Solidarités

Parcourir le monde, une nouvelle forme d’engagement

Publié le 2 juillet 2014

Partir à l'aventure à la rencontre des populations du monde entier peut aussi être un moyen de défendre une cause : éducation, environnement, santé... Rencontre avec des «voyageurs solidaires».

Modernisation des transports et des communications aidant, de plus en plus de jeunes prennent le large à la découverte du monde. Partir à l’aventure avec son sac à dos et se laisser porter au fil des rencontres, c’est la promesse d’expériences enrichissantes et inoubliables. Mais certains baroudeurs choisissent d’ajouter un fil conducteur à leur périple, en s’engageant dans un projet.

Yogo, 26 ans, par exemple, fait actuellement un tour du monde avec des interventions dans des écoles pour faire dialoguer les cultures. Julien, 33 ans, lui, a fait plusieurs longs voyages à vélo, dont l’un de 20 mois de la France à la Nouvelle Zélande, avec sa compagne, pour sensibiliser les populations au don du sang. Siméon et Alexandre sont eux aussi partis à vélo, pour recueillir des témoignages d’activistes écologistes et de paysans du monde entier. Mathieu, pour sa part, est allé à la rencontre d’entrepreneurs sociaux en Amérique du Sud.

Donner du sens à son voyage

Pour ces voyageurs solidaires, l’envie de partir est souvent guidée par le souhait de vivre une belle expérience avant d’entrer dans la vie professionnelle, ou le désir de réaliser un rêve d’enfant.  Puis s’ajoute une cause, un projet, comme pour donner un sens à son voyage.

Envie de partir utile?

Différentes initiatives existent, plus encadrées que le tourisme solidaire. Pensez aux congés solidaires, en lien avec votre employeur. Ou encore aux chantiers internationaux.

«Après plusieurs longs voyages, je me suis dit que c’était dommage de garder tout ça pour moi. J’ai alors pensé à la promotion du don du sang, car j’ai moi-même été transfusé après un accident grave quand j’étais jeune», raconte Julien. Avec sa compagne, ils ont donné des conférences, participé à des collectes de sang et visité des hôpitaux tout au long de leur voyage.

Interpeller là-bas et ici

Ce type de projet ne s’improvise pas. Siméon et Alexandre, par exemple, ont mis près d’un an à préparer leur périple à vélo, c’est à dire dresser l’itinéraire, faire des démarches administratives, et surtout chercher des financements.

«Nous avons bénéficié du sponsoring d’entreprises, d’aides d’institutions comme la région, et fait un peu de crowdfunding», explique Siméon. Les soutiens sont souvent séduits par la cause défendue, mais aussi par les valeurs positives véhiculées par ce genre de voyage.

Une dose d’espoir

De même, tous ces voyageurs racontent que sur place, leur démarche est perçue très positivement. «Les entrepreneurs sociaux que j’ai rencontrés en Amérique du Sud étaient vraiment contents de m’accueillir, heureux que je mette en avant leurs projets porteurs d’espoirs», raconte Mathieu. «Je suis vraiment impressionné par la chaleur humaine, je voyage beaucoup en stop et je suis très souvent hébergé par des locaux», raconte Yogo.

Julien met toutefois en garde contre les clichés : «Je tiens à être sincère. Ça n’a pas toujours été facile», affirme-t-il. Il n’hésite pas à raconter les difficultés qu’il a connu en Inde, dans le DVD sur son voyage et les conférences auxquelles il participe. Car bien souvent, pour les voyageurs solidaires, l’engagement se poursuit une fois revenu: site Internet, livre, DVD et conférences sont autant de supports qui donnent une continuité au projet.

Travel with a mission, la plateforme des voyageurs engagés

Le tourisme solidaire a maintenant sa plateforme Internet : Travel with a mission. Ce site vise à mettre en contact les «Twamers», voyageurs qui souhaitent faire des interventions et les «Twamhost», des institutions comme des écoles ou des hôpitaux du monde entier prêts à les recevoir.

La plateforme permet également aux voyageurs de tous horizons d’échanger leurs expériences et conseils. «Ce site est parti du constat qu’il manquait un outil pour mettre en lien ceux qui veulent partager et ceux qui veulent recevoir», explique le créateur de TWAM, Ludovic Hubler. L’idée lui est venue après un tour du monde de 5 ans en stop, ponctué de conférences pour partager son expérience.

La vidéo de présentation du voyage de Julien et sa compagne : 

 

Image writer

Rédigé par

Héloïse Leussier

3 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Herve Donald Mboua Koum

Publié le 25 septembre 2015

La meilleure non seulement de voir le monde mais de prendre conscience de ce que c'est l'HOMME dans les lieux et les environnements divers

image commentary

Gaspard d'Ornano

Publié le 23 juillet 2014

Les projets sont très nombreux, pourquoi ne pas rédiger un article ou créer un onglet les répertoriants tous ? Certains méritent d'être mis en avant comme le wifu project, jetez-y un oeil : http://www.wifuproject.com/Webdocumentaitre/

image commentary

Parcourir le monde, une nouvelle forme d'engage...

Publié le 02 juillet 2014

[…] Partir à l'aventure à la rencontre des populations du monde entier peut aussi être un moyen de défendre une cause : éducation, environnement, santé... Rencontre avec des «voyageurs solidaires».  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.