Citoyenneté

Une bio-construction participative au coeur de Barcelone

Publié le 28 octobre 2014

BioBui(L)t-Txema : c'est le nom de code d'une bio-construction collective en plein cœur de Barcelone. Visite guidée de cette future salle d'activités autogérée.

© Caroline Venaille

A l’occasion du mois de l’ESS, placé sous le signe de l’international, découvrez notre série de reportages à l’étranger !

Juste à côté du bâtiment moderne et blanc du Musée d’art contemporain de Barcelone (MacBa), des bottes de pailles, de la terre et des bouteilles de verres empilées en guise de vitrail. Les matériaux du chantier du BioBui(L)t-Txema attirent l’œil. Depuis un an, nombreux sont les touristes ou riverains, à s’arrêter le samedi pour interpeler les jeunes architectes et artisans affairés en plein quartier du Raval.

Un chantier ouvert aux curieux

Ivan s’improvise guide. Il désigne aux curieux le mur de paille entouré de pans de chanvre et de terre. Plus loin, dans un espace à l’air libre, des voisines de tout âges fixent des napperons en crochet sur des tiges de bois pour former une barrière naturelle.  « Nous sommes une association, BaM, pour la promotion de la Bio-architecture en Méditerranée », explique Ivan. Aujourd’hui, un charpentier prête ses outils et travaille dans un nuage de sciure. Ana, étudiante en architecture, prend des mesures pour trouver une solution à ce mur de paille qui pâtirait d’un taux d’humidité trop élevé.

© Caroline Venaille
© Caroline Venaille
Une campagne de crowdfunding pour les outils

Il y a un an, BaM remportait un concours organisé par la mairie de Barcelone qui leur cédait un terrain vague étroit appartenant au Macba pour trois ans. L’association s’engageait alors à créer une salle d’activités en auto construction entièrement biodégradable.

A travers une campagne de crowfunding, elle a récolté 10 000 euros, sur lesquels 7000 ont été dépensés en outillage. Pour le reste, plus de 200 volontaires ont participé à cette construction rare en pleine ville. La réalisation de cette enceinte puise dans des techniques traditionnelles et tente d’innover certaines approches, comme des panneaux de terres compressés prêts à l’emploi.

Célébrer la biodiversité en pleine ville

© Caroline Venaille

A l’initiative du projet, Valentina cultive la biodiversité naturelle et sociale. Ce chantier constitue avant tout un prétexte pour échanger avec d’autres et éduquer à des méthodes alternatives au-delà de l’étiquette bio. « Nous oublions qu’un logement, c’est une seconde peau », souffle t-elle en touchant le mur de terre. Des enfants d’une école du quartier y ont réalisé une fresque à la craie. Elle cours d’un groupe à l’autre et coordonne, entre deux bouffées de cigarette, la vingtaine de volontaires à l’œuvre.

La fin des travaux est prévue en décembre. Des associations du quartier s’installeront ensuite pour animer différents ateliers, dont un dédié à la biodiversité. Des passants ont déjà sollicité des expertises en bio-construction. Si des négociations sont en cours pour allonger la cessation de terrain à cinq ans, cette auto-construction pourrait se retrouver abandonnée au terme de cette échéance.

« Une belle contradiction », relativise Valentina qui compte bien exploiter au maximum la période impartie. A moins que l’entrepôt actuel du chantier, une église menacée de démolition, devienne un chantier de restauration en bio-construction ? Les yeux de Valentina s’illuminent : « Quel potentiel ! ».

Image writer

Rédigé par

Caroline Venaille

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Barna blabla | Caroline Venaille

Publié le 15 janvier 2015

[…] Quelques bafouilles en passant depuis Barcelone, notamment un premier essai en espagnol pour la revue culturelle BCN Mes et le plaisir de relayer autre chose que « la crise » depuis la Catalogne sur Say Yess. […]

image commentary

Une bio-construction participative au coeur de ...

Publié le 30 octobre 2014

[…] BioBui(L)t-Txema : c'est le nom de code d'une bio-construction collective en plein cœur de Barcelone. Visite guidée de cette future salle d'activités autogérée.  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e valoriste

    Métier de valoriste -
 Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Fiona, scout chez EEDF : « Lorsque l’on s’engage, on s’engage aussi auprès des autres »

A 30 ans, Fiona est professeur d’italien et professeur de français langues étrangères. Elle est engagée depuis son adolescence chez les Éclaireuses et Éclaireurs de France, une association de scoutisme laïque inscrit dans l’éducation populaire.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 9 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.