Accompagnés pour créer

Ticket for Change : la fin du Tour, le lancement des projets!

Publié le 10 septembre 2014

Dix jours pour découvrir ses propres aspirations et revenir avec l’envie de les concrétiser afin de changer la société à son échelle. C’était le défi des 50 jeunes embarqués dans l’aventure Ticket for Change. Say Yess était à la descente du bus pour écouter tous les projets qui avaient germé pendant cette expérience !

© Apolline Guichet

Des valises de questions

Sophie était montée dans le bus avec une montagne de questions. Elle se demandait notamment pourquoi à 25 ans, elle n’avait jamais vraiment agi. Et comment concilier un engagement avec une vie professionnelle et une vie personnelle ? Dix jours plus tard, elle conclut devant un amphithéâtre bondé : « Je me sens maintenant capable et légitime. »

Comme elle, les jeunes se succèdent sur la scène, très émus, mais tous iront jusqu’au bout de leur pitch pour défendre une expérience, une envie, un projet. Ils ont tous fait ce constat: « On mange des mauvaises nouvelles matin, midi et soir. Est-ce qu’on peut changer ça ? ». En rencontrant le philosophe-agriculteur Pierre Rabhi, Marianne a eu quelques réponses sur la place qu’elle peut prendre dans la société : « Je ne serai ni superman, ni une princesse mais plutôt un colibri qui fera sa part. »

Se changer soi avant de changer le monde

Les 50 jeunes se disent chamboulés par les deux jours passés dans la ferme co-fondée par le philosophe, le temps d’une « pause introspective ». Car pour changer le monde, il faut d’abord se changer soi-même. L’un d’eux rectifie d’ailleurs : « En fait, il ne s’agit pas de changer le monde mais de changer les choses autour de soi déjà, c’est plus pratique et pas moins conséquent. »

A la ferme des Amanins, Alexandre a beaucoup discuté avec Adrien. Les deux jeunes hommes qui ne se connaissaient pas quelques jours auparavant se sont livrés l’un à l’autre. Et puis ils ont eu l’idée d’inventer un lieu pour faire un pont entre les grosses entreprises et les entrepreneurs. « On a visité une ressourcerie de Marseille, un endroit génial que les fondateurs peinent malheureusement à faire vivre, faute d’appui matériel et humain. A côté de ça, on a rencontré des gens travaillant dans des grosses entreprises mais qui étaient frustrés, étouffés par le système… on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire. »

Pour William, il a fallu transformer sa colère contre le système éducatif qui laisse parfois des élèves sur le bord de la route. « Ce ne sont pas des mauvais élèves mais ils n’ont pas les mêmes codes d’apprentissage », constate-t-il. Ce prof d’économie, qui enseigne la bulle spéculative en prenant l’exemple du transfert à 80 millions d’euros du footballeur James Rodriguez, est désormais déterminé à créer des ateliers pédagogiques innovants pour essaimer sa méthode.

Et après ?

William et les autres jeunes ont présenté leurs projets à la ministre de l’Éducation nationale et marraine de l’évènement, Najat Vallaud-Belkacem. Devant leur enthousiasme, elle a proposé de les recevoir régulièrement pour qu’ils racontent l’avancée de leurs projets et donnent aussi leur avis sur les réformes en cours.

L’initiateur de Ticket for Change, Matthieu Dardaillon, et la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belckacem, écoutent les projets des jeunes.

Et puisque tout ne fait que commencer, Say Yess a décidé de lancer une série pour suivre quelques jeunes et raconter les étapes qui vont les amener à concrétiser toutes ces idées nées dans un bus !

Image writer

Rédigé par

Apolline Guichet

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Ticket for Change : la fin du Tour, le lancemen...

Publié le 22 septembre 2014

[…] Dix jours pour découvrir ses propres aspirations et revenir avec l’envie de les concrétiser afin de changer la société à son échelle. C’était le défi des 50 jeunes embarqués dans l’aventure Ticket for Change. Say Yess était à la descente du bus pour écouter tous les projets qui avaient germé pendant cette expérience !  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • Nettoyer sa plage et le reste suivra…

    Association Les Gardiens du littoral à Mayotte  - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Le métier de gestionnaire de stock

    Le métier de gestionnaire de stock - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Le métier d’agent-e valoriste

    Métier de valoriste -
 Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

Nos derniers articles

Entreprendre, mode d'emploi

Les agriculteurs reprennent la main sur la machine

Renouer avec des savoirs paysans oubliés afin de retrouver une autonomie vis à vis d’un matériel agricole de plus en plus cher et sophistiqué. C’est l’objectif des formations d’auto-construction dispensées par l’Atelier paysan. Entraide et de partage d’expériences.

Rédigé par Jérémy Pain
le 16 février 2018 En savoir plus

Solidarités

Ils soignent les animaux des plus démunis

Pas facile de bien nourrir ou de faire soigner son animal lorsqu’on peine soi-même à terminer le mois. Voire lorsqu’on est à la rue. Plusieurs structures et initiatives existent, pour tenter de garantir une “ égalité des chances “ à nos compagnons.

Rédigé par Claire Villard
le 14 février 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Fiona, scout chez EEDF : « Lorsque l’on s’engage, on s’engage aussi auprès des autres »

A 30 ans, Fiona est professeur d’italien et professeur de français langues étrangères. Elle est engagée depuis son adolescence chez les Éclaireuses et Éclaireurs de France, une association de scoutisme laïque inscrit dans l’éducation populaire.

Rédigé par Déborah Antoinat
le 9 février 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.