Culture

Le graffiti végétal

Publié le 16 janvier 2015

Le graffiti végétal ! Voilà une une jolie façon de redécorer et reverdir la ville sans l'abîmer ! Encore faut-il que ça marche... notre journaliste a mis la main à la patte.

© Jeanne La Prairie

Oubliez le petit bonhomme en mousse ou les soirées mousse, le top du chic aujourd’hui c’est le graff en mousse !  C’est en surfant sur le web que j’ai découvert ce street art végétal, cher aux activistes de la guérilla gardening utilisant le jardinage comme moyen d’expression. Ces graffs 100% bio et sans peinture chimique, nés dans les rues de New York et de Londres il y a une dizaine d’années, m’interpellent. Je décide d’essayer moi-même de faire pousser un tag, dans mon jardin pour commencer.

Retrouvez nos autres articles sur le street art :

vign-street1 vign-street2 vign-street3

 

Je réalise rapidement qu’il existe deux façons de faire : mixer de la mousse avec d’autres ingrédients puis l’appliquer au pinceau et attendre qu’elle pousse comme le gazon. Ou alors, méthode plus courante chez les adeptes, fixer de la mousse fraîche sur un aplat de colle bio, ce qui a le grand avantage de montrer un résultat immédiat.

Je saupoudre de sucre ce mix de bière, de babeurre et de mousse

Je décide de tenter les deux expériences : la lente qui pousse, la rapide qui colle. Sur les forums, les passionnés se disputent les recettes. Je pioche à droite et à gauche les ingrédients me paraissant les plus adéquats. Pour la recette de la mousse mixée sensée repousser sur le mur, il faut :

– 2 tasses de bière
– 2 tasses de lait ribot (également appelé babeurre ou lait fermenté)
– 1 cuillère de sucre
– 3 touffes de mousse végétale fraîche

Mes ingrédients ainsi préparés, je m’en vais cueillir de la mousse fraîche dans mon jardin (vous pouvez en trouver assez facilement sur les trottoirs aussi). Je prends soin d’en récolter sur les parois artificielles type mur, béton ou dalle pour m’assurer qu’elle prendra aussi sur la paroi que je lui impose. La mousse poussant sur le gazon est, par essence, peu encline à se développer sur les murs.

Dernière étape : choisir la surface

Après avoir tant bien que mal essayé de débarrasser les mottes de leur terre, je dépose le tout dans mon mixeur, qui sert d’habitude à faire de bons smoothies bien fruités. Je saupoudre délicatement de sucre ce mix de bière, de lait et de mousse. La machine s’agite. J’ouvre et plonge le doigt dans la mixture, non pas pour goûter – jamais ! – mais pour tester la consistance. Bof, beaucoup trop liquide. J’ajoute un peu de farine, de miel et de sucre de canne liquide. Le tout forme une mousse grisâtre qui ne sent pas très bon. Je m’empresse de mettre le liquide dans un pot hermétique et de le baptiser « peinture qui pousse » au cas où un de mes colocataires se prendrait l’envie de cuisiner cette étrange mixture.

DSC_0337

Dernière tâche et pas des moindres : choisir la surface. Vous remarquerez que la mousse ne pousse pas n’importe où, il ne lui faut pas trop de lumière, un mur plutôt poreux et un peu humidité. Je choisis un mur de crépi un peu décrépi, trônant sur ma terrasse, qui m’a l’air exposé au Nord si mes calculs sont bons. On raconte que la mousse pousse au Nord, ce qui est bon à savoir si vous êtes perdu dans une forêt même si ce n’est pas 100% fiable.

Il ne reste plus qu’à attendre de voir si les cœurs poussent

C’est l’heure tant attendue du dessin. Je commence par un truc simple (et kitch) : un cœur (ooooh). Certes j’aurais pu me lancer dans un lettrage digne des plus grands street artistes, mais ça, ce sera l’étape d’après… Si l’expérience fonctionne.

Je dessine donc deux cœurs à la craie pour tester face à face les deux méthodes. Je badigeonne le premier avec ma peinture qui pousse, sous le regard circonspect de mon coloc’. C’est vraiment pas glorieux et j’ai du mal à croire que cette purée grise va devenir un joli tapis vert gorgée de rosée du matin. À voir !

Je passe à la deuxième méthode : colle bio + mousse fraîche :

1- La colle bio, c’est presque facile : je mets dans une casserole 1/2 verre de farine, une cuillère à soupe de sucre, 1/2 verre d’eau, 1/2 verre de bière. Je touille tout ce joyeux bazar sur le gaz à feu doux jusqu’à obtenir une pâte consistante (si vous arrivez à ne pas laisser de grumeaux vous gagnez même un point de vie).

DSC_0365

2- J’applique cette colle avec un pinceau sur mon dessin de cœur à la craie. J’appose délicatement des bouts de mousse fraîche, qui devraient si tout se passe bien se nourrir et s’implanter dans cette colle naturelle et continuer leur vie comme si de rien n’était.

Il ne reste plus qu’à attendre et arroser un peu en espérant de tout cœur que la méthode 1 pousse, et que la méthode 2 ne pourrisse pas jusqu’à tomber en miettes… Paraît-il qu’il faut patienter six semaines !

Un suspense insoutenable à suivre sur les réseaux sociaux !

DSC_0359

Impression à J+10 : des poils apparaissent sur la peinture qui pousse… Espérons que ce soit de la mousse et pas du moisi ! Je remarque qu’il y en a aussi sur l’autre cœur en mousse. Affaire à suivre…

DSC_0368

Au début du printemps, quelques nouvelles :

Image writer

Rédigé par

Jeanne La Prairie

7 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

La redaction

Publié le 25 juillet 2016

Bonjour Géraud, non désolés, nous n'avons pas tellement d'idée là-dessus. Le mieux serait de tester.

image commentary

Geraud

Publié le 22 juillet 2016

Bonjour Auriez vous une idée de la tenue dans le temps? Je souhaiterai faire mon enseigne. MErci Geraud

image commentary

Anim

Publié le 07 mars 2016

Bonjour, Etant animatrice je souhaite pratiquer le graff vegetal avec des pré ados: 10- 14 ans, mais élus de la commune souhaitent être sûrs que cela n endommage pas le mur... Est durable si l arrosage est régulier ?

image commentary

La redaction

Publié le 24 novembre 2015

Bonjour Marion, merci de votre message. Comme nous l'indiquons en bas de notre article, la deuxième recette (coller de la mousse sur le mur) semble plus efficace :) Bonne expérimentation à vous !

image commentary

previtali

Publié le 24 novembre 2015

Bonjour, je souhaiterai réaliser ce genre de graff avec un groupe de jeunes (18-25ans) et j'aimerai avoir votre retour d'expériences sur ces tags. Au final quelle est la meilleure recette ? (j'ai regardé sur votre réseau social et je n'ai rien trouvé). Est-ce que ça tient bien ? Est-ce que cela demande beaucoup d'attention ? ça ne sent pas trop fort ? Sur le net on trouve beaucoup de recette et jolies photos, mais il est difficile d'avoir un réel retour. J'attends votre réponse, merci !

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Les makers défont le handicap

    Les makers défont le handicap - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • C’est pas du gâteau

    icone-youtube-play

    Par: Udes

Nos derniers articles

AJL Cérémonie OUT D'OR
Solidarités

Des associations améliorent la vie des personnes transgenres

Un peu partout en France, des associations luttent contre l’exclusion et les violences exercées contre les personnes transgenres et les accompagnent dans leur transition. Le combat avance, à petits pas.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 17 novembre 2017 En savoir plus

Etudes & formations

Quête de sens : les étudiants ingénieurs renversent la table !

De plus en plus d’étudiants en écoles d’ingénieurs sont tentés par des carrières en marge des grandes entreprises auxquelles ils étaient destinés. Ils cherchent un métier qui répond mieux à leurs valeurs, au point de rejoindre des associations, de créer des collectifs ou de monter leur propre activité.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 15 novembre 2017 En savoir plus

Monter son projet étudiant Pépite Pon
Entreprendre, mode d'emploi

10 conseils pour monter son projet étudiant

Créer son association, son projet d’entrepreneuriat social quand on est étudiant, c’est possible ! Voici 10 conseils pour mener à bien son projet.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 13 novembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.