Agir au quotidien

Obsolescence programmée : fait pour (ne pas) durer

Publié le 23 octobre 2014

La loi sur la transition énergétique vient de rendre illégale une formidable machine à vendre : l’obsolescence programmée. Antithèse de la consommation responsable, le stratagème se cache dans un tas de produits. Say Yess a creusé la question.

© H G

Quelques exemples concrets…

Il y a cinq ans, j’ai acquis d’occasion la machine à laver d’un grand-père et, malgré plusieurs décennies au compteur, la bestiole ronronne comme au premier jour. En revanche, lorsque j’investis dans un frigo neuf, la vendeuse me conseille d’acheter une prolongation de garantie « parce qu’ils tombent souvent en panne après 2 ans ». Comment peut-on prévoir la date d’une panne ? Et surtout, comment peut-on fabriquer de l’électroménager moins durable au 21è siècle qu’en 1960 ?

La réponse tient en deux mots : « obsolescence programmée ». Sans verser dans la théorie du complot industriel, des organismes aussi sérieux que le CSCE ou l’Assemblée Nationale constatent que les appareils récents sont conçus pour tomber en panne rapidement ou pour ne pas être réparables. Ainsi, la durée de vie moyenne d’un ordinateur a fondu entre 1985 et 2007 : elle est passée de 10,7 à 2,5 ans.

Résultat : nous sommes obligés de jeter, de remplacer, de racheter… bref, de consommer. La consommation entraîne la consommation. D’après Les Amis de la Terre, près de 100% des foyers français sont équipés d’un frigo, et pourtant il s’en vend 2 millions chaque année…

Ampoules et bas nylon

Tout a commencé dans les années 1920, avec les ampoules à filament. Elles se vendent comme des petits pains mais éclairent bien trop longtemps (2500 heures). Les fabricants, rassemblés au sein du cartel Pheobus, signent un pacte : à l’avenir, la durée de vie d’un bulbe sera limitée à 1000 heures, sous peine d’amende. Pendant des mois, les ingénieurs se creusent la tête pour programmer la mort de leur propre produit !

Dans les années 30, même punition pour les bas nylon : ils sont trop résistants. Très vite, les industriels changent la composition de la matière pour la rendre vulnérable à l’oxygène et au soleil. Ça file, ça craque, les clientes affluent dans les boutiques… Du bonheur pour les vendeurs.

Le 21è siècle ne fait pas exception. Certains fabricants d’imprimantes cachent des puces-compteuses dans leurs appareils : au-delà d’un certain nombre d’impressions, l’appareil cesse tout simplement de fonctionner. Quant à la marque Apple, elle a dû s’engager, sous peine de procès, à changer le modèle des batteries de son iPod ; elles ne duraient que 18 mois et étaient soudées à l’appareil, donc quasiment impossibles à remplacer.

C'est la zone de titre
 Retrouvez notre infographie animée pour comprendre l’économie circulaire en quelques clics !
Technique commerciale ou… psychologique ?

L’obsolescence existe sous mille formes :

– indirecte (le chargeur de l’iPhone 5 est différent de celui de l’iPhone 4, je suis obligé(e) d’acheter l’accessoire)

– due à une incompatibilité (le nouveau logiciel ne fonctionne pas sur mon « vieil » ordi)

– programmée (mon imprimante s’arrête au-delà d’un nombre précis de pages, ma batterie me lâche au bout d’un certain nombre de mois)

– liée au service après-vente (mon mixeur Electrolux ne peut être réparé car « le fabricant ne fait pas de pièces détachées pour les produits à moins de 50 euros »)

Devant la fureur des écologistes et des acheteurs, certains industriels s’engagent en faveur d’une économie circulaire et les citoyens trouvent des astuces pour ressusciter leurs objets. En attendant, à nous de résister à la plus insidieuse des obsolescences : la version psychologique. Elle nous pousse à désirer un nouvel objet alors même que le précédent fonctionne encore. J’ai nommé : la mode.

Pour aller plus loin :

– « Prêt à jeter  – l’obsolescence programmée », excellent documentaire d’Arte

– Le site dédié des Amis de la Terre : les dessous de la high-tech

– « Bon pour la casse – les déraisons de l’obsolescence programmée », par Serge Latouche, grand pourfendeur de la société de consommation. Éditions Les liens qui libèrent, 13 euros.

L ‘article du Monde sur la loi de transition énergétique qui interdit l’obsolescence programmée

Image writer

Rédigé par

Hélène Seingier

4 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Ce que mon engagement associatif m’a apporté - test 2 - Say Yess

Publié le 03 août 2017

[…] Même son de cloche chez Astrid Barthélemy, déjà sensibilisée au monde associatif au sein de sa famille « où tout le monde était très engagé dans des associations sportives ». La jeune femme choisit aujourd’hui d’acheter ses habits dans des boutiques éthiques ou de les troquer, a investi dans un fairphone acheté « au prix juste, modulaire et dont on peut changer les pièces, si il ne fonctionne plus ». […]

image commentary

Ce que mon engagement associatif m’a apporté - Say Yess

Publié le 01 août 2017

[…] Même son de cloche chez Astrid Barthélemy, déjà sensibilisée au monde associatif au sein de sa famille « où tout le monde était très engagé dans des associations sportives ». La jeune femme choisit aujourd’hui d’acheter ses habits dans des boutiques éthiques ou de les troquer, a investi dans un fairphone acheté « au prix juste, modulaire et dont on peut changer les pièces, si il ne fonctionne plus ». […]

image commentary

Un citoyen écoeuré

Publié le 24 mai 2017

Quand on voit des smartphones de grandes marques indémontables et dont on ne peut même plus changer la batterie, on peut se demander à quoi sert la loi sur l'obsolescence programmée.

image commentary

Libérons nos vieux ordinateurs! - Say Yess

Publié le 10 février 2015

[…] logiciels à licence payante type Windows ou Mac. Une façon de contourner le marché « obsolescent » de l’industrie high-tech et de réinventer des nouvelles manières de consommer […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment sortir les SDF de la rue

    Sortir les SDF de la rue - l'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

  • Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire

    Esta Es Una Plaza ! C’est un jardin solidaire - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

Nos derniers articles

Sports & loisirs

DIY : et si vous faisiez vous-même vos cadeaux de Noël ?

Cosmétiques, meubles ou accessoires en bois, sérigraphie, couture… des associations vous accompagnent pour créer vous-même. Même si vous n’y connaissez rien ! La seule chose qui compte ? Votre motivation !

Rédigé par Oriane Raffin
le 14 décembre 2017 En savoir plus

Les coeurs simples, textes rassemblés par Albert Algoud, publié chez Casterman.
Culture

5 (nouvelles) BDs pour un Noël engagé !

Plonger dans les problématiques de l’agriculture biologique, découvrir l’enfance d’un grand homme inspirant ou s’émouvoir des « cœurs simples », grands oubliés de la littérature… C’est tout cela (et plus encore !) que l’on vous propose dans cette sélection de BDs engagées, à offrir à Noël.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 14 décembre 2017 En savoir plus

BTS éco-gestion ESS - Lycée René Cassin
Etudes & formations

Un BTS option ESS pour élargir ses horizons

Le lycée professionnel parisien René Cassin s'est illustré en lançant un BTS Compta-gestion option ESS en 2017. S'il existait déjà des masters tournés vers l'Économie sociale et solidaire en France, cette formation de niveau Bac +2 est une première. Reportage.

Rédigé par Anaëlle Guisset
le 11 décembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.