Tech

Fournisseurs d’accès associatifs: un Internet libre, solidaire et démocratique

Publié le 2 juin 2014

Gérés bénévolement par leurs abonnés, des fournisseurs d’accès associatifs donnent la possibilité de se connecter autrement. Ils défendent la neutralité du net, et assistent ceux qui souhaitent créer localement leur propre FAI (Fournisseur d’accès internet), notamment dans les « zones blanches ».

Photo Frédéric BISSON, CC sur Flick'R

On connaît Free, Orange, Neuf Telecom… des entreprises notamment « fournisseurs d’accès à Internet » (FAI), qui permettent de se connecter. Mais le saviez-vous ? Le plus ancien FAI encore en activité est une association. En effet, FDN (French data network) date de 1992, plusieurs années avant que ne soient lancées les offres grand public ! « En 2010, lorsque FDN est devenu trop gros, que la gestion du réseau risquait de devenir impersonnelle, il a été décidé de créer une multitude de FAI associatifs régionaux, et de les rassembler au sein d’une fédération,  la FFDN (Fédération french data network) », explique Fabien Sirjean,  17 ans, président de FDN et étudiant en IUT réseau et télécoms.

Celle-ci regroupe donc aujourd’hui 25 FAI, qui comptent en tout 1.720 membres (qui ne sont pas tous abonnés).« Les FAI associatifs ont deux principaux  objectifs », explique Oriane, 25 ans, vice-présidente de la fédération, « premièrement, fournir un accès Internet comme tout autre fournisseur d’accès, deuxièmement promouvoir la neutralité d’Internet ».

Un réseau géré par les abonnés

L’ensemble des FAI associatifs offrent ainsi une connexion Internet, gérée bénévolement par leurs abonnés. Farthur, 28 ans, est engagé depuis un an chez Tetaneutral, une association toulousaine. « J’ai appris à installer des antennes. Comme d’autres bénévoles, je peux aussi intervenir en cas de problème sur le réseau. Chacun donne de son temps à hauteur de ce qu’il peut », explique ce jeune ingénieur météo. Tetaneutral héberge également des antennes à Saint-Gaudens et Monès qui sont des « zones blanches », c’est-à-dire des zones non investies par les grands fournisseurs d’accès, et qui étaient jusque-là privées d’Internet.

A cet égard, la Fédération FDN s’est donné une mission éducative, car elle accompagne les personnes qui souhaitent créer leur propre Fournisseurs d’accès à Internet. « Les FAI existant n’ont pas vocation à trop grossir, à accueillir massivement de nouveaux abonnés. Il s’agit d’apprendre aux gens à lancer leur propre projet plutôt que de faire pour eux », explique ainsi Fabien Sirjean qui, quelques jours auparavant s’est rendu dans un village près de Carcassonne pour étudier la mise en place d’un pont Wifi.

La question de la neutralité d’Internet

Les FAI associatifs proposent également un Internet 100% neutre. Mais la neutralité, qu’est-ce que ça veut dire ?« Quand on vous envoie un colis par la poste, vous n’avez pas envie que les services postaux y jettent un œil et n’enlèvent ce qui leur chantent avant de vous le livrer, non ? C’est pareil pour Internet », résume Oriane. Impossibilité ou entraves (en raison de la lenteur du débit) pour lire ou visionner certains contenus, difficultés pour faire fonctionner certains logiciels en ligne (notamment en raison de la lenteur du débit)… Ce sont quelques exemples d’atteinte à la neutralité par de grands fournisseurs d’accès.
« Les grands fournisseurs d’accès invoquent la limitation de la bande passante causée par le développement des plateformes vidéo, pour essayer de développer des systèmes à plusieurs vitesses – dans lesquels certains paquets bénéficient, contre rémunération, d’une priorité d’acheminement  », ajoute la jeune femme. « Le réseau est naturellement neutre », explique quant à lui Fabien Sirjean, « or, porter atteinte à cette neutralité c’est limiter l’accès à l’information, et donc restreindre la liberté ». La FFDN porte ainsi cette question auprès des pouvoirs politiques, y compris européens.

« Pas de ticket d’entrée geek »

Pas besoin, selon les mots d’Oriane, d’être « un gros barbu geek » pour participer au sein d’un FAI associatif. « Au contraire, chacun s’engage à sa manière », ajoute la jeune développeuse qui, ayant étudié au Celsa, a pris en charge la communication de la FFDN. « Il faut avoir envie de s’y intéresser. Moi-même j’ai assisté à des conférences, rencontré les gens de Tetaneutral pour apprendre », déclare quant à lui Farthur. « Au final, c’est un engagement très convivial. Toutes les semaines, nous faisons un resto avec les membres de l’asso », s’enthousiasme-t-il. « Le plus intéressant, c’est le réseau humain au-dessus du réseau d’ordinateurs », résume quant à lui Fabien Sirjean. Bref, c’est le moment de revoir les idées reçues…

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

7 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Les circuits verts du fournisseur d'électricité alternatif Enercoop

Publié le 14 janvier 2015

[…] Découvrez aussi notre article Fournisseurs d’accès associatifs : un Internet libre, solidaire et démocratique. […]

image commentary

Fournisseurs d’accès associatifs: ...

Publié le 01 septembre 2014

[…] Un réseau géré par les abonnés L’ensemble des FAI associatifs offrent ainsi une connexion Internet, gérée bénévolement par leurs abonnés. Farthur, 28 ans, est engagé depuis un an chez Tetaneutral, une association toulousaine. « J’ai appris à installer des antennes. Comme d’autres bénévoles, je peux aussi intervenir en cas de problème sur le réseau. Chacun donne de son temps à hauteur de ce qu’il peut », explique ce jeune ingénieur météo. Tetaneutral héberge également des antennes à Saint-Gaudens et Monès qui sont des « zones blanches », c’est-à-dire des zones non investies par les grands fournisseurs d’accès, et qui étaient jusque-là privées d’Internet.  […]

image commentary

Fournisseurs d’accès associatifs: ...

Publié le 21 juin 2014

[…] Gérés bénévolement par leurs abonnés, des fournisseurs d’accès associatifs donnent la possibilité de se connecter autrement. Ils défendent la neutralité du net, et assistent ceux qui souhaitent créer localement leur propre FAI (Fournisseur d’accès internet), notamment dans les « zones blanches ». On connaît Free, Orange, Neuf Telecom… des entreprises notamment « fournisseurs d’accès à Internet » (FAI), qui permettent de se connecter. Mais le saviez-vous ? Le plus ancien FAI encore en activité est une association. En effet, FDN (French data network) date de 1992, plusieurs années avant que ne soient lancées les offres grand public ! « En 2010, lorsque FDN est devenu trop gros, que la gestion du réseau risquait de devenir impersonnelle, il a été décidé de créer une multitude de FAI associatifs régionaux, et de les rassembler au sein d’une fédération, la FFDN (Fédération french data network) », explique Fabien Sirjean, 17 ans, président de FDN et étudiant en IUT réseau et télécoms.Celle-ci regroupe donc aujourd’hui 25 FAI, qui comptent en tout 1.720 membres (qui ne sont pas tous abonnés).« Les FAI associatifs ont deux principaux objectifs », explique Oriane, 25 ans, vice-présidente de la fédération, « premièrement, fournir un accès Internet comme tout autre fournisseur d’accès, deuxièmement promouvoir la neutralité d’Internet ».Un réseau géré par les abonnésL’ensemble des FAI associatifs offrent ainsi une connexion Internet, gérée bénévolement par leurs abonnés. Farthur, 28 ans, est engagé depuis un an chez Tetaneutral, une association toulousaine. « J’ai appris à installer des antennes. Comme d’autres bénévoles, je peux aussi intervenir en cas de problème sur le réseau. Chacun donne de son temps à hauteur de ce qu’il peut », explique ce jeune ingénieur météo. Tetaneutral héberge également des antennes à Saint-Gaudens et Monès qui sont des « zones blanches », c’est-à-dire des zones non investies par les grands fournisseurs d’accès, et qui étaient jusque-là privées d’Internet.A cet égard, la Fédération FDN s’est donné une mission éducative, car elle accompagne les personnes qui souhaitent créer leur propre Fournisseurs d’accès à Internet. « Les FAI existant n’ont pas vocation à trop grossir, à accueillir massivement de nouveaux abonnés. Il s’agit d’apprendre aux gens à lancer leur propre projet plutôt que de faire pour eux », explique ainsi Fabien Sirjean qui, quelques jours auparavant s’est rendu dans un village près de Carcassonne pour étudier la mise en place d’un pont Wifi.La question de la neutralité d’InternetLes FAI associatifs proposent également un Internet 100% neutre. Mais la neutralité, qu’est-ce que ça veut dire ?« Quand on vous envoie un colis par la poste, vous n’avez pas envie que les services postaux y jettent un œil et n’enlèvent ce qui leur chantent avant de vous le livrer, non ? C’est pareil pour Internet », résume Oriane. Impossibilité ou entraves (en raison de la lenteur du débit) pour lire ou visionner certains contenus, difficultés pour faire fonctionner certains logiciels en ligne (notamment en raison de la lenteur du débit)… Ce sont quelques exemples d’atteinte à la neutralité par de grands fournisseurs d’accès.« Les grands fournisseurs d’accès invoquent la limitation de la bande passante causée par le développement des plateformes vidéo, pour essayer de développer des systèmes à plusieurs vitesses - dans lesquels certains paquets bénéficient, contre rémunération, d’une priorité d’acheminement », ajoute la jeune femme. « Le réseau est naturellement neutre », explique quant à lui Fabien Sirjean, « or, porter atteinte à cette neutralité c’est limiter l’accès à l’information, et donc restreindre la liberté ». La FFDN porte ainsi cette question auprès des pouvoirs politiques, y compris européens.« Pas de ticket d’entrée geek »Pas besoin, selon les mots d’Oriane, d’être « un gros barbu geek » pour participer au sein d’un FAI associatif. « Au contraire, chacun s’engage à sa manière », ajoute la jeune développeuse qui, ayant étudié au Celsa, a pris en charge la communication de la FFDN. « Il faut avoir envie de s’y intéresser. Moi-même j’ai assisté à des conférences, rencontré les gens de Tetaneutral pour apprendre », déclare quant à lui Farthur. « Au final, c’est un engagement très convivial. Toutes les semaines, nous faisons un resto avec les membres de l’asso », s’enthousiasme-t-il. « Le plus intéressant, c’est le réseau humain au-dessus du réseau d’ordinateurs », résume quant à lui Fabien Sirjean. Bref, c’est le moment de revoir les idées reçues…  […]

image commentary

Fournisseurs d’accès associatifs: ...

Publié le 03 juin 2014

[…] Gérés bénévolement par leurs abonnés, des fournisseurs d’accès associatifs donnent la possibilité de se connecter autrement.  […]

image commentary

L'Internet a-centré | Pearltrees

Publié le 02 juin 2014

[…] Fournisseurs d’accès associatifs: un Internet libre, solidaire et démocratique […]

Il n'y a plus d'autres résultats à charger.

Il n'y a pas de résultats correspondants.

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Abibao, co-fondé par Vincent Maréchal
Tech

Faire un don à une association sans dépenser un rond, c’est possible !

En naviguant sur un moteur de recherche, en répondant à un sondage ou en regardant une publicité, on peut soutenir des causes sans vider son porte-monnaie. Suivez le guide !

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 6 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.