’accueil. Pendant deux à douze mois, l’association qui reçoit le volontaire est chargée de s’acquitter du billet aller-retour, du logement, de la nourriture et de l’argent de poche, à hauteur d’une centaine d’euros.

En général, il faut compter minimum six mois avant de partir. Raison de ces délais : une lourdeur administrative qui a découragé Fanny. Nantaise également basée à Barcelone, Fanny a préféré le service civique français à l’international pour des raisons de dossiers traités plus rapidement, selon elle. Toutefois le coloc de Florian certifie : « certaines destinations peinent à séduire ou des désistements de dernière minute permettent des départs sous un mois ! » A l’agence française du programme, on estime que l’augmentation du budget, dans le cadre du rattachement à Erasmus+, pourrait encourager la participation de nouvelles structures et ainsi réduire les délais d’attentes.

Une expérience de vie

FlorianCastellerEncore aujourd’hui, Florian a le sourire aux lèvres en parlant de son expérience. Il en retient l’ouverture linguistique et culturelle et le dépaysement. Sa mission de départ, la gestion du site internet et promotion culturelle, est vite devenue multitâche : animation auprès d’enfants, organisation d’un festival… Au-delà du travail, il a fallu tisser de nouveaux contacts. « Je m’entendais bien avec mes collègues, mais nous n’avions pas le même rythme. Lorsque je suis allé à la première formation de volontaires, j’ai rencontré une trentaine de jeunes avec qui j’ai eu une connexion immédiate. » Et il s’est même initié à la culture locale.

Le retour en France après neuf mois de SVE a eu un goût de trop peu pour Florian. Trois mois plus tard, il retourne travailler à Barcelone. « J’en suis finalement revenu à la programmation web pour des entreprises financières vu que dans le milieu associatif, il n’y a pas d’opportunité d’emploi dans mon domaine. » Mais pas question pour autant d’arrêter l’engagement associatif : il est devenu bénévole !

 

Le SVE en bref

Tous les jeunes européens âgés de 17 à 30 ans peuvent participer au programme, en partant dans un pays partenaire.

Le séjour dure de 2 à 12 mois.

En France, les structures d’accueil sont accréditées pour trois ans suite à l’étude de leur dossier pour accueillir un volontaire.

 

Image writer

Rédigé par

Caroline Venaille

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Donner du sens à son travail grâce à Vendredi

    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 23 février 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.