Agir au quotidien

Cosmétiques responsables : se faire beau, mais pas n’importe comment !

Publié le 24 octobre 2014

Fini le temps où seules des marques de luxe comme Docteur Hauschka proposaient des crèmes et des déodorants vraiment naturels. Aujourd’hui les magasins bios, les parapharmacies et les grandes surfaces regorgent de cosmétiques « verts » à prix raisonnables. Say Yess vous aide à vous y retrouver.

© Genna G

Gare au greenwashing

Commençons par une évidence : les cosmétiques conventionnels sont issus de la chimie alors que les produits responsables comportent un maximum d’ingrédients naturels. Beaucoup de marques tendent à teinter leurs produits de vert mais ce n’est pas parce qu’une bouteille de shampooing est décorée de feuilles ou de bambou que le produit est écolo ! De même, un gel douche « à base d’amande douce » peut très bien n’en contenir que 0,001%. « Pour les produits bio, leur pourcentage dans la composition doit absolument apparaître. C’est ce qui fait toute la différence », explique Julie Lambert, du label Cosmebio.

Fuyez les ingrédients toxiques

Sans être un(e) parfait(e) chimiste, essayez de repérer les quelques ingrédients à tenir éloignés de votre peau ou de votre cuir chevelu. « Il ne doit pas y avoir trop d’alcool dans la composition et les parabens sont à éviter », explique Claire Bertrand, biologiste dans le secteur. A cette liste noire, Julie Lambert ajoute les silicones, les phtalates et le polyethylène glycol, qui impliquent des procédés de transformation polluants, ainsi que des produits dangereux pour la santé comme le phenoxyethanol et le triclosan.

Laissez-vous guider par les labels

De gentils professionnels se chargent de démêler le vrai du faux dans ce fatras d’étiquettes. Ils n’accordent leur label qu’à des produits rigoureusement sélectionnés. « Certains garantissent que les ingrédients sont bios, comme le label AB, mais d’autres vérifient aussi que le processus de production respecte l’environnement et que les produits n’agressent pas la peau », expose Claire Bertrand.

Cosmebio, par exemple, référence 9200 produits, fabriqués par 375 marques. Le petit logo vert garantit qu’au moins 95% des ingrédients certifiables sont issus de l’agriculture biologique. « Les cosmétiques bios représentent environ 4% du secteur, c’est encore une niche. Mais elle est en croissance », assure Julie Lambert.

Attention : les logos « écolos » créés par le supermarché ou auto-décernés par la marque elle-même n’ont aucune valeur. Ne sont fiables que les labels validés par un organisme de certification indépendant tels que Ecocert, Greenlife ou Bureau Veritas. Lorsque c’est le cas, leur nom est mentionné sur le produit.

Où trouver le bon produit ?

Les marques les plus répandues, comme Melvita ou Weleda, se trouvent en magasins bios et en parapharmacies. D’innombrables « petites » marques du secteur, comme Mademoiselle bio, Marilou bio ou les gels douche de Born to Bio. « Elles sont souvent commercialisées sur internet, ça permet de démocratiser ces produits, assure Julie Lambert. En 2014 il existe des cosmétiques responsables pour toutes les bourses. »

Les supermarchés investissent également le créneau mais attention, un cosmétique bio n’est pas forcément un produit responsable : les conditions de travail des salariés qui le fabriquent et le caractère équitable de sa commercialisation sont autant de critères à prendre en compte !

Mention spéciale donc pour les produits locaux, moins coûteux et moins polluants à transporter. La crème hydratante de vos rêves n’aura peut-être pas la touche exotique de l’aloé vera, mais bien la douceur du lait d’ânesse de nos terroirs !

Image writer

Rédigé par

Hélène Seingier

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Cosmétiques responsables : se faire beau...

Publié le 29 octobre 2014

[…] Fini le temps où seules des marques de luxe comme Docteur Hauschka proposaient des crèmes et des déodorants vraiment naturels. Aujourd’hui les magasins bios, les parapharmacies et les grandes surfaces regorgent de cosmétiques « verts » à prix raisonnables. Say Yess vous aide à vous y retrouver.  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e valoriste

    Métier de valoriste -
 Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Fiona, scout chez EEDF : « Lorsque l’on s’engage, on s’engage aussi auprès des autres »

A 30 ans, Fiona est professeur d’italien et professeur de français langues étrangères. Elle est engagée depuis son adolescence chez les Éclaireuses et Éclaireurs de France, une association de scoutisme laïque inscrit dans l’éducation populaire.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 9 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.